Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 14:32

La première guerre mondiale ou guerre de 14 fut riche en innovations pour tuer des humains plus rapidement et surtout en plus grande quantité ! Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres l'Empire allemand fut en avance sur les alliés. En voici deux exemples :

Les Gothas :

Dès le début de la guerre de 14 des ballons dirigeables genre Zeppelin furent utilisés pour balancer des bombes. La mort venait du ciel, c'était nouveau, mais les dirigeables étaient très vulnérables compte tenu de leur taille.

En Allemagne, l'Etat-Major avait demandé à la firme Gothaer Waggonfabrik de fabriquer des avions capables de transporter des bombes. Le premier de ces avions (un bimoteur, biplan) sortit des chaînes le 27 juillet 1915. Les modèles évoluèrent au fil de la guerre. Mais grosso-modo ces avions comportaient 3 hommes d'équipage : un pilote et 2 mitrailleurs dont l'un balançait des bombes par dessus bord manuellement (ne pas confondre manuellement et Manuel ment). Ces avions avaient une autonomie de 500 à 800 kms selon les modèles. Ces avions furent appelés « Gothas » du nom de la firme qui les fabriquait.

La première utilisation de ces bombardiers fut effectuée à l'automne 1916 sur le front de Roumanie. Ensuite sur Londres. Le 13 juin 1917, 18 Gothas partis de Gand (en Belgique) bombardèrent Londres, il y eut 162 morts et 400 blessés. Paris commença à être bombardée par les Gothas fin janvier 1918.

La grosse Bertha :

A la demande de l'armée, la firme Krupp fabriqua un canon capable de percer les défenses des forteresses. Ce canon reçut le nom de Bertha en l'honneur de Bertha Krupp et fut vite surnommé « la grosse Bertha » (Dicke Bertha pour les Allemands). Ce canon fut utilisé la première fois à Liège le 12 août 1914 et contre les autres places fortes belges (Namur, Anvers, Ypres etc). Il avait une courte portée : 14 kms mais une forte puissance. A peu près en même temps que les Gothas commençaient à bombarder Paris, un canon de longue portée commençait, lui, à canonner Paris. Les médias de l'époque aussi bien que la population confondirent ce canon longue portée (entre 110 et 130 kms) avec la grosse Bertha et attribuèrent les obus qui tombaient sur Paris à la grosse Bertha. Ce canon longue portée fut surnommé par les Allemands : « Pariser Kanonen ». Il avait un tube de 34 mètres de long. Les Allemands en utilisèrent 3 exemplaires pour bombarder Paris.

Aristide Briand tenait un journal intime dans lequel il rend compte des événements. Son témoignage sur les bombardements de Paris me parait particulièrement intéressant pour reconstituer la manière dont la population dut vivre les choses. Le voici :

*« jeudi 31 janvier 1918 : La nuit dernière les Gothas sont venus sur Paris. Ils y sont restés de minuit à une heure et demie. Nombreuses bombes un peu partout. Il y a des victimes, on parle de vingt morts et de quarante blessés. Il ne semble pas qu'un seul Gotha ait payé ce forfait »

*« vendredi 1er février : Les Gothas ne sont pas revenus. Les pertes dans le dernier raid sont de quarante-cinq morts et deux cent sept blessés »

*« samedi 9 mars : La nuit dernière les Gothas sont venus deux heures sur Paris. Nombreuses bombes sur la rive droite. »

*« mardi 12 mars : La nuit dernière, les Gothas sont revenus sur Paris. Ils étaient parait-il soixante-dix ou quatre-vingts. Nombreuses bombes. Une sur le ministère de la Guerre provoque un incendie. Pendant la durée du raid, je suis allé au Bois (de Boulogne) d'où j'ai assisté à l'attaque. Terrible canonnade. A un moment, les feux de barrage étaient au dessus du bois et j'ai entendu des Gothas passer au-dessus. Ce sont ceux qui, sans doute, sont allés jeter des bombes sur Ville-d'Avray, Saint-Cloud et Reuil. Ils avaient dû s'égarer. Les victimes sont assez nombreuses. Une panique dans une station de métro (Bolivar) a tué plus de gens que les avions allemands. »

* »samedi 23 mars : Un coup de téléphone m'apprend que Paris a été bombardé par un canon à longue portée. Cent vingt kilomètres ! Ce canon serait dans la région de Saint Gobain. »

* »vendredi 29 mars (C'était le vendredi Saint) : Un obus tombe sur l'église Saint-Gervais. Soixante-quinze morts, quatre-vingt-dix blessés. »

* »samedi 30 mars : coups de canon sur Paris »

* »dimanche 31 mars : à la chambre (des députés) vers 3 heures, une détonation dans la direction du quartier latin. C'est le canon allemand qui recommence à bombarder. Trois coups seulement espacés de quart d'heure en quart d'heure »

* »lundi 1er avril : Plusieurs obus sur Paris. Peu de victimes »

* »mardi 2 avril : la nuit dernière, à 3 heures du matin, alerte d'avions. Quelques bombes dans les XIIe et XXe arrondissements. Peu de victimes. Ce matin deux obus. »

* »mercredi 3 avril : 10 heures, un obus envoyé sur Paris. »

* »samedi 6 avril : 11 heures : un obus sur Paris, midi : un obus »

* »vendredi 12 avril : 3 heures et demie : je vais au Sénat – une explosion énorme dans le voisinage. C'est un obus. 7 heures : les obus ont continué à tomber sur Paris. »

* »samedi 13 avril : la nuit dernière, les Gothas sont venus sur Paris. L'alerte n'a pu être donnée qu'au moment où la première bombe tombait sur Paris. Le raid a duré une demi-heure. Un incendie a été provoqué rue de Rivoli à la maison du Bûcheron. Il y a de nombreux morts et blessés. »

* »dimanche 14 avril : la nuit dernière, jusque vers une heure du matin, les obus sont tombés sur Paris malgré le vent qui soufflait en tempête. »

* »mardi 16 avril : cette nuit six obus sur Paris »

* »samedi 1er juin : toutes les nuits, les Parisiens sont alertés par les Gothas »

* »mardi 25 juin : ce sont de nouveaux raids de Gothas »

* »vendredi 28 juin : Raid de Gothas la nuit dernière. Nombreuses bombes sur Paris. Sérieux dégâts. Nombreux morts et blessés. Une bombe est tombée sur la place Vendôme près de la colonne. Une autre sur le ministère de la Justice. Sérieux dégâts. »

* »samedi 29 juin : nouveau raid la nuit dernière. »

* »lundi 15 juillet : couché à la campagne. A minuit réveillé par un roulement continu au loin. Vitres tremblent. C'est le canon du front. L'offensive allemande recommence. On l'a attendue les bras croisés. »

* »mardi 16 juillet : l'offensive allemande est en effet déclenchée sur un front de 80 kilomètres. Région Dormans-Massige. Les canons continuent à faire rage. Nos troupes, parait-il, tiennent partout. »

* »lundi 11 novembre 1918, 11 heures : le canon tonne ; ce n'est plus le canon qui tue, c'est le canon pour rire, le canon d'allégresse pour la victoire. »

J.D. 11 avril 2014

nota : il est question d'Aristide Briand dans une quinzaine de notes de ce blog dont on peut trouver la liste sur la fiche N°76 :

http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html

ajout du 31 juillet 2014 : Une lectrice me signale que sa mère chantait : "les Parisiens sont avertis que les Gothas sont sur Paris, ceux qui n'ont pas la gueule cassée, peuvent aller s'r'coucher!"

et précise : "pendant la guerre maman habitait Paris, et c'était la sonnerie du clairon qui sonnait la fin de l'alerte"

La grosse Bertha, illustration parue dans "Le Miroir" du 27 septembre 1914

La grosse Bertha, illustration parue dans "Le Miroir" du 27 septembre 1914

bombardements sur Paris avant les Gothas

bombardements sur Paris avant les Gothas

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rasina 31/07/2014 10:44

ma mère chantait souvent:les parisiens sont avertis que les gothas sont sur paris,ceux qui n'ont
pas la gueule cassée, peuvent aller s'r'coucher!
pendant la guerre,maman habitait paris, etc'était la sonnerie du clairon qui sonnait la fin de l'alerte!

Présentation

Recherche

Liens