Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 17:02

Ludovico Manin (N°348)

 

Ludovico Manin fut le cent vingtième et dernier doge de la République de Venise. Il naquit à Venise le 14 mai 1725 et mourut dans la même ville le 24 octobre 1802. Il fut inhumé à Venise dans l'église Santa Maria di Nazareth où il rejoignit son épouse (Elisabetta Grimani décédée le 30 août 1792).

*Originaire de Toscane, sa famille émigra en 1297 pour fuir la guerre entre les Guelfes (partisans du pape) et les Gibelins (partisans de l'empereur germanique).

*Intallés dans la lagune de Venise, les ancêtres de Ludovico achetèrent deux propriétés :

-la villa Barbaro sur le territoire de la commune de Maser, dans la province de Trévise (région Veneto). Cette villa construite dans les années 1550/1560 fut abondamment décorée par Véronèse ce qui a entraîné le classement au patrimoine de l'Unesco en 1994. Ludovico Manin la revendit et elle sortit du patrimoine de la famille Manin.

-une propriété sur le territoire de Passariano (frazione de Codroipo située à l'embranchement des routes Pordenone-Udine et Pordenone-Trieste, dans la province d'Udine). Antonio Manin, ancêtre de Ludovico, y fit construire une villa entre les années 1650/1660, des modifications y furent apportées durant tout le XVIIIe siècle. Cette propriété porte aujourd'hui le nom de « villa Manin ».

 

Ludovico : C'est en 1651 que sa famille avait acheté pour 100.000 ducats le droit de faire partie du patriarcat de Venise (noblesse). Ludovico devint « procurateur » de Saint Marc en 1764. Sur les institutions de Venise, voir la fiche N° 273 http://jean.delisle.over-blog.com/2016/02/la-venetie-n-273.html

Il fut élu doge le 9 mars 1789, probablement à cause de sa fortune. Durant la cérémonie d'investiture place Saint Marc, il fit jeter à la foule des pièces en or, alors que la coutume était de jeter des pièces en argent.

Il eut l'ambition de réformer les institutions de Venise mais l'arrivée des troupes de Bonaparte ne lui en laissèrent pas le temps. C'est le 12 mai 1797 que se tint la dernière réunion du Grand Conseil de la Sérénissime qui accepta l'ultimatum imposé par Bonaparte.

Dans le cadre de la guerre contre l'Autriche, Bonaparte avait laissé des troupes à Vérone pendant qu'il s'était rendu en Autriche (à Loeben, à peu près au centre de l'Autriche) pour négocier un traité avec les Autrichiens. Le 17 avril 1797, la population de Vérone organisa « les Pâques véronaises » à l'exemple des « Vêpres siciliennes » (les lundi et mardi de Pâques 1282) et massacra tout ce qu'elle put de Français, principalement des soldats malades ou blessés mais aussi des Italiens qui s'étaient affichés favorables à la France. C'est en représailles que Bonaparte envahit Venise et mit fin à la République.

Ludovico Manin se retira dans sa propriété et Bonaparte disposa de Venise.

 

La villa Manin: Une chapelle (Sant' Andrea) avait été ajoutée en 1708.

Au vingtième siècle, la villa abandonnée tombait en ruines lorsque en 1962, elle fut rachetée pour 140 millions de lires par un organisme public (Ente Ville Venete). La restauration coûta 200 millions de lires mais permit de remettre en état les 1800 m² de la villa proprement dite et son parc de 19 hectares. Le tout fut racheté en 1969 par la région Frioul-Vénétie Julienne.

En 2004, la villa fut aménagée en « centre d'Art contemporain ».

Elle présente des collections permanentes dont des fiacres, des armes et la chambre où Bonaparte et Joséphine passèrent la nuit du 27 au 28 août 1797. S'y déroulent également des expositions temporaires et autres manifestations culturelles.

 

Campoformido : C'est une commune italienne d'environ 7800 habitants située à 12 kms au sud-ouest d'Udine sur l'axe Udine/Pordenone. Son nom en vénitien est Campoformio.

C'est Bonaparte (âgé de 28 ans) qui signa le 18 octobre 1797, avec l'Autriche, le traité qui mettait fin à la guerre commencée en avril 1792. Bonaparte négocia seul sans se préoccuper de ce que pensait le Directoire. Il céda à l'Autriche Venise et ses territoires en échange des provinces belges du Saint empire, des îles ioniennes (actuelles îles grecques le long de la côte turque) ainsi que la libération de La Fayette.

Selon certains auteurs, le traité aurait été signé à la villa Manin, selon d'autres dans la maison de Beltrando del Torre qui tenait un relais de poste à Campoformido. Aujourd'hui, à la place du relais de poste, il y a « l'Osteria del Tratatto » (l'hôtellerie du traité) située 4 Piazza del Tratatto. En 1897, pour le centenaire du traité, une plaque a d'ailleurs été apposée sur la façade de l'hôtellerie pour rappeler la signature du traité en ce lieu. Le nom même du traité (de Campoformio) semble disqualifier la villa Manin.

J.D. 29 janvier 2017

la villa Manin, image du net

la villa Manin, image du net

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens