Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 16:10

Santena.jpg  

Les asperges vertes de Santena

 

 

 

Santena est une ville italienne d'environ 10.600 habitants située à une vingtaine de kms au sud-est de Turin en direction d'Asti. Cette ville possède un château qui appartint à la famille Cavour et qui conserve de nombreux souvenirs de cette famille. Dans une annexe du château sont inhumés le célèbre Cavour (Camillo Benso comte de Cavour) et quelques autres membres de sa famille. Le château et ses dépendances ont été rachetés par la ville de Turin qui en a confié la gestion à la fondation « Camillo Cavour »

Cavour naquit à Turin le 10 août 1810 au Palazzo Cavour situé aujourd'hui au N° 8 de la via...Cavour. C'est là également qu'il mourut le 6 juin 1861.

Dans le cadre des campagnes d'Italie de Bonaparte, le Piémont avait d'abord était érigé en « République Piémontaise » le 10 septembre 1798, devenue « République subalpine » le 20 juin 1800 puis directement annexé à la France le 11 septembre 1802. Cavour est donc né en territoire français comme beaucoup de ses compatriotes à cette époque (Verdi, Garibaldi etc). A sa naissance, Cavour eut pour parrain et marraine le prince Camille Borghèse et son épouse (Pauline Bonaparte sœur de Napoléon et veuve du général Leclerc, que le Prince avait épousé le 6 novembre 1803).
Après le traité de Tilsit le 7 juillet 1807, Napoléon avait nommé son beau-frère (Camille Borghèse) « gouverneur général des départements au delà des Alpes ».

Le gouverneur s'installa au « Palazzina di caccia di Stupinigi » c'est-à-dire au pavillon de chasse de Stupinigi qui faisait partie d'un ensemble de résidences que les souverains de la dynastie de Savoie avaient fait construire autour de Turin.

Le français fut la langue maternelle de Cavour par sa mère (Adèle de Sellon) qui était originaire de Genève et aussi par sa grand-mère paternelle : Philippine de Sales (arrière petite nièce de Saint François de Sales) qui venait de Thorens-Glières (aujourd'hui en Haute-Savoie)

Le jeune Cavour commença d'abord une carrière militaire et dès l'hiver 1826/1827 (à 16 ans) il était lieutenant du corps de génie. Il démissionna de l'armée le 12 novembre 1831. Entre temps, il participa aux travaux de fortifications dans les Alpes en particulier aux forts de l'Esseillon en Maurienne.
En 1832, il se fit élire maire de Grinzane, ville de la province de Coni, il en fut maire jusqu'en 1848. Depuis la ville a pris le nom de Grinzane-Cavour De 1834 à 1843, Cavour voyagea beaucoup en Suisse, en France, en Angleterre et s'intéressa durant cette période au développement économique et en particulier à l'agriculture, à l'industrie, aux voies ferrées et à la banque.

Dans le royaume de Sardaigne, Cavour devint ministre de l'agriculture et du commerce le 11 mars 1850, auquel il ajouta le ministère des finances le 19 avril 1851. Il devint chef du gouvernement le 4 novembre 1852 puis Président du conseil du royaume d'Italie après la proclamation de ce royaume le 17 mars 1861. Cavour fut seulement absent du gouvernement 6 mois après l'armistice de Villafranca, c'est-à-dire du 12 juillet 1859 au 15 janvier 1860. L'on sait que beaucoup considèrent Cavour comme le principal artisan de l'unité italienne, mais il n'eut guère le temps d'en profiter puisqu'il mourut moins de 3 mois après la proclamation du royaume d'Italie.

Par sa famille, Cavour avait de grandes propriétés foncières en particulier à Santena et c'est dans les années 1840 qu'il initia et encouragea dans cette région la culture de l'asperge. Depuis et sans discontinuer, l'asperge verte est devenue une spécialité de Santena.

Chaque année, le troisième lundi de mai il y a une foire aux asperges à Santena. Sur une place de Santena (piazza Martiri della Libertà) a été érigé un monument à la gloire de l'asperge, représentant une femme sur 4 côtés surmontés d'une botte d'asperges. Beau symbole pour Cavour qui fut un grand amateur autant des femmes que des asperges. A Turin, au Palazzo Cavour, se tient d'ailleurs du 26 mars 2011 au 26 juin 2011 une exposition sur le thème « Cavour séducteur et gourmet ».

C'est Cavour qui eut l'idée d'envoyer dans les bras de Napoléon III la Castafiore, oh erreur, la Castiglione (Virginia Oldoini mariée à 17 ans avec le comte François Verasis di Castiglione). Cette Castiglione est décrite comme fantasque et aimant les bijoux. Ainsi, l'historien genevois Paul Guichonnet dans son excellent livre (« histoire de l'annexion de la Savoie à la France » la Fontaine de Siloé, février 2003) écrit page 88 à propos de la Castiglione : «  Eblouie et grisée par son aventure, la Castiglione affiche son triomphe sans discrétion. Elle fait état des largesses du monarque, argent, dentelles de prix, une émeraude de 100.000 francs, ce qui attise la jalousie de ses rivales, indispose l'empereur et suscite l'animosité viscérale de l'impératrice Eugénie ».

Je me demande si lorsqu'Hergé édita « les bijoux de la Castiglione » oh pardon de la Castafiore, ne fut pas influencé par le personnage de la Castiglione ?

J.D. 14 mai 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens