Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 16:06

L’État bourguignon N° 387

 

On appelle « État bourguignon » (on trouve aussi la forme États bourguignons) un État constitué du quatorzième siècle au seizième, qui fut une puissance importante en Europe et que se disputèrent le royaume de France et le Saint Empire romain germanique. Cet « État » eut la dimension d'un État, l'armée et la puissance d'un État mais ne dépassa pas le titre de Duché contrairement à la Savoie, par exemple, qui de Comté en 1032, devint Duché en 1416 et royaume en 1713.

Histoire :

-Les Burgondes (qui ont donné leur nom à la Bourgogne), peuple d'origine germanique, installèrent un premier royaume de Bourgogne dans l'est de la France à partir de l'an 443. Ce royaume fut annexé par les rois Mérovingiens (les 4 fils de Clovis) en l'an 534.

-un second royaume de Bourgogne vit le jour en l'an 561, il fut récupéré par Charlemagne en 771

-un troisième royaume de Bourgogne se constitua en l'an 879, mais il se morcela au fil du temps et de ce dernier royaume émergea un Duché de Bourgogne.

-La mention « Duché de Bourgogne » apparaît pour la première fois en l'an 918. Mais en même temps s'était constitué à l'est de ce Duché un « Comté de Bourgogne » sous influence germanique.

-A la mort, sans descendance, du duc de Bourgogne Philippe de Rouvres le 21 novembre 1361, la Cour de France mit la main sur le duché de Bourgogne :

*Jean le Bon roi de France prit dès le 23 décembre 1361 le titre de Duc de Bourgogne. Ce roi était le fils de Philippe VI roi de France et de Jeanne de Bourgogne fille du duc de Bourgogne Robert II et petite fille par sa mère de Louis IX (Saint Louis) roi de France. Jean le Bon était donc l'oncle du dernier duc défunt.

On était en plein durant la guerre de Cent Ans. Jean le Bon avait été vaincu par les Anglais à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356 et emmené prisonnier en Angleterre dont il était revenu contre une très forte rançon et des abandons de territoire aux Anglais. A cette bataille, son fils Philippe l'accompagnait et nous avons tous appris dans les manuels scolaires qu'il disait à son père : « père gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche ». Né le 17 janvier 1342, il n'avait que 14 années lors de cette bataille de Poitiers.

Jean le Bon céda à son fils le titre de Duc de Bourgogne en septembre 1363.

*Philippe qui avait été surnommé « Philippe le Hardi » épousa le 19 juin 1369, en Belgique (à Gand) Marguerite III de Flandre. Ce mariage permit au Duché de Bourgogne de s'agrandir de ce qui constitue aujourd'hui : la Belgique, les Pays-Bas, et même une partie du nord de la France, ainsi que le comté de Bourgogne.

Philippe participa à la guerre de Cent Ans aux côtés de la France.

*A la mort de Philippe le Hardi le 27 avril 1404, c'est son fils Jean sans Peur (à ne pas confondre avec Jean sans Terre 1166/1216 qui fut roi d'Angleterre à la suite de son frère : Richard Cœur de Lion), né à Dijon le 28 mai 1371, qui devint duc de Bourgogne sous le nom de Jean 1er de Bourgogne. Son père l'avait envoyé guerroyer contre les Turcs, sous les ordres du roi de Hongrie. Il fut vaincu et fait prisonnier le 25 septembre 1396 à la bataille de Nicopolis (sur la rive droite du Danube dans l'actuelle Bulgarie). Philippe le Hardi dut payer une forte rançon pour libérer son fils. Malgré sa défaite il fut accueilli en héros à son retour en Bourgogne et surnommé Jean sans Peur.

Le roi de France Charles VI perdant la raison à partir de 1393, un conseil de régence fut mis en place; parmi les régents : Louis de France frère de Charles VI et Jean sans Peur. Les deux hommes ne s'entendaient pas. Jean sans Peur fit assassiner Louis de France le 23 novembre 1407, à Paris rue Vieille-du-Temple (à cheval sur les actuels troisième et quatrième arrondissements). Ce Louis de France, frère du roi, né le 13 mars 1372 avait épousé en 1389 Valentine Visconti fille de Galéas Visconti seigneur de Milan et petite fille de Jean le Bon roi de France par sa mère Isabelle de France.

*L'assassinat de Louis de France fut la cause de la guerre entre Bourguignons et Armagnacs : une guerre qui dura de 1407 à 1435 et qui fut une guerre entre Français à l'intérieur de la guerre de Cent Ans (1337/1453).

L'Armagnac était un comté situé dans l'actuel département du Gers. Charles d'Orléans, fils de Louis de France épousa la fille du comte d'Armagnac Bernard VII. C'est à l'occasion de cette noce que se forma une ligue anti-bourguignonne qui fut connue sous le nom de « parti d'Armagnac ».

*En seconde conséquence, les Bourguignons qui soutenaient la France contre l'Angleterre changèrent de camp à partir de 1413 (et jusqu'en 1435). Ce sont les Bourguignons qui s'emparèrent de Jeanne d'Arc à Compiègne le 23 mai 1430 et la vendirent aux Anglais pour 10.000 livres tournois (ancienne monnaie française d'abord frappée à Tours et qui eut cours du XIIIe siècle jusqu'à la création du franc en 1795).

*Pour sa part, Jean sans Peur fut lui aussi assassiné le 10 septembre 1419 sur ordre du Dauphin (futur Charles VII) lors d'une entrevue sur le pont de Montereau (il s'agit de Montereau-Fault-Yonne dans la Seine-et-Marne).

*Le fils de Jean sans Peur lui succéda comme duc de Bourgogne sous le nom de Philippe III et régna de 1419 à 1467. Né en 1396 à Dijon, il avait épousé, en premières noces, Michelle de France (fille de Charles VI) en juin 1409.

Durant son règne, il rejoignit l'alliance française en 1435 et ce jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans, il ajouta en 1443 le Luxembourg aux possessions nordiques de l’État de Bourgogne. Le 10 janvier 1430, à Bruges et à l'occasion de son remariage, il avait créé l'ordre de la Toison d'Or. Le 17 février 1454 à Lille, il avait fait vœu de libérer Constantinople qui avait été prise par les Ottomans le 29 mai 1453. Ce vœu fut sans suite.

A la mort de Philippe III, lui succéda son fils Charles né à Dijon le 10 ou 11 novembre 1433 d'Isabelle de Portugal, la troisième épouse de Philippe III. L'histoire attribue à Philippe III une trentaine de bâtards de ses nombreuses maîtresses.

*Charles qui fut surnommé « Charles le Téméraire » avait de l'ambition pour son État qu'il voulait agrandir, en faire un royaume autonome des puissances voisines, spécialement de la France et surtout l'unifier territorialement car, entre le sud (la Bourgogne) et le nord (la Flandre bourguignonne), il y avait le Duché de Lorraine qui empêchait la continuité de l’État bourguignon.

Mais par manque de chance pour Charles le Téméraire, après la mort de Charles VII le 22 juillet 1461, ce fut Louis qui monta sur le trône de France sous le nom de Louis XI et ce dernier voulait contrôler la Bourgogne. Ce fut une guerre sans merci entre Louis XI et Charles le Téméraire. Louis XI suscita, encouragea et même finança des ennemis à Charles le Téméraire qui dut faire face à des soulèvements des villes flamandes, qui fut vaincu 2 fois par les Suisses, qui s'empara de Nancy le 30 novembre 1475. La ville fut reprise par René II duc de Lorraine le 22 août 1476. Charles le téméraire revint mettre le siège devant la ville de Nancy. Il y fut tué le 5 janvier 1477.

Son corps fut retrouvé 2 jours plus tard à l'étang Saint Jean (aujourd'hui place de la Croix Bourgogne à Nancy). Les loups avaient commencé à s'en faire un casse-croûte. La dépouille fut ramenée à Nancy et déposée dans l'actuelle « Grande Rue » au numéro 30. Une plaque sur la maison et une inscription sur le sol le rappellent. Voir illustration.

En septembre 1550 la dépouille du Téméraire fut transférée en l'église Notre-Dame de Bruges, où l'on peut encore voir son tombeau.

Avec la mort du Téméraire, se termina l'histoire de l’État bourguignon. La France récupéra la Bourgogne et le Saint Empire la Flandre.

J.D. 26 août 2017

 

 

 

inscriptions à Nancy sur la mort du Téméraire, photos J.D. 29 mai 2015
inscriptions à Nancy sur la mort du Téméraire, photos J.D. 29 mai 2015

inscriptions à Nancy sur la mort du Téméraire, photos J.D. 29 mai 2015

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens