Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 16:51

1- Le personnage :

Dante Alighieri (Dante c'est le prénom, Alighieri le nom de famille, mais je le précise car beaucoup ne connaissent ce personnage que par l'appellation de « Dante ». A noter que le prénom à la naissance était « Durante » qui par contraction devint « Dante ». Quant au nom de famille en 1265, il s'écrivait Allighieri, mais a perdu un L en cours de route, j 'ai presqu'envie d'écrire qu'il a perdu une L ) est né à Florence vers la fin mai 1265. C'est le plus célèbre des poètes italiens considéré comme le « père de la poésie italienne » ou comme le premier théoricien de la « langue littéraire vulgaire », l'italien d'aujourd'hui.

Dante prit une part active à la vie de sa cité. Il fit partie du « Conseil des 100 » à partir de 1296 et devint même « Prieur » en 1300. (voir sur le blog la fiche N°144 consacrée à Florence et Venise http://jean.delisle.over-blog.com/2013/12/florence-et-venise...souvenir-n-144.html).

Au temps de Dante, le conflit entre papauté et Saint Empire avait repris. Il y avait les « Gibelins » partisans de l'empereur et les « Guelfes » partisans du pape. A Florence on était « Guelfes », mais ce parti se divisa entre Guelfes « blancs » et « noirs ». Dante avait adopté le parti des « blancs » qui furent vaincus.

Malheur aux vaincus ! Le 10 mars 1302 Dante fut condamné à l'exil perpétuel sous peine d'être brûlé vif. Les maisons des vaincus furent détruites dont celle de la famille Alighieri. Cela n'empêche pas des guides à Florence de montrer aux touristes la maison natale de Dante !

Dante erra dans différentes villes d'Italie : Vérone, Rimini, Bologne... puis Ravenne ou il mourut de la malaria le 14 septembre 1321 après avoir effectué une ambassade à Venise pour le compte du seigneur de Ravenne, et sans avoir revu sa ville natale.

Non content de l'avoir exilé en 1302, le gouvernement de Florence, par décret du 6 novembre 1315 l'avait condamné à mort ainsi que ses 3 fils.

L'exil n'empêcha par Dante d'écrire. Son œuvre est considérable soit pour exprimer ses convictions politiques et philosophiques (« De Monarchia », épîtres aux Italiens après la défaite des Guelfes blancs pour soutenir l'empereur Henri VII, « le Banquet », « la questio de aqua et terra », « il Convivio »...) soit dans le domaine poétique. Œuvre poétique influencée par Béatrice Portinari, morte le 8 juin 1290 à l'âge de 24 ans et à qui Dante avait voué un amour platonique. C'est pour elle qu'il écrivit « Vita Nuova »... où il présente la femme comme détentrice de toutes les vertus. Son œuvre la plus connue reste de loin la « Divine Comédie ».

Malgré le souvenir de Béatrice, Dante se maria en 1296 avec Gemma Donati avec qui il eut 4 enfants dont une fille qu'il nomma Béatrice et qui devint religieuse dans un couvent de Ravenne.

Devant la renommée acquise par Dante, les Florentins regrettèrent vite de l'avoir exilé. Au XVIe siècle ils demandèrent à Michel-Ange un projet de tombeau pour Dante (projet perdu) et envoyèrent une délégation à Ravenne pour récupérer l'enfant du pays. Mais Ravenne ne voulut pas le rendre, et ne le veut toujours pas. Le tombeau de Dante s'y trouve toujours. Sa tombe, située sur le côté de l'église San Francesco, fut surmontée d'un monument en 1780.

2- La Divine Comédie :

C'est l’œuvre majeure de Dante, commencée probablement en 1307 et terminée selon certains auteurs en 1316.

L’œuvre comprend un prologue et 3 parties de 33 chants chacune, au total 14.233 vers. L'épithète de « Divine » ne fut donnée qu'à partir d'une édition vénitienne de 1555.

La Divine Comédie conte une vision de Dante durant la semaine sainte de l'année 1300.
Guidé par Virgile, Dante traverse les neuf cercles de l'Enfer où il rencontre ceux qui ont péché contre la chair et contre l'esprit; puis il fait l'ascension de la montagne du Purgatoire (7 terrasses). Au sommet , il retrouve Béatrice qui lui fait traverser les neuf ciels du Paradis jusqu'à l'empirée où il est finalement admis auprès de la Trinité divin
e.

Virgile, poète latin mort mort en 19 avant J.C., avait dans « l'Enéïde » (livre VI) décrit la descente d'Enée aux enfers où il retrouve son père Anchise qui l'instruit de l'histoire de ses descendants jusqu'à Auguste. A noter que le terme « Enfers » à l'époque de Virgile correspond à la totalité de l'au-delà (enfer, purgatoire, paradis).

Dante s'est probablement inspiré de Virgile, ce qui explique qu'il en fasse son guide aux Enfers. Il le dit d'ailleurs au chant 1 de l'Enfer, parlant de Virgile :

« C'est toi mon maître, toi mon unique modèle ;

C'est de toi que j'ai pris en disciple fidèle

ce beau style puissant dont on m'a fait honneur ».

Bien avant Virgile, au chant XI de l'Odysée d'Homère, Ulysse rencontre les morts et converse avec eux. Dans la Divine Comédie, Virgile présente Dante à Homère (au chant IV de l'Enfer) et par ailleurs Virgile et Dante rencontrent Ulysse et Diomède (personnages de la guerre de Troie) aux Enfers (chant XXIV de l'Enfer).

Il n'y a donc rien de surprenant à ce que beaucoup d'auteurs et d'artistes aient établi une filiation Homère-Virgile-Dante.

La Divine Comédie inspira de très nombreux artistes : peintres, sculpteurs, auteurs...

Le 28 octobre 1965, pour le septième centenaire de la naissance de Dante, l'Unesco organisa une soirée solennelle à Paris en présence de M. Luigi Gui ministre de l'Education en Italie et du Directeur général de l'Unesco. Voici quelques phrases extraites des interventions de cette soirée :

« Que Dante paraisse à bien des égards si proche de nous, c'est peut-être parce qu'il a vécu, comme les hommes de notre génération, une époque marquée par les guerres, les luttes fratricides et les persécutions. Ce que nous admirons précisément, c'est qu'il ait conservé, au milieu des crises qu'il a traversées, une foi inébranlable dans l'homme et qu'il soit parvenu, quelles qu'aient été les injustices du sort, à sauvegarder les valeurs universelles auxquelles les hommes sont fondamentalement attachés... Dante est le seul grand poète du Moyen-Age dont le langage reste vivant et compréhensible, même pour ceux qui n'ont pas de formation littéraire spéciale ».

Voilà qui me paraît bien résumer Dante et son œuvre.

3- Toscan et langue italienne :

Au début du XIXe siècle, une multitude de dialectes régionaux et locaux étaient parlés en Italie. Ce qui en faisait des langues différentes même si toutes avaient le latin comme ancêtre commun. En outre, au nord de l'Italie se faisait sentir l'influence de la langue française et de la langue allemande par Autriche interposée : pas d'Etat-Nation, pas de langue nationale.

En 1583 fut créée à Florence « l'Academia della Crusca » chargée de réfléchir à une langue commune à tous les habitants de la Péninsule. Celle-ci proposa naturellement le Toscan aidée en cela par le prestige de Dante mais aussi de Pétrarque (mort en 1374) et de Boccace (mort en 1375). Les Toscans ne furent pas les seuls à soutenir cette idée. Ils reçurent l'appui de bien d'autres personnalités de premier plan parmi lesquelles on doit citer particulièrement Pietro Bembo, vénitien, latiniste éminent et auteur réputé qui fut secrétaire du pape Léon X puis cardinal. Il publia en 1525 : « Prose della volgar lingua » pour soutenir le Toscan.

Aussi, un consensus s'établit au moment de l'unification italienne pour que le toscan devienne la langue nationale, mais les Toscans durent concéder que leur langue prenne le nom de « langue italienne ». C'est une loi du 13 novembre 1859 (appelée loi Casati) qui imposa que cette « langue italienne » devienne langue d'enseignement obligatoire dans toutes les écoles du royaume (de Sardaigne). Mesure qui fut étendue à toutes les autres régions au fur et à mesure de leur rattachement. Ce n'est qu'en 1861 que Niccolo Tommaseo réalisa le premier dictionnaire « Nuovo Dizionario della lingua italiana », même si celui-ci eut un ancêtre dès 1612 intitulé « Vocabolario degli Accademici della Crusca ». Si par le biais de la loi Casati de 1859, l'italien était devenu de fait la langue des Italiens, il fallut attendre 1997 pour que cela soit affirmé dans la Constitution suite à la proposition de loi constitutionnelle N° 3067 du 23 janvier 1997. Initiative qui se situe dans un contexte de forte volonté de défense contre l'emprise de l'anglais. Dans ce sens également la proposition de loi N°5395 du 11 novembre 1998 pour la défense de la langue italienne « Norme in difesa della lingua italiana » ou la création en juin 2000 sur initiatives parlementaires aussi bien de droite que de gauche de l'association « la bella lingua » avec l'intention déclarée « di avviare in Italia un movimento di resistenza attiva contro l'inquinamento della lingua ».

A propos de « l'Accademia della Crusca «, notons que celle-ci eut d'abord un statut privé qui devint « ente pubblico » avec la réforme de Napoléon de 1811, sur le modèle de l'Institut de France. Elle conserva ce statut jusqu'en 1923. Un décret du 8 juillet 1937 transforma la Crusca en laboratoire philologique. La dernière réforme date du 20 novembre 1987. Le siège de la Crusca est toujours à Florence, ses missions concernent 3 domaines : l'étude de la philologie italienne, la lexicologie italienne et la grammaire italienne. La Crusca a donc en Italie le même rôle que l'Académie française en France.

4- La Dante Alighieri :

Une Société nommée « Società Dante Alighieri » fut fondée à Rome en 1889. Elle fut reconnue par le décret (italien) N° 347 du 18 juillet 1893 qui lui conféra le statut « d'ente morale » ce qui malgré le titre de Société correspond aux associations loi 1901 en France. Cette Société a en fait la même fonction, pour l'Italie que « l'Alliance française » à l'étranger pour la France. Les buts de la Société sont assez simples à résumer :

*sauvegarder et diffuser la langue et la culture italiennes dans le monde

*raviver les liens spirituels des Italiens vivant à l'étranger avec la mère patrie

*développer parmi les étrangers l'amour pour la civilisation italienne

Pour parvenir à ces objectifs tous les moyens classiques sont utilisés : cours de langue italienne et délivrance d'un diplôme reconnu en Italie, conférences, expositions, voyages, bibliothèques et centres de documentation, manifestations culturelles...

Le siège est à Rome, piazza...Firenze.

Près de 500 comités locaux ont été créés dans 80 pays dont une trentaine en France. Un comité a été créé à Chambéry en 1961. En 2001, pour les quarante ans du comité de Chambéry, j'avais réalisé une plaquette-bilan et ce dans le cadre d'un DEA « histoire et histoire de l'art » à l'Université Pierre Mendès-France (Grenoble II). J'avais reçu les encouragements et le soutien documentaire de Renée et Yvon Constantin qui étaient à l'époque respectivement Présidente et Trésorier de la Dante. Je réalise cette présente note en reprenant des textes rédigés en 2001.

5- La représentation de Dante :

En 2001, javais tenté de récapituler toutes les représentations de Dante sous toutes les formes : émissions monétaires ou philatéliques, dénomination de rues ou places, peintures, sculptures, œuvres diverses (sans oublier qu'un croiseur de la marine italienne au début du vingtième siècle fut baptisé le « Dante Alighieri »). Sans être exhaustif et probablement de loin, j'en avais rassemblé 4 pages ! On retrouve Dante non seulement partout en Italie mais aussi partout dans le monde, sauf dans les pays musulmans où Dante est « persona non grata ».

Je ne peux reprendre tout cela dans le cadre de cette note ; je vais seulement signaler que la banque d'Italie utilisa l'effigie de Dante en 1915 (billet de 50 lires), en 1931 (billet de 100 lires), en 1947 (billet de 5.000 lires), en 1948 (billet de 10.000 lires). Aujourd'hui, Dante est sur les pièces de 2 euros d'Italie.

Ajoutons quand même que la ville de Florence a tenté de se racheter. A Florence, qui s'intéresse à Dante peut trouver :

*la casa di Dante (musée consacré à Dante) à l'angle de la via Dante Alighieri et de la via San Margherita (c'est dans l'église S. Margherita de cette rue qu'est inhumée Béatrice Portinari)

*la statue de Dante place Santa Croce et dans la galerie extérieure du Musée des Offices

*le masque mortuaire de Dante au Palazzo Vecchio

*un cénotaphe consacré à Dante dans l'église Santa Croce

*des fresques ou peintures représentant Dante dans plusieurs musées.
J.D. 29 décembre 20
13

Dante, galerie extérieure du musée des Offices. Photo Michèle Delisle 17 avril 2002

Dante, galerie extérieure du musée des Offices. Photo Michèle Delisle 17 avril 2002

Partager cet article

Repost 0
jean.delisle.over-blog.com - dans Dante Florence Italie
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens