Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 11:32

Il y eut 3 périodes dans l'histoire de Rome :

*celle des rois de l'an -753 à l'an -509 : ils furent 7 rois de Rome, Romulus le fondateur légendaire fut le premier, il y eut ensuite 3 rois sabins puis 3 rois étrusques.

*la République romaine de -509 à -27

*l'Empire de -27 à la chute de l'empire romain : en l'an 476 pour l'Empire romain d'Occident et en l'an 1453 pour l'empire romain d'Orient.

Dès les débuts de l'histoire de Rome une armée fut organisée pour se défendre mais surtout pour agrandir son territoire, augmenter ses richesses...

I L'armée de la Rome royale :

La ville fondée par Romulus (d'abord sur le mont Palatin une des 7 collines de Rome) se peupla avec tous les aventuriers en quête d'une patrie, puis après avoir combattu les Sabins (peuple le plus voisin) pour les femmes, Latins et Sabins partagèrent femmes et pouvoir. Les Etrusques constituèrent le troisième apport de la population la plus ancienne. La population augmentant fut divisée d'abord en 3 tribus qui furent ensuite divisées chacune en 10 curies.

Parallèlement la population fut répartie en classes : les hommes libres et les esclaves. A l'intérieur des hommes libres il y eut des Patriciens ou nobles : ils étaient les descendants des familles fondatrices de la ville. Les autres hommes libres constituaient la Plèbe ou peuple auquel s'ajoutaient les esclaves affranchis et la « clientèle » des Patriciens.

Dans les premiers temps de Rome, l'armée n'incorpora que des Patriciens. Chaque curie devait fournir 100 fantassins et 10 cavaliers, ce qui pour 30 curies représentait une armée de 3.000 fantassins et 300 cavaliers. C'était peu, il fallut du temps pour que la population « romaine » s'accroisse, mais cela explique aussi que les conquêtes romaines furent d'abord lentes. Les « peuples » voisins n'étaient d'ailleurs guère mieux lotis en terme de population et d'armée.

A la fin de la période royale (en -509) les Romains ont à peine terminé la conquête du Latium (région autour de Rome). Les Romains ont beaucoup empruntés aux Etrusques, y compris dans le domaine de l'armement et la technique de la guerre.

A la fin de la période royale, les effectifs militaires sont déjà regroupés en légions composées de « centuries » (effectif de 100 hommes)

Sur la Rome royale, signalons :

*que le second roi ( le premier après Romulus) fut Numa (Numa Pompilius) qui eut un règne de 43 années (-715/-672) durant lesquelles il n'y eut aucune guerre. La plus longue période de l'histoire de Rome sans guerre.

*que c'est sous le troisième roi (Tullus Hostilius, roi de -672 à -640) que se situe la guerre entre Rome et Albe et l'épisode des Horaces contre les Curiaces.

II L'armée de la République romaine :

Tarquin le Superbe, un Etrusque, fut le dernier roi de Rome (de -534 à -509). Son fils viola Lucrèce une citoyenne romaine. Le peuple se souleva, chassa le roi et proclama la République.

C'est tout à la fin de la royauté ou au tout début de la République que le recrutement de l'armée fut étendu à la plèbe, ce qui permit d'en accroître considérablement les effectifs. A certaines périodes critiques (guerres avec Carthage par exemple), même les esclaves furent enrôlés.

Pour la petite histoire, Tite-Live (auteur latin -59/+17) raconte dans son « Histoire romaine » au livre II, qu'en l'an -479, un consul nommé Fabius prétendit qu'avec sa seule famille il pouvait défendre Rome. Ainsi 306 Fabius partirent en guerre contre Véies (cité située au sud de l'Etrurie). D'abord vainqueurs, les 306 Fabius tombèrent dans une embuscade et furent tous massacrés.

Sous la République l'organisation de l'armée subit deux importantes réformes : celle de Camille et celle de Marius.

*la réforme de Camille :

né vers -446, Camille vécut jusqu'en -365. Il fut l'un des plus grands généraux de l'Histoire de la Rome antique, même si il est peu connu. Il remporta de nombreuses victoires et selon Tite-Live (histoire romaine livre V) il délivra même Rome des Gaulois (c'est en -390 et qu'eut lieu le célèbre épisode des oies du Capitole). Voilà d'ailleurs ce qu'écrit Tite-Live (livre V en 49) : « Après avoir repris sa patrie aux ennemis, le dictateur rentra en triomphateur à Rome ; dans les chansons maladroites qu'improvisaient les soldats, Camille était appelé Romulus, père de la patrie, second fondateur de Rome et ces titres n'étaient pas usurpés. »

La légion réformée par Camille est divisée en 30 manipules, chaque manipule comprend 2 centuries. Mais la centurie ne comprend plus 100 soldats mais 80 ou 50 tout en conservant son nom. Au total une légion comprend 4200 hommes complétés par la cavalerie, une infanterie alliée (composée d'Italiens) des troupes auxiliaires (composées de non Italiens), du génie, de la musique et du commandement. La conscription se fait au début du printemps jusqu'à la fin de l'automne. Il y a 4 légions permanentes levées chaque printemps, mais dans les périodes critiques, la mobilisation est beaucoup plus importante, ainsi lors des guerres avec Carthage, il y aura jusqu'à 23 légions plus les troupes auxiliaires, la marine...

*la réforme de Marius :

né en -157, Marius fut élu plusieurs fois consul : en -107, de -104 à -100 puis en -86 année où il mourut. Vainqueur de Jugurtha en Numidie (région à cheval sur les actuelles Algérie et Tunisie) en -105, des Teutons en Provence en -102, puis des Cimbres dans le Piémont en -100. Mais il entra en conflit avec Sylla en -88 et cela entraîna une guerre de légions contre légions et d'abominables massacres.

Marius porta l'effectif de la légion à 6.000 hommes divisée en 10 cohortes, chaque cohorte comprenant 3 manipules et chaque manipule 2 centuries revenues à 100 hommes. En outre le recrutement devint permanent c'est-à-dire toute l'année au lieu que les troupes soient licenciées à l'arrivée de l'hiver. Ainsi l'armée devint professionnelle.

Sur l'armée romaine au temps de la République, Polybe (historien grec qui vécut de vers l'an -200 à -125) en écrit 50 pages au livre VI de ses « Histoires ». Il passe tout en revue : le recrutement, l'entraînement, l'armement, la construction des camps, les techniques de combats...mais il n'est pas dans la vocation de ce genre d'articles d'en écrire 50 pages, mais j'y renvoie le lecteur intéressé.

Quand prend fin la République, Rome a conquis : toute l'Italie, la Gaule (étendue jusqu'au Rhin), l'Espagne, toute l'Afrique du Nord, toutes les îles de la Méditerranée (Corse, Sicile, Sardaigne, Crète, Chypre...) la Grèce, la Yougoslavie, la Syrie, une partie de la Turquie.

III l'armée sous l'empire romain

Sous l'empire l'armée conserve la structure décidée par Marius, à savoir la légion de 6.000 hommes divisée en 10 cohortes.

I légion = 10 cohortes = 30 manipules= 60 centuries.

La légion était commandée par 6 tribuns « militaires » (mil itaires, qui commandaient mille hommes chacun) et 60 centurions (cent urions qui commandaient 100 hommes chacun).

Chaque légion était accompagnée d'une troupe auxiliaire de 6.000 hommes également, d'une cavalerie de 720 chevaux divisée en 10 escadrons et de 60 machines de guerre de tous types (tours d'assauts, béliers, balistes, catapultes...)

Le tout comportait près de 13.000 hommes commandés par un général. La légion proprement dite était réservée aux citoyens romains tandis que la troupe auxiliaire se composait de soldats recrutés dans les pays conquis.

Les Romains avaient réalisé 90.000 kms de routes afin de permettre le déplacement rapide des légions.

En plus de leur armure et de leurs armes (pilum, épée), les soldats devaient transporter leurs affaires et les outils permettant la construction des camps fortifiés. Malgré ce poids ils parvenaient à franchir 35 kms par jour. Chaque légion comportait toutes les spécialités (courriers, éclaireurs, personnel administratif, porte-étendard, maîtres constructeurs, métreurs, ingénieurs, catapulteurs, médecins...)

Dans les batailles, les archers et frondeurs agissaient les premiers suivis des troupes auxiliaires qui supportaient le choc de l'ennemi avant l'intervention de la légion elle-même. Les machines de guerre fermaient la marche, elles servaient surtout pour les sièges. La cavalerie se tenait aux ailes pour protéger les flancs de l'armée.

A chaque halte, les soldats construisaient un camp fortifié pour éviter des attaques surprises. Un certain nombre de villes d'Europe se sont développées sur les sites de ces haltes des légions.

Certaines légions gardaient les frontières de l'Empire que les Romains avaient fortifiées avec des postes de garde tous les deux kms et des forteresses aux points stratégiques.

L'effectif de l'armée varia dans le temps en fonction des événements. Sous l'empereur Hadrien (au second siècle de notre ère), par exemple, l'effectif permanent ou minimum comprenait 30 légions avec leurs troupes auxiliaires. En ajoutant la marine, l'effectif de l'armée représentait 450.000 hommes.

J.D. 4 décembre 2014

plan d'un camp romain

plan d'un camp romain

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens