Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 18:42

Le traité de Paris du 10 février 1947 N° 340

 

I-L'historique :

*C'est le 10 juin 1940, que l'Italie de Mussolini déclara la guerre à la France. Il y avait déjà un mois (depuis le 10 mai 1940) que l'armée allemande avait franchi la frontière, et avait progressé partout. L'armée anglaise avait rembarqué à Dunkerque dès le 4 juin. Le 14 juin 1940, à 9,45 heures du matin, la croix gammée flottait sur l'Arc de Triomphe à Paris.

*C'était donc à un pays déjà à genoux que Mussolini déclarait la guerre. A l'époque cela fut appelé : « le coup de poignard dans le dos ». Mussolini espérait pouvoir récupérer l'ancien duché de Savoie, l'ancien comté de Nice, la Corse, la Tunisie et Djibouti, rien que cela ! Il en fut empêché par Hitler.

*L'invasion italienne fut menée par les première et quatrième armées italiennes par tous les cols, de la frontière suisse à la Méditerranée ; en tout 22 divisions et 300.000 soldats. Ils étaient commandés par le prince Humbert de Savoie fils du roi Victor-Emmanuel III.

*Ce prince Humbert (1904/1983) fut roi d'Italie du 9 mai au 13 juin 1946 (entre l'abdication de son père et le début de la République italienne). Il est inhumé à Hautecombe sur la rive ouest du lac du Bourget en Savoie ainsi que la reine Marie-José. Les touristes qui contemplent leur tombe ne se doutent pas, pour la plupart, qu'il s'agit du même prince qui dirigeait l'invasion de la France en 1940. Mais de Charlemagne à Bonaparte, il y eut tellement d'armées françaises qui envahirent l'Italie qu'on peut lui en donner quitus.

*Pour défendre la frontière, il y avait l'armée des Alpes commandée par le général Olry (1880/1944) qui ne disposait que de 180.000 hommes mais aussi de formidables fortifications.

*Les Anglais bombardèrent Turin dès la nuit du 11 et 12 juin, l'aviation française Gênes le 14 juin, Turin et Novi Ligure (au sud-ouest d'Allesandria ) les 16 et 17 juin, tandis que la flotte française bombardait elle-même Gênes et Savone le 14 juin.

*L'armée italienne fut bloquée partout. On peut dire qu'en 1940, l'armée des Alpes fut la seule armée française qui fut victorieuse. Mais pendant que les Italiens étaient bloqués, les Allemands progressaient : Ils étaient à Dijon le 16 juin, à Bourg-en-Bresse le 18, à Lyon le 19 à Aix-les-Bains le 23. L'armée des Alpes allait être prise en tenaille.

*L'armistice fut signé avec les Allemands le 22 juin 1940 (c'était d'ailleurs plus une capitulation qu'un armistice) et avec les Italiens le 24 juin 1940.

*L'armistice avec l'Italie fut signé à la villa Incisa à Olgiata (dans la banlieue de Rome). En fonction de la convention d'armistice, l'Italie annexa les territoires conquis par l'armée italienne à la date de l'armistice à savoir :

-les communes de Termignon, Lanslevillard, Lanslebourg, Bessans, Bramans, Sollières-Sardière, Bonneval-sur-Arc, Aussois et Avrieux en Maurienne

-les communes de Seez, Montvalezan et Sainte-Foy en Tarentaise

-Menton dans les Alpes Maritimes

Dans ces communes l'occupation italienne fut plutôt « soft » par rapport à l'occupation allemande dans d'autres zones.

En tout la zone annexée représenta 800 kms2 de superficie et moins de 30.000 habitants dont 21.700 pour Menton.

Tous ces territoires furent récupérés à la Libération.

 

II L'occupation :

Il y eut 3 phases dans l'occupation des départements alpins :

-de juillet 1940 à novembre 1942 : les communes citées ci-dessus furent considérées comme italiennes par l'Italie, le reste des territoires alpins fit partie de la France libre.

-de novembre 1942 à septembre 1943 : les Allemands envahirent la France libre c'est-à-dire le sud de la France. L'Italie fut chargée de l'occupation du sud-est français pour toute la partie à l'est du Rhône (sauf Lyon)

-d'octobre 1943 à la libération : Le roi d'Italie ayant pactisé avec les alliés après leur débarquement en Sicile et dans le sud de l'Italie, les Allemands remplacèrent les Italiens dans la partie sud-est de la France. Il y eut même quelques combats entre Italiens et Allemands. Les soldats italiens qui n'étaient pas parvenus à regagner leur pays furent fait prisonniers par les Allemands.

 

III-Le traité de Paris :

Ce traité fut signé le 10 février 1947. Les parties concernées furent : L'Union Soviétique, les États-Unis, la Grande Bretagne, la France, l'Italie, la Roumanie, la Hongrie, la Bulgarie et la Finlande.

Il s'agissait de solder les comptes entre vainqueurs et vaincus de la guerre.

En vertu de ce traité, l'Italie céda quelques portions de territoire à la France. Il s'agissait en fait plus de rectification de frontières que d'annexion.

La France récupéra :

-dans les Alpes-Maritimes : les communes de Tende et La Brigue pour 560 kms2 de territoire plus le hameau de Piène-Besse dans le sud de la vallée de la Roya

-17,1 kms2 au Mont Chaberton dans les Hautes-Alpes

-47 kms2 au Mont Thabor entre Hautes-Alpes et Savoie

-3,22 kms2 au col du Petit-Saint-Bernard (Savoie)

-81,79 kms2 de superficie sur le plateau du Mont-Cenis en Savoie

Ce fut Maurice Couve de Murville (1907/1999) qui conduisit les négociations pour la France à ce traité. Il occupa plusieurs postes d'ambassadeur, fut 2 fois ministre et premier ministre de juillet 1968 à juin 1969.

 

IV-illustration :

On trouvera en illustration une croix portant l'inscription « Italia ». Elle se trouve sur le territoire de la commune de Bessans en Maurienne à la frontière italienne, dans la vallée de la Lombarde. Cette vallée doit son nom à un vent d'est (venant de Lombardie). Le col de la Lombarde lui-même est à 3072 mètres d'altitude.

J.D. 14 janvier 2017

 

croix à la frontière italienne, photo Michèle Delisle 11 août 1996

croix à la frontière italienne, photo Michèle Delisle 11 août 1996

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens