Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 16:29

Agnadel (Agnadello en italien) est un lieu situé en Lombardie à une trentaine de kms à l'est de Milan ou, si l'on préfère à 8 kms à l'est de la rivière Adda (qui coule vers le sud et se jette dans le Pô un peu en amont de Crémone). La bataille eut lieu le 14 mai 1509. Elle est, de fait, une péripétie dans un ensemble de 11 guerres que les historiens ont appelé « guerres d'Italie » même si il y eut d'autres guerres en Italie. De façon plus conjoncturelle cette guerre fut causée par une rivalité entre la République de Venise et la papauté pour la possession de la Romagne (région historique d'Italie bordée à l'ouest par la Toscane et à l'est par l'Adriatique. Les principales villes de Romagne sont Ravenne et Rimini. Aujourd'hui la Romagne dépend de la région administrative Emilie-Romagne dont la capitale est à Bologne.

I-la bataille d'Agnadel :

Pour contrer les visées expansionnistes de Venise sur la terre ferme, le pape Jules II (il fut pape de 1503 à 1513), parvint à former le 10 décembre 1508, une ligne contre Venise, appelée « ligue de Cambrai » (il s'agit de Cambrai dans le nord de la France). Cette ligue comprenait Maximilien 1er pour le Saint Empire romain germanique, Ferdinand d'Aragon pour l'Espagne, le bon roi Louis XII pour la France et bien sûr l'armée du pape.

Louis XII qui avait des troupes présentes en Italie (voir point II) se dirigea vers Venise.

La République de Venise avait confié le commandement de son armée de terre à 2 cousins : Bartolomeo d'Alviano et Niccolo di Pitigliano. A l'approche des troupes françaises, l'armée vénitienne était stationnée près de Treviglio (à environ 10 kms au nord d'Agnadel), mais jugeant la position défavorable pour eux, les 2 chefs décidèrent de se déporter vers le sud pour se retrancher derrière le Pô.

La troupe de Venise se mit en route, mais la partie de l'armée conduite par Niccolo di Pitiglio avança plus vite que celle conduite par Bartolomeo d'Alviano, et celui-ci avec 8.000 soldats, fut accroché par l'avant-garde de l'armée française conduite par Charles d'Amboise (Maréchal de France) à Agnadel.

Lorsque le gros de l'armée française conduit par Louis XII (et qui comprenait le célèbre chevalier Bayard) tomba sur l'arrière des troupes vénitiennes de d'Alviano, ce fut un carnage, d'autant que Louis XII avait avec lui de l'artillerie et en tout 4 fois plus de troupes que d'Alviano. Les troupes de d'Alviano furent littéralement exterminées et d'Alviano lui-même, blessé, fait prisonnier. Lorsque le restant des troupes au service de Venise, sous la conduite de Pitiglio, apprit le carnage, ce fut la débandade et la désertion généralisée. La Sérénissime n'avait plus d'armée de terre. Pour les Vénitiens ce fut le « désastre d'Agnadel ».

La République de Venise aurait pu disparaître, mais Jules II n'aimait pas les Français, et ne voulait surtout pas qu'ils s'installent en Italie durablement. Il constitua une nouvelle ligue, cette fois contre la France.

Constituée le 4 octobre 1511 et appelée « Sainte Ligue », elle comprit : les Etats pontificaux, la République de Venise, les cantons suisses et l'Espagne. Ils furent rejoints le 13 novembre 1511 par l'Angleterre d'Henri VIII (Barbe bleue) et le 17 mai 1512 par le Saint empire de Maximilien.

II-les guerres d'Italie :

Commencées en 1494 sous le règne du roi de France Charles VIII, les « guerres d'Italie » se poursuivirent sous les règnes de Louis XII, de François 1er pour se terminer en 1559 sous Henri II .

Ces guerres ont leur origine dans la revendication conjointe de plusieurs souverains d'Europe pour récupérer le royaume de Naples et le duché de Milan et ce parce qu'à force de mariages entre toutes les Cours d'Europe, tout le monde descendait de tout le monde et pouvait revendiquer un héritage.

*1-Alphonse V d'Aragon s'était emparé du royaume de Naples en 1442. Charles VIII roi de France voulut récupérer ce royaume, il s'en empara en février 1495 mais abandonna la ville dès le mois de mai de la même année suite à la constitution d'une ligue anti-française par les Etats du Nord de l'Italie. Le traité de Verceil (Vercelli) du 9 octobre 1495 mit fin à la première de ces guerres. Les Français durent évacuer l'Italie.

*2-Louis , arrière petit-fils de Charles V roi de France, petit neveu de Charles VI et lointain parent de Charles VIII lui succéda comme roi de France à compter du 7 avril 1498 sous le nom de Louis XII. De son prédécesseur, il hérita du trône, de la couronne, de l'épouse (Anne de Bretagne) et des guerres d'Italie. Entré en Italie en 1499, Louis XII s'empara de Gênes et de Milan en juillet. Louis était le petit-fils de Valentine Visconti et à ce titre revendiquait Milan. Ludovic Sforza récupéra Milan en mars 1500. La ville fut reprise par les Français dès le mois d'avril 1500. Charles d'Amboise fut nommé gouverneur de Milan et cela termina la seconde guerre d'Italie.

*3-En septembre 1501, Louis XII s'emparait de Naples mais entrait en guerre en 1502 contre Ferdinand II d'Aragon, il dut signer en février 1504 l'armistice de Lyon, par lequel la France cédait le royaume de Naples à l'Espagne. C'est en décembre 1503, au cours de cette guerre que le chevalier Bayard s'illustra en défendant l'accès d'un pont sur le Garigliano (petit fleuve d'une cinquantaine de kms qui sépare le Latium, région de Rome et la Campanie région de Naples)

*4-C'est au cours de la quatrième guerre d'Italie que se déroula la bataille d'Agnadel dont il est question au point I. Après la constitution de la sainte ligue contre la France, nos troupes s'emparèrent de Bologne en mai 1511, gagnèrent la bataille de Ravenne le 11 avril 1512 mais furent vaincues à Novarre le 6 juin 1513. Par le traité de Dijon,le 14 septembre 1513, la France renonçait une fois de plus à ses prétentions sur l'Italie. C'est au cours de la bataille de Ravenne que Gaston de Foix duc de Nemours et commandant les armées françaises, mourut en combattant.

*5-Après le décès de Louis XII le 1er janvier 1515, c'est son petit cousin qui devint roi sous le nom de François 1er (Charles d'Orléans père de François 1er était le cousin de Louis XII, fils d'un autre Charles d'Orléans, le père de Louis XII étant l'oncle du père de François 1er). Il reprit les guerres d'Italie. Ce fut la célèbre victoire de Marignan (aujourd'hui Melegnano en Lombardie, à une quinzaine de kms au sud-est de Milan). A la suite de quoi François 1er s'entendit avec le nouveau roi d'Espagne (Charles V dit Charles Quint devenu roi en mars 1516) par la paix de Noyon (dans l'Oise) du 13 mai 1516. La France reconnaissait la propriété du royaume de Naples à l'Espagne tandis que l'Espagne reconnaissait la souveraineté de la France sur le Milanais. Cela termina la cinquième guerre d'Italie.

*6-Charles Quint roi d'Espagne étant devenu en juin 1519 Empereur du Saint Empire romain germanique, la France de François 1er se trouva complètement encerclée. François 1er reprit la guerre en Italie. Francesco Sforza reprit Milan en avril 1522, que les Français récupérèrent le 26 octobre de la même année. La situation semblait stabilisée lorsqu'il y eut la terrible défaite de Pavie le 24 février 1525, où François 1er fait prisonnier fut d'abord emprisonné à Gênes puis emmené en Espagne. Après rançon et renoncements à tous droits sur l'Italie il fut libéré au bout d'un an. C'est au cours de cette guerre que le chevalier Bayard fut tué le 30 avril 1524 dans le Piémont. Originaire de Poncharra dans le département de l'Isère, Bayard fut d'abord inhumé à Saint Martin d'Hères dans la banlieue de Grenoble puis transféré le 24 août 1822 dans l'église Saint André de Grenoble. A Poncharra, le château Bayard a été transformé en musée en 1975 et rénové en 2015. La commune de Pontcharra qui vit naître Bayard est jumelée avec Rosavenda dans le Piémont qui vit mourir le chevalier.

*7-Libéré le 17 mars 1526, François 1er oublia ses promesses et rejoignit la ligue de Cognac contre le Saint Empire ; ligue qui regroupait, le pape, l'Angleterre, Milan, Venise Florence et la France. Les troupes impériales furent commandées par Charles III de Bourbon qui avait servi Louis XII puis François 1er avant de passer à l'ennemi.

C'est durant cette septième guerre d'Italie qu'eut lieu le sac de Rome par les troupes de Charles Quint à partir du 6 mai 1527. Charles de Bourbon lui-même fut tué durant la prise de Rome ; Cette guerre se termina par la paix de Cambrai le 5 août 1529.

*8-La mort le 1er novembre 1535 du duc de Milan François II entraîna une nouvelle revendication de François 1er roi de France sur le Milanais. En 1536, les troupes françaises envahirent et annexèrent la Savoie et le Piémont pendant que Charles Quint envahissait la Provence. Cette huitième guerre d'Italie se termina par la paix de Nice le 18 juin 1536. La France garda (provisoirement) la Savoie et le Piémont. C'est durant cette période d'occupation que François 1er imposa l'usage du Français en Savoie.

*9-En novembre 1540, Charles Quint donna le Milanais à son fils Philippe. Cela déclencha la neuvième guerre d'Italie. L'Angleterre s'allia à Charles Quint, l'Ecosse à François 1er. Il y eut des combats un peu partout de l'Ecosse au Milanais en passant par le nord, l'est et le sud de la France. Cette guerre se termina en 2 temps : entre la France et l'Espagne, par le traité de Quercy en Laonnois (dans l'Aisne) aux termes duquel la France conservait la Savoie et le Piémont mais renonçait à l'Artois, la Flandre, le Milanais et Naples. Avec l'Angleterre il y eut le traité d'Andres (dans le Pas-de-Calais) le 7 juin 1546 par lequel Henri VIII restituait Boulogne à la France. A noter un John de Lisle parmi les négociateurs anglais.

*10-Le 26 juillet 1552, la population de Sienne en Toscane avait chassé la garnison espagnole de la ville et appelé la France à l'aide. Suite au décès de François 1er le 31 mars 1547, son fils était devenu roi sous le nom d'Henri II. En même temps que la guerre en Italie, des opérations militaires se déroulaient aussi en France. En avril 1552, Henri II s'était emparé des villes de Metz, Toul et Verdun ; puis de la Corse prise à Gênes en 1553. Cette guerre se termina le 15 février 1556, par la Trève de Vaucelles (au sud-ouest de Cambrai dans le nord). La France gardait Metz, Toul, Verdun, la Corse, la Savoie et le Piémont.

*11- Début 1557, Henri II envoya le duc François de Guise avec une nouvelle armée en Italie. Mais la cuisante défaite de l'armée française à Saint Quentin dans l'Aisne le 10 août 1557 amena le traité de Cateau-Cambresis (à une vingtaine de kms au sud de Cambrai) les 2 et 3 avril 1559. La France rendit ses possessions au duc de Savoie Emmanuel-Philibert, la Corse aux Génois mais conservait Calais pris aux Anglais le 8 janvier 1558 et qui possédaient la ville depuis 1347. En outre le développement du protestantisme inquiétait autant le roi de France que celui d'Espagne et les incita à cesser leur guéguerre en Italie.

III-Bilan :

Après 11 guerres étalées sur 65 années, chacun était quasiment revenu à la case départ : tout ça pour ça !

Avant ces guerres d'Italie il y avait eu la guerre de Cent Ans (1337/1453), puis l'invasion musulmane de l'Europe par l'est sans oublier toutes les guerres « régionales » entre Louis XI et Charles le Téméraire en France, la guerre des 2 roses en Angleterre etc etc

Sitôt les guerres d'Italie terminées ce furent les guerres de religion qui commencèrent… A croire que les humains ne peuvent pas vivre sans s'étriper !

Dans l'histoire de l'espèce humaine, qui peut citer des périodes de plusieurs décennies pendant lesquelles il n'y eut aucune guerre sur toute la terre ?

Sous beaucoup de réserves je pourrais en citer 3 :

-sous le règne de Ramsès II au treizième siècle avant notre ère qui, après avoir combattu les Hittites s'entendit avec eux et ils imposèrent la paix, au moins dans leur sphère d'influence

-sous le règne de Numa qui fut roi à Rome juste après Romulus et régna 43 années (de -715 à -672) sans guerre. Mais Numa est-il un personnage historique ou légendaire ?

-enfin sous le règne d'Auguste qui fut le premier romain à porter le titre d'empereur de -27 à +14 ; et encore il faut oublier les légions de Varus et quelques autres.

C'est quand même un peu maigre !

J.D. 1er mars 2016

En illustration : la bataille d'Agnadel, gravure sur acier de 1850, dessinée par Henry Emy, gravée par Rebel ; à la Galerie Napoléon à Paris

bataille d'Agnadel

bataille d'Agnadel

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens