Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 15:26

 

*Louise Éléonore de la Tour du Pil naquit le 31 mars 1699 à Vevey sur la rive nord du lac Léman dans le canton de Vaud.

Elle épousa en 1713 Sébastien Isaac de Loys seigneur de Warens. Elle devint alors Madame la baronne de Warens.

*Elle commença par mener une vie aisée. Mais l'ennui venant, malgré la création d'une manufacture de bas de soie, elle s'enfuit du toit marital le 14 juillet 1726 et passa dans le duché de Savoie dont les souverains étaient devenus « rois de Sardaigne » en 1720. Elle n'eut pour cela qu'à traverser le lac. Ayant un grand sens pratique des choses elle emmena avec elle argenterie et objets précieux à la grande fureur du seigneur de Warens !

*A ce moment là, Victor-Amédée II duc de Savoie et roi de Sardaigne était à Evian. Elle parvint à être reçue par le roi puis par l'évêque d'Annecy à qui elle raconta, à l'un comme à l'autre, qu'elle était protestante mais qu'elle voulait se convertir au catholicisme. Dans le contexte de l'époque, pour attirer attention et sympathie sur elle, il était difficile de trouver mieux.

*L'évêque d'Annecy la pensionna pour participer à la conversion de protestants, tandis que Victor-Amédée II la pensionna lui aussi mais pour des missions d'espionnage. Une Mata Hari avant l'heure !

Elle s'installa d'abord à Annecy, un quai « madame de Warens » le rappelle.

Là, le 14 mars 1728 (le jour des Rameaux) elle reçut un jeune homme de moins de 16 ans, nommé Jean-Jacques Rousseau envoyé par le curé de Confignon nommé Pontverre.

*Confignon était une commune du duché de Savoie qui fit partie en 1816 des communes cédées à la Suisse et qui se retrouvèrent dans le canton de Genève.

*Jean-Jacques Rousseau naquit à Genève le 28 juin 1712. Un de ses ancêtres nommé Didier Rousseau, originaire de Monthléry près d’Étampes, devenu protestant, avait fui la France en 1549 et s'était installé à Genève à cause des persécutions contre les protestants. Isaac Rousseau père de Jean-Jacques fut horloger à Genève et sa mère (Suzanne Bernard, elle-même fille d'horloger) mourut le 7 juillet 1712, Jean-Jacques avait 9 jours.

*Élevé en partie par un oncle, il fut placé en apprentissage chez un maître graveur en avril 1725. Ce maître étant très dur, Jean-Jacques s'enfuit, lui aussi en passant en Savoie. Il rencontra le curé de Confignon qui l'envoya aux fins de conversion à la baronne de Warens.

*A Annecy un square « Jean-Jacques Rousseau » mitoyen du « quai madame de Warens » rappelle cette première rencontre, une rue Jean-Jacques Rousseau est également proche.

*Madame de Warrens envoya d'abord le jeune Rousseau à Turin pour s'instruire dans la religion catholique. Il y arriva le 12 avril 1728 et se trouva baptisé catholique dès le 23 avril. Il vécut quelque temps à Turin puis retourna en Savoie retrouver la baronne de Warens. Entre-temps, celle-ci avait quitté Annecy pour Chambéry et logeait dans une des allées (ou traboule) qui communique avec la place Saint Léger. Une inscription sur l'immeuble en indique le lieu.

* Après avoir pris le jeune Rousseau sous son aile, elle le mit dans son lit. Mais elle avait déjà trouvé un amant nommé Claude Anet. Avoir 2 amants en même temps ne semble pas lui avoir posé problème et ce d'autant que le Claude Anet eut la bonne idée de mourir assez vite (le 13 avril 1734), laissant la place ou plus exactement la baronne à Jean-Jacques.

*Dès 1736, ils passèrent l'été sur une hauteur de Chambéry « aux Charmettes » qui prit au vingtième siècle, aussi le nom de « maison Jean-Jacques Rousseau ». Il y connut là les plus belles années de sa vie dont il fait état dans les « Confessions » livres V et VI ainsi que dans la dernière des « rêveries d'un promeneur solitaire ».

*à l'occasion d'une absence de Jean-Jacques Rousseau, la baronne prit un nouvel amant, un jeune perruquier nommé Jean-Samuel Wintzenried. Au retour de Jean-Jacques, il fallut à nouveau faire ménage à trois ! Mais les relations entre Jean-Jacques et sa bienfaitrice, éducatrice et amante s'espacèrent puis cessèrent. Jean-Jacques Rousseau passa encore du temps aux Charmettes mais seul en 1737, 1738 et 1742.

*Jean-Jacques Rousseau mourut le 2 juillet 1778 à Ermenonville dans l'Oise. D'abord inhumé dans cette commune, il fut transféré au Panthéon en 1794.

*La baronne de Warens se lança dans différentes entreprises. Elle mourut le 29 juillet 1762 à Chambéry faubourg Nézin, une inscription figure sur la façade de l'immeuble (au N°64) où elle rendit le dernier soupir. Elle fut inhumée dès le lendemain dans le cimetière de Lémenc. Ce cimetière mitoyen de l’église du même nom fut en partie démoli dans les années 1950 pour la construction d'un parking, mais pas du côté où se trouve madame de Warrens. Une inscription l'indique également sur le cimetière.

*La maison des Charmettes fut classée aux Monuments Historiques le 10 mars 1905. La même année la municipalité de Chambéry achetait cette villa pour en faire un musée consacré à Jean-Jacques Rousseau. Le premier conservateur en fut un sculpteur nommé Mars Valett qui par ailleurs réalisa en 1910, la statue de Jean-Jacques Rousseau qui se trouve boulevard de Lémenc à Chambéry, statue fort proche à vol d'oiseau de la tombe de madame de Warens.

Illustrations :

on trouvera en illustrations 3 inscriptions chambériennes consacrées à Madame de Warens et la statue de Jean-Jacques Rousseau Bd de Lémenc à Chambéry.

J.D. 27 mars 2017

Jean-jacques Rousseau et 3 inscriptions consacrées à Madame de Warens, photos J.D. mars 2017
Jean-jacques Rousseau et 3 inscriptions consacrées à Madame de Warens, photos J.D. mars 2017
Jean-jacques Rousseau et 3 inscriptions consacrées à Madame de Warens, photos J.D. mars 2017
Jean-jacques Rousseau et 3 inscriptions consacrées à Madame de Warens, photos J.D. mars 2017

Jean-jacques Rousseau et 3 inscriptions consacrées à Madame de Warens, photos J.D. mars 2017

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens