Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 20:06

Josephine.jpg

 

Marie Josèphe Rose Tascher de la Pagerie, plus connue sous le nom de Joséphine, naquit à la Martinique le 23 juin 1763. Elle se maria en France (à Noisy-le-Grand) le 13 décembre 1779 avec le vicomte Alexandre de Beauharnais qui était alors sous-lieutenant. Elle en eut 2 enfants nés à Paris : Eugène le 3 septembre 1781 et Hortense le 10 avril 1783. Joséphine retourna à la Martinique en 1788, mais revint à Paris en 1790, la révolution française avait gagné la Martinique.

En 1789, Alexandre de Beauharnais fut représentant de la noblesse aux Etats Généraux, puis élu à l'Assemblée Constituante dont il devint le président en 1791 après avoir rejoint le groupe des Jacobins.

Après la fin de l'Assemblée Constituante, le 1er octobre 1791, Alexandre réintégra l'armée. En 1793 il fut général de division à l'armée du Rhin. Il lui fut reproché la perte de Mayence en juillet 1793. Arrêté en janvier 1794, il fut emprisonné à la prison des Carmes. Condamné par le tribunal révolutionnaire, il fut guillotiné le 23 juillet 1794.

Joséphine de son côté fut emprisonnée à la même prison le 21 avril 1794 jusqu'au 6 août. En prison elle fit la connaissance de Thérésa Cabarrus (Madame Tallien), elle aussi emprisonnée. C'est pour éviter qu'elle soit guillotinée que son amant Tallien, jacobin proche de Danton et président de la Convention, participe au 9 thermidor (26 juillet 1794) qui permettra d'éliminer Robespierre, Saint Just etc. Pendant que leurs parents étaient en prison, Eugène de Beauharnais « travaillait chez un menuisier pour gagner sa nourriture, tandis qu'Hortense était chez une lingère , où, par pitié, on lui en accordait autant ».

Joséphine fut la maîtresse de Hoche (connu aussi à la prison des Carmes) puis de Barras, l'homme fort du Directoire jusqu'à ce que le dit Barras s'en dé...barasse en la mettant dans les bras du jeune Bonaparte déjà célèbre. Le mariage de Joséphine et de Napoléon fut célébré le 8 mars 1796. Joséphine devint impératrice lorsque Napoléon devint empereur en 1804 puis reine d'Italie lorsque le même Napoléon devint roi d'Italie en 1805.

Ne parvenant pas à donner d'héritier à Napoléon, Joséphine fut contrainte au divorce le 14 décembre 1809.

Elle vint séjourner à Aix-les-Bains en 1810 (pour ne pas être présente à Paris lors de l'arrivée de Marie-Louise) du 15 juin jusqu'au 25 août. Elle séjourna à la villa Chevalley où elle retrouva sa fille Hortense arrivée à Aix le 27 juillet 1810. Joséphine reviendra à Aix fin septembre 1812.

L'illustration jointe représente Joséphine durant son séjour de 1810, dans l'escalier du château du marquis d'Aix, accompagnée de son chien Askim. Le château fut racheté au marquis par la municipalité d'Aix le 14 septembre 1866 pour devenir la mairie d'Aix.

L'illustration est extraite de : « Album de voyage de l'Impératrice Joséphine en Savoie et en Suisse en 1810 » édité par la « Société des Amis de Malmaison ». C'est en 1910 que l'impératrice Eugénie offrit à la Malmaison un recueil de 33 dessins à la mine de plomb relatifs à ce voyage de Joséphine un siècle plus tôt.

Aucun de ces dessins n'est signé et les historiens se sont mis l'esprit à la torture pour en deviner l'auteur. Certains les ont attribués à Hortense qui était une excellente dessinatrice. D'autres dont l'avis semble avoir prévalu, ont attribué ces dessins à Lancelot-Théodore Turpin de Crissé, chambellan de Joséphine.

Sur le témoignage de la comtesse de Kielmansegge, dame de compagnie de Joséphine, les historiens ont classé Turpin de Crissé au nombre des amants de Joséphine. L'un d'eux écrivant même : « Le valet de carreau fit alors une impériale levée ». Pour le premier de l'an 1811, Turpin de Crissé avait offert à Joséphine un jeu de cartes dont il avait lui-même peint les personnages. Joséphine était en dame de cœur, et Turpin de Crissé s'était représenté en valet de carreau.

Cela n'empêcha pas, lorsque l'occasion s'en présenta, que le chambellan passe à l'ennemi et un historien d'écrire : « Au moment où l'issue de la campagne de France paraît fatale, Turpin se retrouve légitimiste et conspire avec une partie de la maison de sa protectrice en faveur des alliés et des Bourbons ».

J.D. 26 mars 2013

La récapitulation par thèmes des notes de ce blog se trouve sur la fiche N° 76.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens