Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 15:09

C'est le 10 décembre 1838 que fut inaugurée à Chambéry une fontaine en l'honneur du général comte de Boigne

I-le général de Boigne :

Le général Benoît de Boigne naquit à Chambéry le 24 mars 1751 sous le nom de Benoît Leborgne. Chambéry était alors la principale ville du duché de Savoie qui appartenait au royaume de Sardaigne dont la capitale était à Turin et dont le souverain, en 1751, était Charles-Emmanuel III. Voir sur mon blog de nombreuses notes sur l'histoire de la Savoie et particulièrement les notes N° 66 http://jean.delisle.over-blog.com/article-histoire-de-la-maison-de-savoie-59295182.html et 56 http://jean.delisle.over-blog.com/article-savoie-et-maison-de-savoie-99226231.html.

Benoît Leborgne ou de Boigne eut une vie particulièrement mouvementée, en voici quelques épisodes :

*A l'âge de 17 ans, Benoît Leborgne commença une carrière militaire au sein d'un régiment irlandais au service de la France. C'était encore le règne de Louis XV.

*En 1773, il quitte cette armée pour se mettre au service de la Russie. Il participe à des combats contre les Ottomans, il est fait prisonnier. D'abord retenu dans l'île de Chio, il devient ensuite esclave à Istanbul .

*Il est libéré grâce à une intervention diplomatique anglaise.

*Il arrive en Inde en 1778, c'est là qu'il change de nom pour s'appeler De Boigne.

*Après diverses péripéties, il se met au service du radjah Sindhia de l'empire mahratte. Il réorganise son armée, la rend très efficace et remporte plusieurs victoires contre les Afghans, les Moghols...

Il devient alors en Inde un personnage important ayant sa garde personnelle, son éléphant de parade (nommé Bhopal)....

A son actif en Inde également la restauration du Tâj Mahal (ou Tâdj Mahall construit entre 1630 et 1652)

*En chemin il épouse une Hindoue (dont il a un fils) et n'oublie pas de faire fortune.

*Après la mort de Sindhia en 1794, il quitte l'Inde en novembre 1796 et s'installe d'abord en Angleterre.

*Il répudie sa femme Hindoue pour se remarier le 11 juin 1798 avec une émigrée française installée à Londres.

*Il rentre en France en 1802, achète 2 propriétés dans la région parisienne ainsi qu'une propriété, acquise dès 1802, dans le sud de Chambéry à la limite avec Barberaz (appelée depuis Château de Boigne et parc de Boigne), il achète, également le château de Lucey en mars 1817, dans le canton de Yenne en Savoie.

*Il mène ensuite une vie de notable, jusqu'à son décès à Chambéry le 21 juin 1830, jouant les mécènes. Il subventionna de nombreuses œuvres, ainsi que de nombreuses constructions (théâtre, réaménagement de la rue qui porte désormais son nom etc.).

*Napoléon l'avait nommé Président du Conseil général du Département du Mont Blanc en 1804. Louis XVIII lui donna son titre de comte en 1816. Il fut inhumé en l'église Saint Pierre de Lémenc et son cœur dans l'église de Lucey

II -la fontaine :

Cette fontaine comporte à sa base un bassin octogonal avec en son centre une base carrée. Sur chacun des côtés de la base carrée, un éléphant, en fonte de fer, dont ne figure que la partie avant, ce qui a fait dénommer depuis longtemps à Chambéry ce monument de « fontaine des quatre sans culs ». La base carrée est surmontée d'une colonne au sommet de laquelle se trouve une statue du général de Boigne. A la jonction de la colonne et de la base carrée : des trophées et représentations des exploits de de Boigne en Inde. Le tout mesure 17,65 mètres de haut et a été classé à l'inventaire des monuments historiques le 7 mai 1982. L'eau sort de la trompe des éléphants pour se déverser dans le bassin de réception.

Le 17 décembre 2014, les 4 éléphants ont été enlevés pour être acheminés à Lyon pour restauration. A leur emplacement la municipalité a fait mettre des tentures représentant la partie arrière des éléphants avec la mention : « pour la première fois, il nous le montre ! ».

Original et humoristique

J.D. 28 décembre 2014

le Tâj Mahal, photo Sabine Burdet, 14 février 2013

le Tâj Mahal, photo Sabine Burdet, 14 février 2013

Un des quatre éléphants vers 1910

Un des quatre éléphants vers 1910

éléphant, tenture provisoire, photo J.D. 27 décembre 2014

éléphant, tenture provisoire, photo J.D. 27 décembre 2014

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens