Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 09:12

 

 

 

Le 14 juin 1800 est le jour de la bataille de Marengo. Le lieu est situé dans le Piémont italien à l'est d'Alexandrie (Alessandria). Cette bataille opposa l'armée française commandée par le général Bonaparte déjà premier Consul à l'armée autrichienne commandée par le général Mélas. D'abord malmenée, l'armée française finit par l'emporter grâce à l'arrivée d'un renfort important, celui de Louis Desaix général de division à la tête de 9.000 hommes, complétée par une charge de cavalerie menée par Kellerman et Murat. C'est à l'occasion de cette seconde campagne d'Italie que Bonaparte et ses troupes avaient franchi à la mi-mai le col du Grand Saint Bernard.

A l'intérieur, cette victoire permit à Bonaparte de consolider sa position de Premier Consul acquise après le coup d'état du 18 brumaire (9 novembre 1799) et le remplacement du Directoire par le Consulat. Elle lui permit aussi de s'affirmer contre d'autres généraux comme Moreau.

A l'extérieur, cette victoire livra l'Italie à la France au détriment des ambitions autrichiennes. Complétée par les victoires de Moreau sur l'armée autrichienne en Bavière et Autriche (la dernière eut lieu à Hohenlinden, dans la banlieue de Munich, le 3 décembre 1800) elle mit fin à la deuxième campagne d'Italie de Bonaparte ainsi qu'à la seconde coalition de l'Europe contre la France (il y eut 7 coalitions contre la France de 1792 à 1815) et entraîna la paix avec l'Autriche par le traité de Luneville le 9 février 1801, la paix avec le royaume de Naples par le traité de Florence le 18 mars 1801, la paix avec la Russie par le traité de Paris le 8 octobre 1801. Restée seule, l'Angleterre finit, elle aussi, par signer la paix par le traité d'Amiens le 25 mars 1802.

En France Bonaparte était en concurrence avec Moreau. Ce dernier s'exila d'abord aux USA puis se mit au service du tsar de Russie. Il participa à la bataille de Dresde (sur l'Elbe en Saxe) le 27 août 1813, du côté des alliés contre la France. Il fut blessé mortellement au cours de cette bataille. Le tsar de Russie fit inhumer Moreau dans la cathédrale de Saint Pétersbourg (où il est toujours) et Louis XVIII lui décerna le titre de maréchal de France à titre posthume (en 1814 durant la première restauration). Il est vrai que le futur Louis XVIII avait quitté la France en juin 1791 au moment où son frère (Louis XVI), sa belle-sœur (Marie-Antoinette) et son neveu (le dauphin) étaient arrêtés à Varennes. Réfugié à Gand, il fut alors surnommé « notre père de Gand ». Il revint en France en septembre 1792 à la tête d'une armée pour participer à l'invasion du pays aux côtés des coalisés. Invasion qui fut arrêtée comme chacun sait à Valmy le 20 septembre 1792. Le futur Louis XVIII se réfugia, après Valmy, d'abord en Russie puis en Angleterre avant de revenir en France durant l'exil de Napoléon à l'île d'Elbe puis après Waterloo.

Quoi qu'il en soit, pour les historiens le 14 juin 1800 fut pour le futur empereur un jour de gloire. De mon avis et malgré ce succès à Marengo il fut pour Napoléon un jour néfaste, car il perdit ce jour là (certains historiens écrivent « le même jour, à la même heure ») 2 de ses meilleurs généraux, peut-être les 2 meilleurs. Il s'agit de Louis Desaix tué à Marengo alors que son intervention avait permis la victoire et de Jean-Baptiste Kléber assassiné au Caire par un musulman fanatique.

*Jean-Baptiste Kléber: né à Strasbourg le 9 mars 1753. Fut militaire dans l'armée autrichienne à compter de 1777. Il s'engagea dans l'armée française du Rhin en 1792. Fut promu général de brigade le 17 août 1793. A ce titre il participa à la guerre de Vendée contre les chouans, puis passa à l'armée du Nord et prit part à la bataille de Fleurus. Enfin, il partit avec l'armée d'Egypte et Bonaparte le 19 mai 1798. Cette campagne d'Egypte avait été souhaitée par le Directoire, qui renonçant à envahir l'Angleterre imagina de couper la route des Indes aux Anglais en prenant l'Egypte. Pour le Directoire cela permettait en outre d'éloigner Bonaparte dont la popularité après sa première campagne d'Italie inquiétait les Directeurs. Kléber prit une part très active à la conquête de l'Egypte et Bonaparte le nomma commandant en chef de l'armée d'Egypte (appelée aussi armée d'Orient) le 22 août 1799, lorsque qu'il rentra en France pour régler les problèmes intérieurs. Les Anglais persuadés que l'armée française d'Egypte était affaiblie poussèrent les Ottomans à passer à l'offensive. La flotte anglaise débarqua une armée ottomane à Damiette (sur la branche orientale du delta du Nil) le 1er novembre 1799. Cette armée fut rapidement rejetée à la mer. Durant le même temps, une armée ottomane de 60.000 soldats envahissait le delta par la voie de terre, et la population du Caire prévenue se soulevait contre l'armée française. Kléber qui ne disposait plus que de 10.000 hommes commença par affronter, le 20 mars 1800, l'armée ottomane à Héliopolis (ville située sur le Nil à l'endroit où ce fleuve se sépare pour former le delta du Nil). Malgré la disproportion des forces, Kléber fut vainqueur dans cette bataille d'Héliopolis . Les Ottomans eurent 3000 tués, les Français moins de 300. Kléber put ensuite se retourner contre la population du Caire qui fut vite matée.

Après l'assassinat de Kléber le 14 juin 1800 par un « musulman fanatique » (qui fut pris, condamné à mort et empalé), ce fut Menou qui prit le commandement de l'armée d'Egypte. Celui-ci, indécis, ne sut faire face à la situation et l'armée française dut abandonner l'Egypte. Cet abandon de l'Egypte par la France fut bénéfique pour l'Angleterre. Si Kléber n'avait pas été assassiné... mais on ne refait pas l'Histoire ! Kléber fut inhumé à Strasbourg au centre de la place d'Armes (devenue ensuite place Kléber) une statue en bronze au dessus de son caveau fut inaugurée le 14 juin 1840. Ajoutons que Kléber avait fondé à Alexandrie une loge « Isis » dont il fut le Vénérable-Maître.

*Louis Desaix: Louis Desaix est né en Auvergne le 17 août 1768 (à ne pas confondre avec le général Joseph Dessaix né en 1764 à Thonon-les-Bains).

Louis Desaix fut sous-lieutenant dans le régiment de Bretagne en 1791, puis aide de camp à l'armée du Rhin en 1792 où il devint général de brigade, puis général de division à l'armée Rhin-et-Moselle en 1794. Enfin il s'embarque pour l'Egypte avec Bonaparte. Il participe à la prise de Malte en 1798 et Bonaparte l'envoie à la poursuite de Mourad Bey après la bataille des Pyramides (21 juillet 1798). Desaix est vainqueur de Mourad Bey et de ses Mamelouks le 7 octobre 1799 à Sedyman dans le Faïoum (à une centaine de kms au sud du Caire) Rejoint par Davout et sa cavalerie, Desaix se lance alors à la poursuite de Mourad Bey et remonte le Nil. C'est à cette occasion que les soldats et les savants qui les accompagnent, découvrent les sites merveilleux de Denderah, Louqsor/Karnak, Edfou, Assouan, Philae.... Desaix fait enfin la conquête de la Haute Egypte avant de repartir pour la France le 3 mars 1800 et de rejoindre Bonaparte en Italie où son intervention permit la victoire de Marengo mais aussi où il perdit la vie. Bonaparte le fit inhumer dans la chapelle des Hospitaliers du Grand Saint Bernard. Une statue en bronze de Louis Desaix fut inaugurée à Clermont-Ferrand le 13 août 1848, place de Jaude juste en face de la statue équestre de Vercingétorix.

 

Quels auraient été les événements si Desaix et Kléber n'avaient pas été tués le 14 juin 1800 ? Kléber aurait-il supporté longtemps l'autorité de Bonaparte ? Rien n'est moins certain mais on ne réécrit pas l'histoire.

J.D. 16 février 2013

Napoléon à la citadelle de Sisteron, photo J.D. 13 octobre 2011 et le Maréchal Foch place Kléber à Strasbourg en décembre 1918 où lui fut remis le sabre de Kléber (vainqueur de Fleurus etc) document "Le Miroir" du 8 décembre 1918Napoléon à la citadelle de Sisteron, photo J.D. 13 octobre 2011 et le Maréchal Foch place Kléber à Strasbourg en décembre 1918 où lui fut remis le sabre de Kléber (vainqueur de Fleurus etc) document "Le Miroir" du 8 décembre 1918

Napoléon à la citadelle de Sisteron, photo J.D. 13 octobre 2011 et le Maréchal Foch place Kléber à Strasbourg en décembre 1918 où lui fut remis le sabre de Kléber (vainqueur de Fleurus etc) document "Le Miroir" du 8 décembre 1918

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens