Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 12:51

 

Réflexions électorales

 

Durant la campagne des présidentielles 2012, François Hollande a fait diffuser dans toute la France une plaquette de 41 pages numérotées et intitulée : « Le changement c'est maintenant, mes60 engagementspour la France ».

En 1981, François Mitterand avait déjà diffusé « 110 propositions pour la France ». Il y avait d'abord eu 101 puis finalement 110 propositions, mais Mitterand plus prudent n'avait pas mis le mot « mes » et employé le mot « propositions » qui est moins engageant que le mot « engagements ».

Pour que les « engagements » de Hollande puissent être tenus, cela suppose la relance de l'économie et la renégociation du pacte de stabilité budgétaire européen.

Or, dès le 7 mai 2012 au matin, (soit moins de 24 heures après l'élection de Hollande), la chancelière allemande faisait savoir qu'il n'était pas question de renégocier le pacte de stabilité budgétaire déjà signé par 25 pays de l'Union européenne et qu'elle était pour une relance de l'économie mais que celle-ci devait être financée par la rigueur budgétaire et non par l'emprunt.

De son côté, la commission de Bruxelles en remettait une couche dès le 11 septembre en rappelant les obligations du pacte budgétaire et les sanctions qui attendaient les pays qui ne le respecteraient pas. Douche froide supplémentaire la commission contestait les perspectives de croissance de la France.

Cela signifie que le pédalo du capitaine prend l'eau avant même d'être sorti du port !

Mais élections législatives obligent, Hollande va probablement parvenir à masquer tous les problèmes jusqu'au soir du 17 juin. C'était d'ailleurs l'avis des intervenants à l'émission « C dans l'air » du 11 mai 2012.

Mais ensuite, comme rien ne va aller comme les socialistes l'espèrent et comme en outre leurs alliés (front de gauche, CGT, Verts etc) vont leur mettre la pression, il va leur falloir trouver un bouc émissaire. Il y a fort à parier que ce ne sera pas de la faute à Voltaire, ce ne sera pas de la faute à Rousseau, ce sera de la faute à... Sarko !

Classique!

Sarkozy et le gouvernement Fillion avait commencé à prendre quantité de mesures pour réduire le déficit public de la France et par conséquent le besoin de recours à l'emprunt. Les socialistes vont bien sûr remettre en cause toutes les mesures prises et il faudra des années voire des décennies pour remonter la pente ensuite. Cela doit s'appeler « les joies de l'alternance ».

Outre les problèmes de fond, dans la plaquette « mes 60 engagements pour la France », savez-vous combien de fois Hollande emploie le mot « JE »?

Allez, dites un chiffre : 50 ?, 100 ?, 150 ?

Vous êtes encore très en dessous de la réalité, il y a 221 « JE », sans compter les « MON », « MA » et « MES ».

Ainsi, on aurait pu le surnommer Monsieur « MOI-JE ».

J.D. 13 mai 2012

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens