Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 07:19

La Vénétie est une des 20 régions administratives italiennes. Elle est bordée à l'est par l'Adriatique et le Frioul-Vénétie Julienne, au nord par le Trentin Haut-Adige avec une pointe qui confine à l'Autriche, à l'ouest par la Lombardie et au sud par l'Emilie-Romagne.

La Vénétie a une superficie de 18.391 kms2 et une population qui avoisine les 5 millions d'habitants répartis dans 7 provinces (Belluno, Padoue, Rovigo, Trévise, Venise, Vérone, Vicence) qui comportent 581 communes.

En signalant que les provinces italiennes sont en voie de disparition dans le cadre des réformes menées tambour battant par Matteo Renzi ; ce qui va entraîner la suppression de 86 présidents de province, de 3400 élus et d'environ 20.000 postes de fonctionnaires.

Bien que hors du sujet, je ne résiste pas à l'envie de signaler que Matteo Renzi né à Florence en 1975 était Président de la province de Florence le 13 juin 2004, maire de Florence le 22 juin 2009, secrétaire du Parti Démocrate Italien le 15 décembre 2013, et Président du Conseil italien le 22 février 2014. Il a formé un gouvernement restreint de 16 ministres… qui travaillent et c'est autre chose que la « République des couacs » ; suivez mon regard (il mène vers le Palais de l'enlisé pour reprendre un titre d'article paru sur un journal en ligne du 9 février 2016) !

1-Rattachement à l'Italie :

Ce sont les 21 et 22 octobre 1866 que se déroula la consultation de la population de la Vénétie pour le rattachement à l'Italie. Il y eut 69 NON et 641.758 OUI

Ce résultat est gravé sur le socle de la statue équestre de Victor-Emmanuel II, quai Schiavoni à Venise.

Sur le même socle on trouve :

-la date de 1848 (premier soulèvement des Vénitiens contre l'occupant autrichien)

-la date du 1er mai 1887 (inauguration du monument à Victor-Emmanuel II)

-la croix de Savoie qui resta le symbole de la royauté italienne jusqu'à la fin (1946)

- les lettres SPQR (Senatus Populusque Romanus : le Sénat et le Peuple romain), probablement pour marquer la continuité de l'histoire du royaume d'Italie avec la Rome antique.

*La consultation faisait suite à la guerre de la Prusse contre l'Autriche. Le nouveau royaume d'Italie, proclamé le 17 mars 1861, s'était allié à la Prusse. Les Italiens furent vaincus sur terre le 24 juin 1866 à la bataille de Custoza (province de Vérone) et sur mer à la bataille de Lissa (aujourd'hui île de Vis en Croatie) le 20 juillet 1866. Mais les Autrichiens furent vaincus par les Prussiens à la bataille de Sadowa (dans l'actuelle République tchèque) le 3 juillet 1866.

2-Les Vénètes :

L'antique peuple des Vénètes a donné son nom à la Vénétie ainsi qu'à Venise.

Dans « Guerre des Gaules » (au livre III) Jules César combat les Vénètes en Armorique (actuelle Bretagne). Ces Vénètes « bretons » ont donné son nom à la ville de Vannes. Je crois que le lien entre les 2 peuples « Vénètes » vient des textes légendaires sur la guerre de Troie.

*Selon les textes de Virgile (Enéide, livre I), de Tite-Live (Histoire romaine livre I), de Tacite (Annales livre XVI) et de Caton l'ancien (Origines livre II), après la prise de la cité par les Grecs, des survivants troyens emmenés par Anténor (beau-frère de Priam roi de Troie) débarquèrent au fond de l'Adriatique et fondèrent Aquilée, Adria, Padoue, Vérone…

*Brutus, aïeul du roi Arthur et petit-fils d'Enée (qui, lui, avait débarqué dans le Latium après un séjour à Carthage chez la reine Didon), aurait été le premier roi légendaire de Bretagne où il se serait installé avec des descendants des Troyens. Cela est rapporté au début du douzième siècle par Geoffroy de Monmouth dans « l'Histoire des Rois de Bretagne ».

Il fut une époque où chaque peuple cherchait à se donner des ancêtres glorieux. Les Troyens en étaient, en outre ils avaient disparu; ils constituaient donc des ancêtres commodes qui furent revendiqués par plusieurs peuples (Romains etc).

Le point commun entre les Vénètes bretons et les Vénètes italiens tiendrait donc dans leurs légendaires ancêtres troyens.

Il convient en outre de rappeler que dans l'antiquité, le nord de l'Italie était appelé « Gaule cisalpine », tandis que la France actuelle étendue jusqu'au Rhin était la « Gaule transalpine ». C'est au tournant IIIe / IIe siècles que la Gaule cisalpine fut conquise par Rome ; période durant laquelle les Vénètes furent toujours les alliés de Rome. Mais elle ne devint province romaine, sous le nom de « Gaule cisalpine », qu'en -81 avec un siège à Modène. Enfin en -43 la Gaule cisalpine fit partie de l'Italie et le terme de « Gaule cisalpine » disparut. Mais avant, Vénètes de l'Adriatique ou Vénètes de l'Armorique étaient tous Gaulois, cisalpins ou transalpins mais Gaulois !

3-Venise :

Sur l'histoire proprement dite de Venise, voir la fiche N°144 http://jean.delisle.over-blog.com/2013/12/florence-et-venise-souvenirs-n-144.html

et plus marginalement les fiches N° 225 http://jean.delisle.over-blog.com/2015/02/chevaux-de-saint-marc-n-225.html, 227 http://jean.delisle.over-blog.com/2015/03/le-lion-de-saint-marc-n227.html, 270 à 272, 274 à 279 et 309

En complément aux informations fournies par les notes précitées, voici quelques données :

*120 doges se succédèrent comme chefs de l'exécutif de la République de Venise.

Le premier, Paolo Lucio Anafesto fut doge de l'an 697 à 717 et le dernier, Ludovico Manin (s'écrit aussi Lodovico Manin) fut élu doge le 9 mars 1789 et abdiqua le 12 mai 1797 suite à l'invasion des troupes de Bonaparte. En même temps prit fin la République de Venise qui avait duré 11 siècles.

*Le premier doge résida à Eraclea (en terre ferme, au nord-est de la lagune le long du Piave) ; le quatrième doge (Teodato Ipato doge de 742 à 755) transféra le siège à Malamocco (sur l'île du Lido), enfin le dixième doge (Angelo Participazio doge de 811 à 827) transféra les institutions au Rialto en attendant la construction du palais des doges commencée en décembre 1340 et qui fut le siège des institutions de la République de Venise durant plus de 4 siècles.

*Jusqu'en l'an 764, les premiers doges étaient nommés par Byzance ou Constantinople. Il y eut d'ailleurs une interruption de 737 à 742, période durant laquelle Byzance administra directement le territoire. Ensuite les doges furent élus à vie, mais durent gouverner avec un système un peu complexe qui comprenait :

-Un Grand Conseil formé des seuls représentants des familles inscrites au livre d'or de Venise (les descendants des familles considérées comme fondatrices). Le Grand Conseil se réunissait tous les dimanches et possédait le pouvoir législatif, restreint par le pouvoir des autres organes de gouvernement,

-Un Sénat responsable de la politique extérieure et de la nomination des ambassadeurs de Venise

-Un collège de 26 membres et un collège suprême de 9 membres recueillaient les doléances des habitants, les transmettaient aux différentes instances et répondaient aux citoyens.

-enfin un Conseil des 10 (créé en 1310) qui comportait en fait 17 membres et qui était une institution judiciaire

*La ville de Venise est construite sur 117 îles, comportant 150 canaux et 416 ponts. En 1171 elle fut divisée en 7 quartiers (Arsenale, Cannaregio, Castello, Dorsoduro, San Marco, San Polo, Santa Croce).

*En 1846, la ville fut reliée à la terre ferme au moyen d'un pont ferroviaire de 3600 mètres comportant 222 arches. Il fut doublé d'un pont routier en 1932

*Le Grand Canal long de 4 kilomètres est traversé seulement par 4 ponts

*Il reste 84 églises dans Venise intra-muros et l'on atteint 123 églises en ajoutant celles des îles de la lagune. Il y en avait plus de 200 au XVIIIe siècle. Ces églises renferment des œuvres d'art (peintures, sculptures..) d'une richesse inestimable. En ajoutant le contenu des musées, palais et fondations, si il est une ville qui mérite d'être inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, c'est bien Venise.

J.D. 11 février 2016

ajout du 11 septembre 2016 : A Constantinople, dans l'hippodrome, il y avait des courses de chars avec 2 camps : les « bleus » et les « verts » qui quelquefois s'affrontaient durement. Procope de Césarée (500/565) dans « Histoire secrète de Justinien » dit que le camp des « bleus » était des Vénètes. Mais quels liens avec les Vénètes bretons ou ceux de Vénétie ?

résultat du référendum de 1866 sur la base du monument à Victor-Emmanuel II à Venise. photo J.D. 2 février 2016

résultat du référendum de 1866 sur la base du monument à Victor-Emmanuel II à Venise. photo J.D. 2 février 2016

symbole romain sur la base du monument à Victor-Emmanuel II à Venise, photo J.D. 2 février 2016

symbole romain sur la base du monument à Victor-Emmanuel II à Venise, photo J.D. 2 février 2016

Partager cet article

Repost 0

commentaires

abbatucci 11/02/2016 12:19

Ce sont les 21 et 22 octobre 1866 que se déroula la consultation de la population de la Vénétie pour le rattachement à l'Italie. Il y eut 69 NON et 641.758 OUI'''''' La démocratie était a ses débuts''' idem pour le rattachement du comté de Nice ou de la Savoie à la France

Présentation

Recherche

Liens