Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:32

C'est en septembre de l'an 476, 5 siècles après l'avènement d'Auguste comme premier empereur, que prit fin l'empire romain d'Occident (voir fiche N°39 http://jean.delisle.over-blog.com/article-l-empire-romain-le-4-septembre-de-l'an-476-70944795.html). Il avait succédé à 5 siècles de République romaine qui elle-même avait poursuivi l’œuvre des Rois de Rome. A noter au passage que Romulus, le fondateur légendaire de Rome est considéré comme le premier roi (latin) et que c'est sur le mont Palatin qu'il créa la ville !

Au total ce que l'on nomme « Rome antique » aura eu 12 siècles d'existence, non compris un millénaire de survie par le biais de l'empire romain d'Orient (ou empire byzantin). Sa disparition entraîna de nombreux bouleversements dans l'espace de l'ancien empire romain d'Occident. Parmi ces ruptures, en voici deux :

En dehors de l'Italie : lentement mais sûrement, des Etats-nations virent le jour comme le royaume d'Espagne, le royaume de France, le royaume d'Angleterre, le Saint empire romain germanique …. Ce mouvement concerna quasiment toute l'Europe, sauf l'Italie.

En Italie : de l'an 476 à la proclamation du royaume d'Italie le 17 mars 1861, c'est-à-dire durant quatorze siècles, l'Italie fut complètement divisée en de nombreux Etats dont les souverainetés, les limites, les noms même se modifièrent sans cesse en fonction des événements. Il y eut, dans l'Italie, des Républiques maritimes (Venise, Gênes, Pise, Amalfi, Ancône...) ; des Républiques tout court (voir fiche N° 45 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-republiques-en-italie-79062862.html) des royaumes (de Naples, de Sicile, de Sardaigne, de Lombardie...) ; des duchés (de Toscane, de Lucques, de Parme, de Modène, de Mantoue, de Brescia...), des principautés (Bénévent...), des marquisats, sans oublier les communes libres et les Etats de l'Eglise.

Résultats en Italie : la multiplication des souverainetés entraîna la multiplication des guerres de Venise avec Gênes, de Gênes avec Pise, de Pise avec Florence, de Florence avec Milan, de Milan avec Venise.... On peut mettre tous les noms des souverainetés qui ont régné en Italie dans un chapeau et tirer au hasard, elles se sont fait la guerre, il y a de fortes chances, car en quatorze siècles, tout le monde a fait la guerre à tout le monde en Italie, avec des alliances, des changements d'alliances, des trahisons....

Résultats hors de l'Italie : Les Etats-nations en Europe se firent la guerre autant que les Cités-états de l'Italie. On peut trouver des guerres entre l'Espagne et l'Angleterre, entre l'Angleterre et la France , entre la France et l'Autriche, entre l'Autriche et la Prusse, entre la Prusse et la Pologne, entre la Pologne et la Russie, entre la Russie et la Suède etc etc Là, encore, tout le monde a fait la guerre avec tout le monde.

Mais en prime, pour les autres nations de l'Europe, l'Italie fut considérée comme un bien vacant et sans maître et cela suscita de nombreuses convoitises, particulièrement celles de la France, du Saint empire et de l'Espagne.

Pour la France, on peut citer parmi les souverains qui sont allés guerroyer en Italie : Pépin le Bref, son fils Charlemagne, Louis le Pieux (fils de Charlemagne), Charles VIII, Louis XII, François 1er (1515 c'est Marignan), Henri II, Louis XIII, Louis XIV , Louis XV, les armées de la Révolution, Napoléon Bonaparte, Napoléon III

L'Allemagne : Le Saint empire avait au moins 2 bonnes raisons d'intervenir en Italie : pour empêcher la France de s'implanter en Italie et à cause des conflits entre Papes et Empereurs. Les Italiens se rangèrent soit du côté de l'empereur (les Gibelins) soit du côté du pape (les Guelfes) ; mais comme ce serait trop simple et que les humains ne semblent pas aimer les choses simples, il y eut des divisions, par exemple entre les Guelfes qui se divisèrent entre « Blancs » et « Noirs ». Pour la petite histoire, les Noirs l'emportèrent sur les Blancs et Dante qui était du parti des Blancs fut banni de Florence et la maison de sa famille (les Alighieri, mais à son époque on écrivait Allighieri, voir illustration avec la note N°146 http://jean.delisle.over-blog.com/2013/12/dante-n-146.html) fut détruite, ce qui n'empêche pas des guides à Florence de montrer la maison natale de Dante aux touristes.

L'Espagne : dans le cadre de ses conflits avec la France, l'Espagne intervint aussi souvent en Italie (voir le sac de Rome par les soldats de Charles Quint en 1527) etc

Le résultat est que l'Italie fut durant des siècles le principal champ de bataille de l'Europe, la France fut le second mais pour d'autres raisons et c'est une autre histoire. Sans oublier les deux guerres mondiales du vingtième siècle auxquelles participa l'Italie.

L'Italie, le patrimoine et le miracle : Pour avoir circulé souvent en Italie, d'Ouest en Est, du Nord au Sud, j'ai pu constater, mais chacun le sait, l'abondance des monuments de toutes les époques depuis l'antiquité qui sont parvenus jusqu'à nous, à peu près en bon état. Ce n'est pas sans raisons que l'Italie est le pays de la terre qui possède le plus de sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Quand on imagine les dégâts que font les débarquements, les invasions, les sièges, les batailles, les occupations, les flux et reflux des armées, qui furent si nombreux en Italie, il a fallu un vrai miracle pour qu'il n'y ait pas plus de destructions dans le patrimoine italien, un miracle à l'italienne.

J.D. 16 février 2015

temple dit de Neptune à Paestum (5e siècle avant J.C.), basilique à Pompéi (2e siècle avant J.C.) et "Scala fenicia" (escalier des Phéniciens) à Capri; photos Michèle Delisle avril 2002

temple dit de Neptune à Paestum (5e siècle avant J.C.), basilique à Pompéi (2e siècle avant J.C.) et "Scala fenicia" (escalier des Phéniciens) à Capri; photos Michèle Delisle avril 2002

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens