Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 16:54

La guerre de 1870 fut un terrible désastre pour la France.

Bismarck avait savamment préparé son coup pendant qu'en France Edmond le Bœuf Sinistre de la guerre et maréchal de France affirmait : « il ne manque pas un bouton de guêtre à nos soldats ». Ce « le Bœuf » aurait mieux fait de s'appeler « l'âne ». Ce qui fait immanquablement penser à celui (Paul Reynaud) qui déclarait en septembre 1939 : « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts » ! On peut d'ailleurs trouver un certain nombre d'analogies entre la guerre de 1870 et celle de 1940. Dans les deux cas, ce fut la France qui déclara la guerre, en 1870 sans avoir les moyens de la faire et en 1939 sans la faire, il fallut attendre le bon vouloir des nazis en mai 1940 pour que notre déclaration de guerre se transforme en guerre !

petit rappel des faits :

*1864 : la Prusse, s'allie à l'Autriche et fait la guerre au Danemark, ce qui fut appelé « la guerre des Duchés ». Pauvre Danemark, 2 armées ennemies pour le prix d'une !

Trois Duchés furent la dépouille que se partagèrent les vainqueurs, au traité de Vienne le 30 octobre 1864. La Prusse y avait gagné une extension territoriale et un excellent entraînement à la guerre pour ses troupes.

*1866. Exploitant un différent sur les Duchés annexés, la Prusse déclara la guerre à l'Autriche. Cette guerre commencée le 23 juin était quasiment terminée le 3 juillet lors de la cuisante défaite autrichienne à Sadowa (lieu situé en Bohême dans l'actuelle République Tchèque). Le nouveau royaume d'Italie s'était allié à la Prusse, et malgré la défaite de l'armée italienne commandée par Alfonso La Marmora, le 24 juin 1866, l'Italie récupéra la Vénétie que l'Autriche occupait encore. Quand à la Prusse, outre de nouvelles extensions, un nouvel entraînement à la guerre pour son armée, elle prenait à l'Autriche le premier rôle sur l'espace germanique.

*1867, la Prusse parvint à organiser une « confédération des États d'Allemagne du Nord » dont elle prenait le contrôle

*1870, Bismarck, qui cherchait la guerre, provoquait la France ; c'est la fameuse dépêche d'Ems du 14 juillet 1870, qui rendait compte d'une entrevue entre le roi de Prusse et l'Ambassadeur de France à Berlin et que Bismarck avait falsifiée.

*Dès le 19 juillet, la France déclarait la guerre à la Prusse et mobilisait 900.000 soldats, pendant que les Prussiens en alignaient 1.200.000, en outre mieux armés, mieux entraînés et mieux commandés. En prime, la déclaration de guerre à l'initiative de la France, permettait à la Prusse de présenter la France comme l'agresseur et la Prusse comme l'agressée !

*Le premier affrontement entre les 2 armées eut lieu dès le 4 août 1870 à Wissenbourg (dans le Bas-Rhin). Le 2 septembre Napoléon III avec une armée de 80.000 hommes était contraint de capituler à Sedan et abdiquait de son titre d'Empereur le 4 septembre ce qui entraînait la proclamation de la troisième République française.

*Dès le 18 septembre, la ville de Paris était assiégée

*le 28 septembre 1870, Strasbourg capitulait

*le 27 octobre Bazaine capitulait à Metz avec 173.000 soldats et 1700 pièces d'artillerie.

*La première assemblée législative de la troisième République réunie à Bordeaux, parvient à créer une nouvelle armée appelée armée de l'est, en confie le commandement au général Bourbaki et lui demande de secourir Belfort assiégée par les Prussiens.

*Malgré des combats du 15 au 17 janvier 1871, Bourbaki ne parvient pas à déloger les Prussiens qui en outre envoient une nouvelle armée pour prendre les Français en tenaille.

*Le 26 janvier Bourbaki confie le commandement de l'armée au général Clinchant, puis tente de se suicider.

*Clinchant ne sachant pas mieux que Bourbaki comment s'en sortir et ne voulant pas tomber aux mains des Prussiens, rencontre le 1er février 1871 le général Herzog commandant en chef des armées suisses à Verrières, commune suisse frontalière située dans le canton de Neuchatel, district de Val de Travers, en fait, à une dizaine de kms à l'est de Pontarlier. Grâce à un accord connu sous le nom de « convention des Verrières », l'armée française, en piteux état, se livre aux Suisses : 87.847 soldats dont 2467 officiers, 11.800 chevaux, 285 canons et 1158 voitures.

*Mais les Suisses qui avaient proclamé leur neutralité dans le conflit, ne voulant pas mécontenter les Prussiens et surtout le terrible Bismarck, désarment les Français à leur passage de frontière et les traitent comme prisonniers de guerre.

*En fait, beaucoup furent dirigés vers des établissements hospitaliers et soignés et les Suisses sauvèrent la vie de beaucoup de nos soldats.

*Pendant ce temps là, en France, l'empire allemand avait été proclamé dans la galerie des glaces à Versailles le 18 janvier 1871, un armistice le 28 janvier (sauf pour le front de l'est) et des préliminaires de paix furent ratifiés le 2 mars 1871.

*Les Français prisonniers des Suisses furent rapatriés entre le 13 et le 24 mars 1871. Mais au préalable, les Suisses avaient réclamé à la République française, le remboursement des frais de garde ! Ce qui fut fait en août 1872 par le versement à la Suisse de 12 millions de francs (suisses).

Cet épisode semble oublié, mais il n'empêche que les Suisses peuvent se vanter d'avoir fait prisonniers 87.847 soldats français soit tout ce qu'il restait de l'armée de l'est.

Un tableau peint en 1881 par Édouard Castres, représente le passage de la frontière par cette armée. Ce tableau est exposé au musée de Lucerne, on en trouvera une reproduction en illustration.

J.D. 26 juillet 2016

l'armée française franchissant la frontière suisse, photo du tableau : J.P. Neri

l'armée française franchissant la frontière suisse, photo du tableau : J.P. Neri

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens