Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 10:05

 

Les frères Delisle

lac-Guillaume-Delisle.jpg

Jules Verne, dans une « Histoire générale des grands voyages et des grands voyageurs » publiée en 1878, parle de 3 frères Delisle. Voici ce qu'il écrit :

 

« Cassini proclamait avec raison que la cartographie n'était plus à la hauteur de la science. En effet, Sanson avait suivi aveuglément les longitudes de Ptolémée, sans tenir compte des progrès des connaissances astronomiques. Ses fils et petits-fils n'avaient fait que rééditer ses cartes en les complétant, et les autres géographes se traînaient dans la même ornière. Le premier, Guillaume Delisle, construisit de nouvelles cartes, en mettant à profit les données modernes, et rejeta de parti pris tout ce qu'on avait fait avant lui. Son ardeur fut telle, qu'il avait entièrement exécuté ce projet à vingt-cinq ans. Son frère, Joseph-Nicolas, enseignait l'astronomie en Russie, et envoyait à Guillaume des matériaux pour ses cartes. Pendant ce temps, Delisle de la Croyère, son dernier frère, visitait les côtes de la mer Glaciale, fixait astronomiquement la position des points les plus importants, s'embarquait sur le vaisseau de Behring et mourait au Kamtchatka.

Voilà ce que furent les trois Delisle. Mais à Guillaume revint la gloire d'avoir révolutionné la cartographie.

Il parvint dit Cooley, à faire concorder les mesures anciennes et modernes et à combiner une masse considérable de documents; au lieu de limiter ses corrections à une partie du globe, il les étendit au globe entier, ce qui lui donne un droit très positif à être regardé comme le créateur de la géographie moderne. Pierre le Grand, à son passage à Paris, lui rendit hommage, en le visitant pour lui donner tous les renseignements qu'il possédait lui-même sur la géographie de la Russie.

Est-il rien de plus concluant que ce témoignage d'un étranger? Et, si nos géographes sont dépassés aujourd'hui par ceux de l'Allemagne et de l'Angleterre, n'est-ce pas une consolation et un encouragement de savoir que nous avons excellé dans une science où nous travaillons à reprendre notre ancienne supériorité?

Delisle vécut assez pour voir les succès de son élève J.B. D'Anville.... »

 

Jules Verne parle de trois frères Delisle, mais en fait ils furent quatre (comme les trois mousquetaires). Revue de famille :

 

Le Père :

CLAUDE DELISLE :Fils d'un médecin, Claude Delisle naquit à Vaucouleurs dans la Meuse le 5 novembre 1644 et décéda à Paris le 2 mai 1720. Après des études de droit, il devint d'abord avocat, puis il s'orienta vers l'histoire qu'il enseigna. Il fut l'auteur de plusieurs ouvrages dont :

« Relations historiques du royaume de Siam » en 1684,

« Atlas historique et généalogique » en 1718,

« traité de chronologie » publié en 1730,

« abrégé de l'histoire universelle » publié en 1731,

« introduction à la géographie avec un traité de la sphère » publié en 1746

Cette énumération, qui n'est pas exhaustive, montre que l'historien fut aussi géographe. Au début de leur carrière, il put donc aider ses fils tant par ses connaissances que par ses relations. Il avait notamment enseigné l'histoire à Philippe d'Orléans, duc de Chartres...petit-fils de Louis XIII, et qui fut régent de 1715 à 1723 durant l'enfance de Louis XV.

Il obtint la charge de « censeur royal » (il s'agissait à l'époque d'une compagnie d'experts chargée d'autoriser la publication imprimée de livres avec privilège royal)

Il se maria une première fois avec Marie Malaine, puis devenu veuf, il se remaria avec Charlotte Nicole Millet de la Croyère.

De ses 2 épouses, il eut 12 enfants dont cinq seulement parvinrent à l'âge adulte, une fille (Angélique) et 4 fils

 

Les Fils:

GUILLAUME DELISLE: naquit à Paris le 28 février 1675 et décéda d'une attaque d'apoplexie à Paris le 25 janvier 1726.

Il s'orienta très vite vers la cartographie-géographie. Il  avait déjà publié ses premières cartes dès 1700 et était reçu à l'Académie royale des Sciences en 1702.. Il fut chargé d'enseigner la géographie au futur roi Louis XV et reçut pour cela le 24 août 1718 le titre de « premier géographe du roi ». Il rencontra le tsar Pierre le Grand pour la première fois à Paris le 17 juin 1706 et entretint avec lui une correspondance jusqu'en 1721.

En mars 1726, plus de cent cartes de Guillaume Delisle furent recensées dans le « Mercure de France »

Il publia lui aussi plusieurs ouvrages dont :

« conjectures sur la position de l'île de Méroé » en 1708,

« observation sur la variation de l'aiguille aimantée » en 1710

« détermination géographique de la situation et de l'étendue des différentes parties de la terre » en 1720

« remarques sur la carte de la mer Caspienne » en 1721

Sur une "carte du Canada ou de la Nouvelle France" de Guillaume Delisle réalisé en 1703, figure pour la première fois le nom de la baie d'Hudson.

En 1962, le gouvernement du Québec donna le nom de Guillaume Delisle à un lac dénommé antérieurement « Richmond Gulf ». Il s'agit d'un lac d'eau salée située au Québec à environ 1200 kms au nord de Montréal, de forme triangulaire, d'une superficie de 712 kms2 et de 61 kms sur 22 dans ses plus grandes dimensions. Il communique avec la partie sud-est de la baie d'Hudson par un chenal de 5 kms de long appelé « le Goulet ». Ce lac Guillaume Delisle, ainsi qu'un autre lac proche appelé « le lac à l'eau claire » forment un ensemble qui figure sur le registre des aires protégées du Québec. Des Inuits vivent encore au bord du lac Guillaume Delisle.

Un écrivain (connu à son époque) nommé Bernard Le Bouyer de Fontenelle fit l'éloge de Guillaume Delisle lors de son décès en 1726.

De son mariage le 23 janvier 1707 avec Marie Darbisse,Guillaume Delisle laissa une fille prénommée Charlotte. Après la mort de son père, Charlotte épousa, au début de 1729, Philippe Buache, un élève de son père qui travaillait à "L'Atelier Delisle"depuis 1719. Cet atelier avait été fondé pour imprimer et diffuser les cartes de géographie. L'atelier périclita après le décès de Guillaume. Sa fille Charlotte décéda en 1730 à l'occasion de son premier accouchement, mais sa fille survécut. Quant à Philippe Buache, il récupéra en 1729 le titre de premier géographe du roi, titre qui avait été créé pour Guillaume Delisle

Un livre intitulé "L'Atelier Delisle" a été publié en novembre 2000 aux éditions "Septentrion". L'auteur s'appelle : Nelson-Martin Dawson. Ce livre de 300 pages, particulièrement documenté, contient spécialement un beau portrait de Guillaume Delisle page 144, ainsi qu'une liste exhaustive des cartes et études dues à Guillaume depuis l'année 1700 (pages 253 à 258). Ce livre est diffusé par la FNAC

 

JOSEPH-NICOLAS DELISLE: né à Paris le 4 avril 1688, décédé à Paris le 11 septembre 1768.

Il s'intéressa à l'astronomie et à la géographie après une éclipse solaire en 1706 et fut professeur au collège de France (collège royal) dès 1718. Il fut également membre de l'Académie royale des Sciences. En 1712, il avait fait établir un observatoire d'astronomie dans le dôme du Luxembourg. Le tsar Pierre le Grand l'appela à Saint-Pétersbourg, pour créer et diriger une école d'astronomie, reliée à l'Académie des Sciences de Russie. C'est début novemvre 1725, année de la mort de Pierre 1er (décédé le 8 février 1725) que Joseph Nicolas rejoignit Saint Pétersbourg et commença sa mission. Il explora la Sibérie lors d'un voyage de février à décembre 1740. Il fut le principal auteur d'une carte générale de la Russie publiée en 1745. Il fut de retour à Paris le 15 septembre 1747 et créa son propre observatoire à l'hôtel de Cluny. En 1915, Albert Isnard recensa 190 cartes de la Russie dues à Joseph-Nicolas Delisle. On voit donc que l'astronome fut aussi géographe. Durant son long séjour en Russie, ce Delisle copia secrètement, malgré la méfiance des Russes, de nombreux documents et de nombreuses cartes qu'il réussit à faire parvenir à la Cour de France. La carrière de ce Delisle en Russie a été particulièrement étudiée par Marie-Anne Chabin (née en 1959), qui fut conservatrice à la Direction des Archives de France et qui réalisa une thèse sur les relations franco-russes au XVIIIe siècle.

Parmi les publications de Joseph-Nicolas Delisle :

« projet de la mesure de la terre en Russie » de 1737

« Mémoires pour servir à l'histoire et au progrès de l'astronomie, de la géographie et de la physique » en 1738.

Joseph-Nicolas avait rencontré Newton en 1734 et fut l'un des premiers scientifiques français à partager les théories de Newton. Durant son séjour en Russie, Joseph-Nicolas inventa en 1732 une échelle de température qui à l'époque fut appelée « échelle Delisle ». Il fut aussi l'inventeur d'un thermomètre universel de grande précision. En 1763, il se retira à l'abbaye Ste Geneviève où il mourut en 1768.

C'est en l'honneur de ce Joseph-Nicolas, qu'en 1935, un cratère sur la lune (sur la face visible nord) fut appelé « cratère Delisle ». Ce cratère fut photographié par la mission Apollo 15 en 1971. Un massif montagneux lunaire d'un diamètre de 30 kms à sa base et situé à 15 kms du cratère Delisle, a été appelé « Mons Delisle ».

 

LOUIS DELISLEdit DELISLE DE LA CROYERE (du nom de sa mère)

naquit en 1690. Fut lui aussi astronome.

En 1727, sur proposition de son frère Joseph-Nicolas, l'impératrice de Russie Catherine (première), confia à ce Louis Delisle une mission d'observations astronomiques et physiques sur toutes les côtes nord de la Russie. Cette exploration dura 3 années. Dans ses carnets de voyages, Louis Delisle consigna de nombreuses observations non seulement sur les territoires mais aussi sur les populations rencontrées En 1741, il s'embarqua pour une expédition avec Behring et mourut au cours de cette expédition le 22 octobre 1741 dans le Kamtchatka.

Un internaute, professeur de culture française à l'Université Fédérale de l'Oural à Ekaterinbourg, et qui s'est intéressé à l'histoire de Louis Delisle, m'a signalé que ce Louis Delisle passa quelques années au Canada comme militaire avant son départ pour la Russie. Toujours selon la même source, Louis Delisle est signalé en 1717 au fort Saint Louis (aujourd'hui fort Chambly au Québec). Il rentra à Paris en 1724 avec le grade de sergent.

 

SIMON-CLAUDE DELISLE:

Fut le moins célèbre des quatre frères. Il naquit en 1675 et mourut en 1708. On sait de lui seulement qu'il fut historien et suppléa son père (Claude) dans ses leçons d'histoire.

  J.D. 24.3.2011, dernière mise à jour le 30.10.2011

Guillaume Delisle extrait de "L'Atelier Delisle" de Nelson Martin Dawson

Guillaume Delisle extrait de "L'Atelier Delisle" de Nelson Martin Dawson

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens