Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 15:16

 

La mosaïque « égyptienne » de Salviati

 

 

 

C'est le 15 juillet 1849 que la partie la plus ancienne du Casino Grand Cercle d'Aix-les-Bains a été ouverte au public.

 

C'est le 22 juillet 1883 qu'a été inaugurée la mosaïque de Salviati réalisée dans la dernière extension d'alors du Casino. Une monographie publiée en 1885 par P.V. Barbier (membre de l'Académie de Savoie) fournit une abondante documentation sur l'art de la mosaïque, sur la personnalité d'Antonio Salviati et sur l'aspect technique de la réalisation, plus que sur sa signification. On y apprend seulement qu'y sont représentés les 12 signes du zodiaque, les 4 saisons, les noms des stations thermales de Savoie et les 4 éléments (eau, terre, air et feu) même si un certain nombre de détails sont fournis au lecteur. Les différentes publications faites depuis 1885 ne sont guère allées au-delà.

 

Antonio Salviati naquit à Vicence (Vicenza) en 1816. Il fit d'abord des études de droit et devint avocat à Vicence. Mais passionné par l'industrie du verre, il créa d'abord une verrerie à Murano en 1859, à l'époque où cette industrie déclinait à Murano; puis s'étant passionné pour la mosaïque de verre, il se spécialisa dans cette branche avec 3 associés à Murano à partir de 1866, en ayant abandonné son métier d'avocat. Il participa à la restauration des mosaïques de la basilique St Marc à Venise. On lui doit également de nombreuses œuvres à Paris (à l'Opéra Garnier), à Londres, à Aix-la-Chapelle …

 

La mosaïque du Casino Grand Cercle s'étend sur 330 m2 de plafond et comprend les éléments suivants :

*une coupole centrale de 114 m2 sur chaque face de laquelle de développe un arc doubleau de près de 4 mètres de largeur et chacun de ces arcs se termine lui-même par une petite coupole.

*la coupole principale comprend : une partie centrale, 4 grandes figurent aux angles représentant les 4 saisons, 4 inscriptions (quasiment aux 4 points cardinaux) portant le nom de Salviati au SUD, d'Abel Boudier l'architecte à l'EST, de Carl Lameire le dessinateur au NORD et la date de réalisation (1883) en chiffres romains à l'OUEST. Ces 4 inscriptions sont surmontées chacune d'une tête de lion. Entre les 4 grandes figures, les inscriptions et la partie centrale, l'espace est rempli par un décor végétal dans lequel sont disséminées 48 têtes de lions, ce qui fait 52 avec les 4 têtes de lions au dessus des inscriptions (pour représenter les 52 semaines de l'année)

*La partie centrale est orientée pour être lisible en entrant dans la salle par le côté EST. Elle se compose : au centre, du nom d'Aix porté par 2 personnages définis comme des « génies ailés » dans la monographie de 1885, surmontés d'une étoile dont on notera déjà qu'elle est orientée à l'EST. Autour de cette composition, un premier cercle contenant 24 gros points (les heures du jour), à l'extérieur les 12 signes du zodiaque (les mois de l'année), encore des points :

*186 qui entourent les signes du zodiaque,

*24 entre les signes du zodiaque

*154 losanges jaunes entre les signes du zodiaque

total 364 + l'étoile = 365 comme les jours de l'année

 

Ainsi en première analyse, Salviati a pris le TEMPS comme thème et a représenté les heures, les jours, les semaines, les mois, les saisons et l'année (l'étoile, nous y reviendrons)

 

Les 4 saisons sont associées aux signes du zodiaque puisque l'axe de la figure ETE se trouve sous le signe du cancer (juin/juillet), l'AUTOMNE sous le signe de la balance (septembre/octobre), l'HIVER sous le signe du capricorne (décembre/janvier) et le PRINTEMPS sous le signe du bélier (mars/avril).

 

Dans les arcs doubleaux sont inscrits les noms des stations thermales (de l'époque) de Savoie et Haute-Savoie et sont représentés par allégories les 4 éléments qui se trouvent dans le même axe que les 4 inscriptions de la coupole principale et par conséquent eux aussi aux 4 points cardinaux.

Essayons d'approfondir la signification de ces éléments :

 

1) Les signes du zodiaque :

Les Egyptiens avaient un calendrier annuel calé sur les crues du Nil qui revenaient chaque année à la même époque (vers le 20 juillet de notre calendrier). Par Nil interposé, les Egyptiens avaient donc une année solaire de 365 jours qu'ils avaient divisée en 12 mois de 30 jours + des jours supplémentaires dits « épagomènes » pour compléter.

Durant les 70 jours qui précèdent le 18 juillet de notre calendrier, l'étoile SOTHIS (appelée aujourd'hui Sirius) est invisible aux humains et elle réapparait le 18 juillet, juste avant le lever du soleil et dans la même direction, c'est-à-dire à l'est. C'était l'étoile annonciatrice qui précédait la crue du Nil.

L'année égyptienne commençait donc avec la crue du Nil et les mois par conséquent décalés par rapport à notre calendrier. Le premier mois était à cheval sur nos actuels mois de juillet et août.

Les signes du zodiaque sont représentés en Egypte au temple de Dendera, dans la salle du Ramesseum ainsi que dans un certain nombre de tombes ou de sarcophages, tel celui de Soter conservé au British Museum. Voir Christiane Desroches Noblecourt : « Amours et fureurs de La Lointaine » Stock/Pernoud août 1995, chapitre IX : « Le zodiaque égyptien », ainsi que : « Ramsès II, la véritable histoire » Pygmalion juin 1996, chapitre IX : « Ramsès et le langage des temples ».

Ce sont les mêmes signes que l'on retrouve aujourd'hui dans les horoscopes à quelques modifications mineures près, le temps ayant fait son œuvre, la vierge a remplacé Isis, le taureau la vache Hathor et le cancer est l'actuelle représentation du scarabée.

Le Lion est le symbole de la déesse Sekhmet. Dans la mythologie égyptienne, cette déesse avait pris le corps d'une lionne féroce qui faisait grand carnage parmi les humains. Amon-Ré eut pitié d'eux et envoya Thot (le dieu scribe, à tête d'Ibis) qui se déguisa en singe rusé et parvint à convaincre Sekhmet de devenir une déesse bienfaisante; ce qu'elle fit. Le retour de Sekhmet à de bons sentiments était assimilé par les Egyptiens au retour annuel de la crue du Nil.

Le Verseau avec sa cruche versant de l'eau est la représentation du dieu Hapy déclenchant les inondations du Nil. Ce dieu était représenté souvent par 2 génies à la fois mâles et femelles. L'un associé à la fleur de lys représentait le royaume du sud et l'autre à fleurs de papyrus, le royaume du nord.

Dans toutes les tombes égyptiennes, figure une scène où le défunt pêche 2 poissons. Ils représentent ses âmes : celle de la vie qu'il vient de quitter et celle de sa vie future. C'est la raison pour laquelle il y a toujours 2 poissons dans le signe du zodiaque correspondant.
Les Gémeaux sont la représentation de 2 dieux (Shou dieu de l'air et Tefnet déesse de l'humidité), le Bélier est le symbole du dieu Khnoum, dieu de la fertilité. Il n'y a que le Capricorne qui pose problème aux égyptologues.

Si l'on se rappelle en outre qu'Aix est un nom dérivé d'Aquae qui voulait dire eau, tout prend son sens dans la mosaïque « égyptienne » de Salviati.

Les génies tiennent l'eau (Aix) qu'annonce l'étoile Sothis orientée à l'est et qui précède l'arrivée de l'eau dont le cycle (en Egypte) était celui des 12 signes du zodiaque etc

 

2) Les éléments

Les Egyptiens les premiers ont eu la notion des points cardinaux de façon naturelle si l'on peut dire. En effet, le Nil coule du sud au nord, tandis que le soleil va d'est en ouest. Compte tenu de l'importance qu'avaient chez ce peuple et le soleil et le Nil...

En outre, ils avaient associé très tôt les 4 éléments aux 4 points cardinaux :

*le feu au sud symbole de la chaleur

*la terre à l'ouest, c'est là que se couche le soleil, symbole de fin et c'est de ce côté que les Egyptiens enterraient leurs morts

*l'eau au nord, c'est dans cette direction que se trouve la mer vers laquelle coule le Nil

*l'air à l'est zone du lever du soleil, de renouveau, de vie

 

Or Salviati a représenté les 4 éléments aux 4 points cardinaux en suivant l'association antique, ce qui conforte le sentiment d'une mosaïque « égyptienne »

 

J.D. 1999, mise à jour 26 novembre 2010

 

 

 

 

 

 

mosaique.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre Omer 17/03/2013 18:59

Bonjour,
Il me semble qu'en latin l'acronyme Aix signifie ''aquae sextiae justitia'' (le i et le j ont la même valeur).
Ce qui confirme les propos des eaux du firmament inférieur pour un ''discernement''. L'astrologie des 4 directions n'a de sens et signifiant qu'en son centre, la cinquième, la ''quintessence''
céleste selon le Monde, la création, le cosmos. Mais qu'en est-il des eaux supérieures au firmament !

De tout temps les hommes se sont fiés aux apparences issues des eaux de la création universelle. Ils n'ont pas Discerné ce qui les sous-tend pour en être si merveilleusement fascinés et
esclaves.

L'Absolu transcendant en son principe n'a de vie qu'en son essence. La résultante n'a de justification qu'en son expression et cela de Tout Temps.

''La Lumière Luit en les Ténèbres et les Ténèbres Ne L'ont Pas Saisie !''

De Nimrod à l'Égypte, de l'Égypte à la Grèce et de la Grèce jusqu'à Rome en passant par la Judée pour vivre en nos temps modernes, si ancien, ne convient-il pas de garder les deux pieds sur terre
afin de cesser désirer partir pour un ailleurs aux fins de complétude pour la justification de son identité.

Bonne journée à vous
Cordialement
Pierre Omer

Présentation

Recherche

Liens