Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 23:30

Dans l'histoire de Rome, il y eut quatre républiques. La plus longue dura 482 ans et la plus courte 5 mois.

 

La république antique :

On ne sait pas si Rémus et Romulus ont réellement existé, mais leur histoire, elle, existe. On la retrouve chez Tite-Live (histoire romaine), chez Plutarque (Vie de Romulus), chez Ovide (Les Fastes) etc Virgile dans l'Enéide se chargeant de faire le lien entre les Romains et les héros troyens. Légendaire ou réelle, l'histoire de la fondation de Rome fait partie de l'histoire romaine.

Selon la légende, Romulus fut le premier roi de Rome. A sa suite, se succédèrent 6 autres rois : 3 rois sabins puis 3 rois étrusques. Le dernier roi s'appelait Tarquin qui fut surnommé « Tarquin le Superbe » pour le distinguer du premier roi étrusque appelé lui aussi Tarquin et surnommé « Tarquin l'ancien ».

Le fils de Tarquin le Superbe viola une citoyenne romaine nommée Lucrèce. Celle-ci se suicida après avoir révélé le viol à son mari.

Le mari en question ameuta le peuple de Rome qui chassa le roi en -509 et proclama la République. A ce moment là, Rome n'était pas encore grand chose : le site de Rome et très peu de territoire autour.

Dans la République romaine, le peuple réuni en assemblées, nommait les magistrats, avec au sommet de la magistrature 2 consuls élus pour un an. Ces magistrats possédaient le pouvoir exécutif tandis que le Sénat, constitué d'anciens magistrats, devenant sénateurs à vie, avait le pouvoir législatif.

Cette république fit d'abord la conquête de l'Italie au terme de nombreuses guerres contre les autres occupants du territoire :

*guerres contre les Etrusques en – 507 puis de -406 à -395

*guerres contre d'autres latins en -496 puis de -340 à -338

*guerres contre les Volsques de -488 à -486

*guerre contre les Eques en -458

*guerres contre les Samnites de-343 à -341, de -328 à -312 puis de-310 à -304

etc

Puis d'une grande partie du monde connu de l'époque. Voici les principales étapes de cette conquête :

Sicile : -241

Sardaigne et Corse : -231

Espagne : -197

Illyrie (Yougoslavie) : -167 à -45

Grèce : -146

Afrique du nord : -146

Proche-Orient : -129

La Gaule narbonnaise : -121

La Crête, Chypre... : de -74 à -58

La Syrie : -64

La Gaule : -51

L'Egypte : -30

Durant cette période, Rome avait dû, en outre, faire face à de nombreux périls :

*l'invasion gauloise en -390 et en -367

*l'invasion grecque avec Pyrrhus de -280 à -275

*les guerres contre Carthage (guerres puniques) de – 264 à -146

*les révoltes d'esclaves dont celle de Spartacus fut la plus connue (en -73)

etc

Mais les conquêtes en amenant richesses et puissance à Rome, excitèrent les appétits ce qui fut la cause de guerres civiles pour la prise de pouvoir dont les plus célèbres furent celle entre Marius et Sylla puis celle entre César et Pompée, ce qui entraîna des combats de légions contre légions. Après l'assassinat de Jules César le 15 mars de l'an 44 avant notre ère, 3 prétendants au pouvoir s'unirent d'abord en formant le second triumvirat et se partagèrent le territoire de Rome : Octave petit neveu de César prit l'Europe, Marc-Antoine ancien lieutenant de César récupéra l'Asie plus l'Egypte et enfin Lépide (proconsul de la Gaule narbonnaise) à qui revint l'Afrique (sauf l'Egypte). Lépide fut le premier éliminé et l'Afrique passa sous le contrôle d'Octave. Enfin Octave fut vainqueur d'Antoine et de Cléopâtre à la bataille d'Actium le 2 octobre -31.

Le triumvirat, gouvernement à trois se réduisit au gouvernement à un !

En -27, le Sénat accorda à Octave tous les honneurs, tous les pouvoirs et tous les titres dont celui « d'Auguste » qui devint son nom.

Auguste ne déclara pas la fin de la République, mais de fait elle n'existait plus, les assemblées du peuple (les comices) ne furent plus réunies et si le Sénat subsista, sa principale fonction fut de « lécher les bottes » à l'empereur. Cette situation explique probablement que Rome ne légiféra jamais pour fixer le mode de désignation des empereurs. Cela fut par la suite cause de nombreuses autres guerres entre prétendants au pouvoir.

Quoi qu'il en soit, tous les historiens s'accordent pour fixer, de fait, la fin de la République romaine en -27 après 482 années d'existence d'une histoire très glorieuse.

 

La République romaine du douzième siècle :

A Rome au douzième siècle, un moine nommé Arnaud de Brescia critiquait vivement le Vatican, comme le feront après lui Savonarole (au quinzième siècle) ou Martin Luther (au seizième siècle). En 1143 il parvint à soulever la population de Rome qui déclara la République. Pour gouverner la cité, l'assemblée du peuple élut un patrice et 56 sénateurs. Le Pape quitta Rome. Mais en 1155, l'empereur germanique Frédéric Barberousse parvint à faire arrêter Arnaud de Brescia, le livra au Pape. Arnaud de Brescia condamné à mort fut brûlé vif à Rome et ce fut la fin de cette République romaine

 

La République romaine du dix-huitième siècle :

A la tête d'une armée du Directoire, le général Berthier s'empara de Rome le 11 février 1798. Le Pape Pie VI fut arrêté, transporté successivement à Sienne, à Florence, à Grenoble puis à Valence où il mourut le 29 août 1799.

La République romaine fut proclamée le 15 février 1798. Des commissaires français (Daunon et Monge) rédigèrent une constitution pour la nouvelle République. Cette constitution fut proclamée le 20 mars 1798 par le général Masséna qui avait remplacé Berthier.

Ferdinand IV roi de Naples parvint à reprendre la ville le 27 novembre 1798, la perdit le 14 décembre 1798, la reprit aux Français en septembre 1799. Officiellement la République romaine fut dissoute en juin 1800. Un concile fut réuni à Venise à partir du 1er décembre 1799. un nouveau pape fut élu : Pie VII. Il rentra à Rome le 3 juillet 1800, mais l'on sait que les troupes françaises envahirent Rome à nouveau en 1808, que Rome et sa région furent directement annexées à la France par décret en 1809 et ce jusqu'à la chute de Napoléon. Le pape Pie VII fut envoyé en captivité d'abord à Savone puis à Fontainebleau. Il ne rentra à Rome qu'en 1814.

 

La République romaine du dix-neuvième siècle:

Après la chute de Napoléon 1er, les vainqueurs se réunirent en congrès à Vienne pour se partager les dépouilles de l'empire napoléonien (dans le partage des dépouilles, l'Autriche représentée par Metternich se tailla la part du lion), mais aussi pour assurer la pérennité d'une Europe de têtes couronnées de droit divin et pour s'opposer aux idées des philosophes et de la Révolution française : droits des peuples, droits des nationalités, démocratie...

Une chape de plomb s'abattit sur les peuples européens. La situation créée par le congrès de Vienne fut appelée « le concert européen » et n'eut qu'un mérite, assurer la paix après une période de guerres qui furent appelées « guerres napoléoniennes » ce qui permit de faire admettre à l'opinion publique que ce Napoléon était le seul responsable de toutes ces guerres, en oubliant les 7 coalitions de l'Europe contre la France de 1792 à 1815. Coalitions dont l'Angleterre (la perfide Albion) fut la principale instigatrice ! En France, au moins, on aurait put baptiser ces guerres de « guerres anglaises ».

L'année 1848 fut celle des révolutions en Europe. Cette année fut appelée « l'année du printemps des peuples » ou « du printemps des révolutions ». En voici un bref résumé :

*12 janvier 1848 : soulèvements à Palerme contre le roi de Naples et de Sicile (Ferdinand II)

*22/24 février 1848 : révolution à Paris entraînant la chute de Louis-Philippe et l'avènement de la seconde République française

*13/14 mars 1848 : Révolution à Vienne, Metternich doit démissionner

*15 mars 1848 : soulèvements à Budapest

*17 mars 1848 : début de révolution à Berlin

*17 mars 1848 : soulèvement à Venise, les Autrichiens sont chassés et la « République de Saint Marc » est proclamée

*18/22 mars 1848 : soulèvements à Milan, les Autrichiens sont chassés de la ville.

*18/23 mars 1848 : soulèvements à Rome, Messine, Reggio

*15 mai 1848 : soulèvements à Naples

Toutes ces révolutions eurent 2 conséquences : la guerre contre l'Autriche et la proclamation de la République romaine.

La guerre contre l'Autriche:

Au congrès de Vienne, l'Autriche avait de nouveau annexé la Vénétie et la Lombardie.

Après les soulèvements à Venise et à Milan, le roi de Sardaigne Charles-Albert à Turin, se mit à la tête de ses troupes et partit en guerre contre l'Autriche. Il reçut quelques renforts de Léopold II Grand Duc de Toscane, de Ferdinand II roi de Naples et de Sicile et aussi du Pape Pie IX. Le 24 mars 1848, le Pape, qui était encore souverain d'un important territoire, déclara soutenir la cause (de la libération de la Vénétie et de la Lombardie) et envoya une troupe de 7.500 soldats commandés par le général Durando. Ce contingent fut appelé « l'armée romaine ». Mais le 29 avril 1848, le Pape faisait volte-face et déclarait qu'il ne voulait pas faire la guerre à l'Autriche et ordonnait à ses troupes de regagner leur patrie (les états pontificaux). Mais ni les soldats ni le général Durando ne voulurent obéir à ses nouveaux ordres du Pape et ils continuèrent le combat contre les Autrichiens. Vaincus le 10 juin 1848, ils durent capituler.

Le retrait du pape entraîna celui de Ferdinand II qui ordonna à ses troupes de rentrer à Naples. Mais là encore les soldats aussi bien que Pepe leur général refusèrent d'obéir. Ils parvinrent à rejoindre Venise et participèrent à la défense de la ville contre l'armée autrichienne, jusqu'à ce qu'ils soient vaincus eux aussi. L'armée autrichienne reprit Venise le 24 août 1849. La République de Saint Marc avait été proclamée le 22 mars 1848, elle aura quand même duré 17 mois.

On connait la suite : Charles-Albert abdiqua après la victoire autrichienne à Novare le 23 mars 1849 et Victor-Emmanuel II lui succéda.

La République romaine:

La volte-face du Pape entraîna des troubles à Rome, le 15 novembre 1848, le comte Pellegrino Rossi chef du gouvernement pontifical était assassiné. Le 12 décembre 1848, Giuseppe Garibaldi entrait à Rome à la tête d'une armée de volontaires. Le même jour une junte prenait le pouvoir à Rome. Cette junte se dissolvait d'elle-même le 26 décembre 1848 après avoir fixé des élections pour les 21 et 22 janvier 1849.

Le 24 décembre 1848, le Pape parvenait à quitter Rome et alla se réfugier dans les états du roi de Naples et de Sicile.

La République romaine était proclamée le 5 février 1849.

Le 9 février, un « décret fondamental » :

*confiait le pouvoir exécutif à un triumvirat composé de Giuseppe Mazzini, Carlo Armellini et Aurelio Saffi.

*Garibaldi était nommé général de brigade de l'armée romaine

*le pape était déchu de son pouvoir temporel sur ses états

*la nouvelle République déclarait vouloir participer à l'unité de l'Italie.

La seconde République française ne reconnut pas cette République romaine. Le Président de la République (Louis Napoléon Bonaparte, pas encore Napoléon III) soutint le Pape. Il envoya une armée commandée par le général Oudinot, qui débarqua à Civittavechia le 24 avril 1849. Cette armée prit de vitesse l'armée autrichienne et l'armée napolitaine. Malgré une résistance héroïque contre l'armée française, l'armée romaine de Garibaldi dut capituler le 4 juillet 1849. .
Cette République romaine n'avait existé que 150 jours.

Le Pape put rentrer dans ses états et récupérer son pouvoir temporel, mais pour peu de temps car en 1860, le royaume de Sardaigne annexait la Romagne, l'Ombrie et Les Marches, anciens territoires pontificaux. Grâce à son protecteur (Napoléon III) le Pape parvenait à conserver Rome, mais après la défaite de Sedan et l'abdication de Napoléon III (le 4 septembre 1870), le royaume d'Italie récupérait Rome qui en devenait la capitale. Il fallut attendre les accords de Latran le 11 février 1929 pour que la papauté récupère un peu de souveraineté sur la cité du Vatican.

J.D. 30 avril 2011

 

 

 

Pline l'Ancien et Pline le Jeune sur la façade de la cathédrale de Côme (en Lombardie) photos J.D. 20 mai 2009

Pline l'Ancien et Pline le Jeune sur la façade de la cathédrale de Côme (en Lombardie) photos J.D. 20 mai 2009

le viol de Lucrèce en -509, tableau de Felice Ficherelli en 1640 à la Ca' Rezzonico à Venise

le viol de Lucrèce en -509, tableau de Felice Ficherelli en 1640 à la Ca' Rezzonico à Venise

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens