Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 16:22

Pour rendre l'Histoire compréhensible à Tout un chacun, les historiens ont divisé l'Histoire en « périodes » séparées par de grands événements qui furent considérés comme ayant amené une rupture dans l'Histoire des sociétés humaines. C'est bien sûr conventionnel, mais toutes les disciplines ont leurs conventions. Par exemple, dans le domaine de la physique, dire que l'eau gèle à zéro degré et qu'elle bout à 100 degrés est une convention. Dans l'échelle Fahrenheit, encore utilisée aux Etats-Unis, l'eau gèle à 32 degrés et bout à 212 degrés !.

Les principaux événements qui séparent les périodes de l'Histoire sont : l'apparition de l'écriture, la fin de l'empire romain d'Occident, la chute de l'empire romain d'Orient et la Révolution française.

I) L'antiquité :

L'antiquité est la première période de l'Histoire. Avant, c'est la Préhistoire. La frontière entre les deux étant l'apparition de l'écriture. A noter que certains distinguent préhistoire et protohistoire. La préhistoire commence avec le début de l'aventure humaine et s'arrête dans ce cas à l'apparition du travail des métaux et la protohistoire à l'écriture.

La Préhistoire nous a laissé des peintures et sculptures sur les murs des cavernes, des silex taillés, des ossements, quelques objets mais pas de monuments ni d'écrits : guère de quoi se mettre sous la dent pour écrire l'histoire des humains préhistoriques.

L'écriture n'a pas été inventée partout en même temps : Les plus anciens signes retrouvés et considérés comme de l'écriture l'ont été dans l'actuel Irak (signes cunéiformes des Sumériens) vers 3.300 avant notre ère et en Egypte (hiéroglyphes) vers 3250 avant notre ère (avec une dernière utilisation datée du 24 août 394 de notre ère sur le temple de Philae). On trouve ensuite l'écriture chinoise (vers -3.000) -la plus ancienne écriture encore en vigueur-, l'écriture crétoise vers -2000, l'hébreu vers le treizième avant notre ère, le phénicien au dixième siècle avant notre ère, l'araméen au neuvième avant notre ère, tandis que l'écriture des Mayas ne date que du troisième siècle de notre ère et l'écriture arabe du cinquième siècle de notre ère.

Malgré ces disparités, il y a consensus pour dater l'Antiquité depuis l'an -3.500/-3.000 environ jusqu'à la fin de l'empire romain d'Occident en septembre de l'an 476 (de notre ère), soit sur près de 4 millénaires. Cette période est celle de civilisations prestigieuses (Egypte, Grèce, Crète, Rome, Carthage sans oublier la Chine, et toutes les civilisations du Proche Orient : Assyriens, Sumériens, Babyloniens, Hittites, Phéniciens, Mèdes, Perses, Hébreux, etc). Cette période nous a laissé des monuments fabuleux, la philosophie grecque, les récits homériques, l'organisation et le droit romain, l'invention de la roue ….

II) Le Moyen Âge :

*Le Moyen-Âge succède à l'Antiquité et se termine à la chute de l'empire romain d'Orient en mai 1453. Ou pour faire plus simple, il va du cinquième au quinzième siècle de notre ère, soit sur un millier d'années. L'année 1453 est également la dernière année de la guerre de Cent-Ans qui se termine par la victoire de Castillon (Castillon la bataille en Gironde) sur les Anglais décimés par l'artillerie française. C'était la revanche de Crécy (le 26 août 1346 dans la Somme) ou d'Azincourt (le 25 octobre 1415 dans le Pas-de-Calais) où la chevalerie française avait été laminée par les archers anglais. Il y a d'ailleurs un lien entre la guerre de Cent Ans et la chute de Constantinople : si Anglais et Français au lieu de s'étriper durant un siècle s'étaient préoccupés de ce qui se passait à l'est...

*L'empire romain avait uni un très vaste territoire, sa chute entraîna le morcellement.

Des quantités de pouvoirs locaux virent le jour ce qui entraîna le développement des seigneuries, des seigneurs locaux et la multiplication des châteaux forts pour se défendre. Chacun pensant avoir vocation à agrandir son territoire, de conflits en guerres et en annexions, des Etats-Nations se constituèrent lentement mais sûrement.

Si les grandes invasions avaient entraîné d'importantes perturbations en termes « d'organisation », le monde catholique s'étant beaucoup développé dans les derniers temps romains et les « barbares » se convertissant, le monde chrétien assura la continuité en termes de « civilisation ».

*Le Moyen-Âge est par excellence celui des croyances : le temps des cathédrales, celui de la multiplication et de la diffusion des ordres monastiques (y compris ordres militaires : hospitaliers, chevaliers teutoniques et templiers que le roi de France fera arrêter en 1312, torturer et brûler vifs pour récupérer leur fortune), de la création des Universités, des enluminures, des copistes byzantins, des pèlerinages, la religion pour source d'inspiration de l'art... et ce pour « l'Occident » car dès le début de l'an 610 (de notre calendrier), en Arabie, Mahomet s'auto-proclamait prophète. Il avait épousé Khadija, sa patronne, la femme la plus riche de La Mecque, cela lui donna les moyens d'être prophète. Il passa les 10 dernières années de sa vie (période de Médine) à des conquêtes militaires, ses successeurs continuèrent. Mahomet mourut le 7 juin 632. Un siècle après, les musulmans étaient à Poitiers. Cela entraîna guerres puis croisades...

*Edward Gibbon, historien anglais du XVIIIe siècle explique les succès de Mahomet par le fait qu'il proposa aux Arabes une doctrine conforme à leur tempérament. Il écrit en effet (dans « Histoire du déclin et de la chute de l'empire romain », chapitre 50) :

« Mahomet savait également prêcher et combattre, et la réunion de ces qualités opposées en apparence ajoutait à sa gloire et contribuait à son triomphe. Les divers moyens de la force et de la persuasion, du fanatisme et de la crainte, agissant continuellement les uns sur les autres, firent enfin céder toutes les barrières à leur irrésistible pouvoir. Sa voix appelait les Arabes à la liberté et à la victoire, à la guerre et aux rapines, à la jouissance, en ce monde et dans l'autre, des plaisirs qu'ils chérissaient le plus.... »

*Il y eut non seulement des guerres entre monde chrétien et musulman, mais des guerres dans chaque camp :

*Dans le camp musulman : guerres entre chiites et sunnites, entre monde perse et monde arabe mais aussi guerres dynastiques : Abbassides, Mongols, Seldjoukides, Ottomans...

*et dans le monde chrétien : grand schisme d'Orient, à partir de 1054, qui sépara Rome de Byzance, grand schisme d'Occident qui vit l'élection de plusieurs papes en même temps dans les années 1378/1417, guerres, à partir du milieu du XIIe siècle, entre le Saint Empire romain germanique et la papauté (Guelfes pour le pape et Gibelins pour l'empereur) et avec en prime des divisions entre les guelfes blancs et les noirs... Dès 1232, le pape Grégoire IX avait institué l'Inquisition pour combattre les « hérétiques » , c'est ainsi, par exemple, qu'après la prise du château de Montségur en mars 1244, 200 Cathares furent brûlés vifs !

*Il y eut aussi le massacre des Français en Sicile (lundi de Pâques 1282), des guerres entre les chevaliers teutoniques et la Pologne (en 1410), puis la « Reconquista » en Espagne (terminée par la prise de Grenade en 1492), la guerre entre les cités italiennes, entre les Suisses et les Autrichiens (en 1315), entre les Russes et les Mongols (en 1380) sans oublier la guerre de Cent Ans commencée en 1337 (voir sur mon blog l'article N°109 http://jean.delisle.over-blog.com/la-guerre-de-cent-ans-n-109)

*Comme la guerre de Cent Ans ne suffisait pas, l'assassinat à Paris du duc Louis d'Orléans le 23 novembre 1407 entraîna la guerre entre les Bourguignons et les Armagnacs jusqu'en 1435 : la guerre à l'intérieur de la guerre de Cent Ans. Comme il n'y avait pas assez des Anglais pour tuer les Français il fallait bien leur donner la main !

*A la fin du Moyen-Age, l'évolution climatique entraîna des famines à répétition.
*En prime la peste noire arriva par Marseille en 1347, se répandit dans toute l'Europe en 1348, atteignant même l'Europe du Nord en 1349. Selon les estimations cette épidémie fit périr entre le quart et le tiers de la population de l'Europe. La rapidité et l'importance de l'épidémie désorganisa les productions agricoles, le commerce... mais cela n'arrêta pas la guerre de Cens Ans. Pour empêcher les humains de s'étriper il en faudrait plus que la peste ! Tri
ste constat

*Le flux et le reflux des armées entraînèrent réquisitions, destructions... Les « Grandes compagnies » et les « Routiers » ajoutèrent au carnage des armées.

*Pour financer la guerre, les impôts se multiplièrent !

*Famines, guerres, brigandage, peste, impôts …. la coupe fut trop pleine, les jacqueries et soulèvements se multiplièrent et finirent même par s'unir. Voici ce qu'écrit le poète Eustache Deschamps (né vers 1346) :

« Et tous ensemble s'accordèrent

Et de France et de Picardie

Avec ceux de Normandie

Et de Bourgogne et de Champagne,

D'Anjou, de Poitou, de Bretagne,

Du Chartrain, du Perche, du Maine,

Ceux d'Auvergne et ceux de Gascogne

Et de tout le royaume de France »

Mais les révoltes furent durement matées.

Le même poète commentant la situation écrit :

« Temps de douleur et de tentation

Âge de peur, d'envie et de tourment

Temps de langueur et de damnation

Âge mineur près du définement »

Un peu plus tard, Ronsard écrira les « Discours des misères de ce temps »

Le Moyen-Âge se termina donc dans la douleur. Les scènes de l'enfer de Dante pourraient illustrer la fin du Moyen-Âge. Winston Churchill aurait pu dire « dans le sang, la douleur et les larmes ».

III La Renaissance :

Cette période commence avec la fin du Moyen-Âge et se termine au début du XVIIe siècle. C'est le retour à l'Antiquité, la religion cesse d'être la principale inspiratrice de l'art.

Pour comprendre ce que fut La Renaissance il suffit de citer quelques noms :

Christophe Colomb (découverte de l'Amérique en 1492), Gutenberg (le premier livre imprimé le fut en 1455), Michel Ange, Léonard de Vinci, Raphaël, Le Titien, Tintoret, Véronèse, Botticelli, ou Fontainebleau, Chambord... Les palais avaient remplacé les cathédrales et châteaux-forts.

Mais la Renaissance ce fut aussi l'époque des guerres de religion (Saint Barthélémy le 24 août 1572), la poursuite de l'Inquisition (lutte contre les sorcières à partir de 1484, Torquemada en Espagne à partir de 1485, Savonarole exécuté à Florence en 1542...) des guerres d'Italie, des guerres entre Charles Quint et François 1er, de l'invasion musulmane de l'Europe par l'Est (Vienne est assiégée par Soliman en 1529, bataille de Lépante en 1571...) , des guerres entre l'Espagne et l'Angleterre, entre l'Irlande et l'Angleterre , entre la Russie et la Suède, etc, on se bat même en Amérique !

IV La suite :

Après la Renaissance, les historiens distinguent « l'époque moderne » qui s'étend jusqu'à la Révolution française, puis « l'époque contemporaine » encore en cours... enfin si elle ne l'est plus on ne le sait pas. C'est en effet après coup que les historiens, en analysant l'histoire donnent des noms aux périodes. Les humains de l'Antiquité n'ont jamais su que la période dans laquelle ils vivaient avait pour nom « Antiquité ». Nous avons peut-être changé de période sans le savoir.

J.D. 13 novembre 2014

des diables poussent 2 damnés en enfer, détail de la rose occidentale, photo Mgr Michon évêque de Chartres publiée en septembre 1979

des diables poussent 2 damnés en enfer, détail de la rose occidentale, photo Mgr Michon évêque de Chartres publiée en septembre 1979

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens