Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:33

 

 

L'art du poison semble être une spécialité féminine car plusieurs femmes s'illustrèrent dans ce domaine au cours de l'Histoire telle la Voisin à Paris au XVIIe siècle. Mais être empoisonneuse sous le règne de Néron est évidemment l'optimum : plein emploi garanti !

Néron qui régna de 54 à 68 fut le cinquième empereur de la Rome antique. Il vint au pouvoir après Octave (plus connu sous le nom d'Auguste), Tibère, Caligula et Claude. Les deux principales sources d'informations sur Néron sont Suétone (Vies des douze Césars, livre VI) et Tacite (Annales livres XII à XV).

Suétone naquit vers l'an 70 et mourut vers l'an 130. Il fut responsable de la correspondance de l'empereur Hadrien après avoir été responsable des archives et documentation de Rome ainsi que de la bibliothèque.

Tacite naquit vers l'an 58 et mourut vers l'an 120. Gendre de Lucius Agricola (général romain qui s'est surtout illustré par la conquête de la « Bretagne », appelée aujourd'hui « Grande-Bretagne »), il fut successivement prêteur, consul, sénateur puis gouverneur de la province d'Asie sous les règnes des empereurs de Vespasien à Trajan.

Tous deux furent donc particulièrement bien placés pour avoir accès aux sources d'informations officielles. Certains auteurs leur reprochent un certain parti-pris. A la tribune de l'ONU, Khrouchtchev déclara un jour : « personne n'est neutre, sauf Dieu et Dieu n'existe pas ».je lui laisse la responsabilité de son appréciation sur Dieu, par contre il a probablement raison en ce qui concerne la neutralité. Cependant le cas de Néron est tellement caricatural, que même si les auteurs en ont rajouté, ils sont peut-être encore en dessous de la réalité.

Néron naquit le 15 décembre de l'an 37. Il est le fils de Gnaeus Domitius Ahénobarbus (petit-fils de Marc-Antoine) et d'Agrippine, sœur de l'empereur Caligula, arrière petite-fille de l'empereur Auguste et nièce de l'empereur Claude. Voir sur mon blog les fiches 33 et 34 relatives aux Julio-Claudiens.

Selon Suétone, Caligula entretint des relations incestueuses avec toutes ses sœurs dont Agrippine (Vies des douze Césars livre IV, en XXIV).

Claude né à Lyon en 10 avant notre ère, devint empereur après l'assassinat de Caligula le 24 janvier de l'an 41. Il avait eu Plautia pour première épouse, dont il avait eu un enfant mort en bas âge. Remarié avec Paetina en 28, il en avait eu une fille (Antonia), Remarié une nouvelle fois avec Messaline en 38 il en avait eu 2 enfants : Octavie (en 40) et Britannicus né le 12 février 41. Messaline fut exécutée en 48 pour avoir comploté contre Claude. Agrippine se mit alors sur les rangs pour épouser Claude qui était son oncle (le frère de son père).

En premières noces, Agrippine avait été mariée avec Domitius Ahénobarbus dont elle avait eu un fils : Néron. Après la mort de ce premier mari (en janvier 40), elle se remaria avec un très riche romain qui mourut fort opportunément pour laisser sa fortune à Agrippine. Agrippine parvint à évincer les prétendantes et à se marier avec Claude le 1er janvier 49. Il fallut une décision spéciale du Sénat de Rome pour autoriser ce mariage d'un oncle avec sa nièce.

Une fois dans la place, Agrippine fit adopter son fils Néron par Claude (le 25 février 50), puis fit épouser à Néron, Octavie fille de Claude et de Messaline, en 53. Ainsi Néron beau-fils de l'empereur Claude par le mariage de sa mère devint aussi le gendre de l'empereur par son mariage avec Octavie. Cela le mettait sur un pied d'égalité avec Britannicus pour succéder à Claude. Tout cela effectué, Claude devenait inutile aux projets d'Agrippine. La première, elle utilisa les services de Locuste. Voici ce qu'écrit Tacite : « Agrippine, résolue depuis longtemps au crime, pressée de saisir l'occasion et ne manquant pas d'instruments, délibéra sur la nature du poison.... On choisit une femme habile en cet art, nommée Locusta, condamnée depuis peu pour empoisonnement, et qui fut longtemps un instrument de pouvoir. Le poison fut préparé par le talent de cette femme (le 13 octobre 54) et donné par l'eunuque Halotus, dont la fonction était de servir les mets et de les goûter. Tous les détails devinrent si publics que les historiens du temps nous ont appris que le poison fut mis dans un succulent plat de cèpes... Agrippine feignant d'être vaincue par la douleur et de chercher des consolations, serrait Britannicus dans ses bras, l'appelait la vivante image de son père, et, par mille artifices, l'empêchait de sortir de son appartement. Elle retint de même ses sœurs Antonia et Octavie. Des gardes avaient fermé par ses ordres toutes les avenues du palais, et elle publiait à chaque instant que la santé du prince (Claude) était meilleure, afin d'entretenir l'espérance des soldats et d'attendre le moment favorable... ». (Annales livre XII en LXVI et LXVII)

Agrippine put ainsi faire proclamer son fils Néron empereur par les soldats. En même temps elle pensait assurer son pouvoir. Ce fut le cas au début du règne de Néron mais lorsque celui-ci commença à écarter sa mère pour gouverner seul, elle eut même une relation incestueuse avec Néron pour conserver son pouvoir (Suétone, Vies des douze Césars livre VI en XXVIII). Agrippine qui avait eu des relations avec son frère, qui avait épousé son oncle, puis l'avait empoisonné n'en était plus à cela près ! En Egypte sous la XIXe dynastie, Ramsès II avait bien eu deux de ses filles dans ses grandes épouses royales ! Cela devait faire partie du programme « mariage pour tous » Quand on supprime les limites, où s'arrête-t-on ?

Malgré cet inceste avec sa mère, Néron finit par vouloir la noyer, mais comme le coup échoua car elle savait nager, il envoya des soldats pour la poignarder. Elle présenta son ventre aux soldats en disant « frappez là ». Elle voulait dire « punissez ce ventre pour avoir porter un tel monstre ».

Néron fut responsable de la mort d'une grande quantité de gens. Il en empoisonna avec les préparations de Locuste, ce fut le cas de Britannicus qui mourut d'un poison foudroyant la veille de sa majorité. D'autres furent contraints de se suicider sur ordre ce qui fut le cas entre autres de Pétrone, de Lucain ou de Sénèque qui avait été le précepteur de Néron. D'aucuns furent massacrés, ou livrés aux lions, ce qui fut le cas de chrétiens et même de sénateurs. Octavie fille de Claude et de Messaline et épouse de Néron fut massacrée ainsi que sa sœur Antonia fille de Claude et de Paetina. Néron tua Popée, qu'il avait épousée après Octavie, de coups de pieds dans le ventre alors qu'elle était enceinte.....

Il en fit tellement en matière de crimes et de débauche que les légions se soulevèrent. Julius Vindex, gaulois d'origine qui commandait les légions romaines de la gaule lyonnaise fut le premier à prendre la tête de la révolte, bientôt suivi par Galba et les légions d'Espagne et d'autres. Le Sénat le déclara ennemi public.

Par un curieux paradoxe, Locuste ne put rien pour aider Néron à quitter la vie. Lorsque Néron s'enfuit en juin 68, ses gardes l'avaient déjà abandonné et pillé, emportant notamment le coffret contenant les précieuses préparations de Locuste.
Néron avait choisi de se suicider mais ne parvenait pas à s'y résoudre. Lorsque le pas des chevaux des légionnaires qui venaient l'arrêter se fit entendre, le 9 juin 68, il fallut qu'Epaphrodite (un de ses esclaves affranchis) lui enfonce un poignard dans la gorge pour que Néron, après quatorze de règne, se décide à passer de vie à trépas.

Si Locuste peut être considérée comme la « mère » de toutes les empoisonneuses, Néron, lui, serait plutôt le « saint patron » d'autres cercles, si l'on ose écrire. En effet, si Néron eut des relations avec de nombreuses femmes y compris celles qu'il viola (dont des vestales), il en eut aussi avec des hommes. Il fit même émasculer son esclave Sporus qu'il prétendit transformer en femme, qu'il appelait Sabina et qu'il embrassait en public.

Dans les domaines du vice et de la cruauté, il faut dire que devenant empereur après Tibère, Caligula et Claude, il fallut une imagination particulièrement fertile à Néron pour innover !

J.D. 25 mars 2013

 

 

La récapitulation des notes de ce blog par thèmes se trouve sur la fiche N° 76 http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html

tête de Néron au musée national de Rome

tête de Néron au musée national de Rome

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernard Fripiat 26/03/2013 13:41

Coucou, votre article est très intéressant. Le petit problème concernant notamment Néron, les seuls sources que l'on a sont celles de Tacite et Suétone dont l'objectivité est très relative.
Catherine Hague et moi sommes passionnés par ce sujet. Saviez-vous, par exemple, que les Romains ne possédaient pas de poison provoquant une mort immédiate (genre cyanure). C'est la raison pour
laquelle, ils se suicidaient en s'ouvrant les veines dans de l'eau chaude. La ciguë supposait 10 heures de souffrance. Nous en avons fait un roman accessible sur amazon et dont notre éditeur donne
un bel aperçu.
http://editionsgunten.net/par-auteur/nom-de-f-a-h/bernard-fripiat-auteur-orthogaffe/neron-et-si-c-etait-un-brave-type-detail
Cordialement,

Bernard

Présentation

Recherche

Liens