Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 16:27

Le 28 juillet 1755 est le jour où fut proclamé l'ordre britannique de déportation des francophones qui vivaient en Acadie, région du sud-est du Canada.

De 1755 à 1763, probablement 15.000 francophones furent déportés par les Anglais vers des zones canadiennes anglophones, vers l'Angleterre ou vers les Etats-Unis (qui n'avaient pas encore proclamé leur indépendance), etc.

Deux navires qui déportaient des francophones vers l'Angleterre coulèrent. Heureux hasard pour les Anglais !

Des francophones partirent d'eux-mêmes, vers la France, vers la zone francophone du Québec, vers Saint Pierre et Miquelon, vers les Antilles, tandis que d'autres implantèrent une colonie francophone en Louisiane. Mais un certain nombre de ceux qui cherchaient à échapper à la déportation furent massacrés par les Anglais.

Ce mouvement de déportation reçut le nom de « Grand Chambardement ».

On peut aujourd'hui considérer que sont « Acadiens », les gens qui se reconnaissent comme descendants des francophones qui subirent le « Grand Chambardement ». Certains déportés ou leurs descendants revinrent dans les zones dont ils avaient été déportés et reconstituèrent une communauté acadienne.

Ce qui fait qu'aujourd'hui il y a une communauté acadienne sur un territoire à cheval sur plusieurs provinces du Canada, à savoir :

la Gaspésie située au sud-est du Québec, le Nouveau Brunswick, la Nouvelle Ecosse, l'île du Prince Edouard, l'île de la Madeleine, Terre-Neuve et le Labrador. Dans cette zone, certaines communes ont une population à plus de 90% francophone, comme : Edmundston, Caraquet, Shippagan, Bouctouche, Saint-Quentin. D'autres villes (Moncton, Dieppe, Bathurst....) ont une forte proportion de francophones. Il existe également des communautés acadiennes en Louisiane, au nord de l'Etat américain du Maine, à Saint Pierre et Miquelon...

Au total le chiffre de 500.000 acadiens est avancé. Au fil du temps, la cohésion de cette communauté s'est renforcée. Si elle n'a pas d'autonomie, ni de représentation officielle comme le Québec, une « Société Nationale de l'Acadie » a été fondée en 1881 et un premier congrès mondial acadien s'est réuni en 1994.

La Société nationale de l'Acadie s'est trouvée une devise : « L'Union fait la force », un hymne national adopté en 1884 et qui reprend l'air et une partie d'un cantique catholique : « Ave Maris Stella », depuis 2005 une « journée nationale de commémoration du Grand Chambardement » chaque 28 juillet, un drapeau national adopté après l'hymne national : bleu, blanc, rouge comme celui de la mère patrie, mais avec en plus une étoile jaune à 5 branches dans la partie supérieure de la bande bleue; l'étoile de mer étant le symbole de Marie et le jaune la couleur pontificale. Car outre une différence de langue entre anglophones et francophones au Canada, il y avait une différence de religion ! En somme tout ce qu'il faut pour se détester « cordialement ».

Aujourd'hui les Acadiens au sud-est du Canada ont obtenu des écoles francophones, il y a une littérature acadienne, des groupes folkloriques acadiens comme le groupe de rock « 1755 » au Nouveau Brunswick, ou le groupe « le Grand Dérangement » en Nouvelle Ecosse. Il y a même un musée acadien à Bonaventure (à l'est de la Gaspésie).

L'Acadie est donc toujours bien vivante.

J.D. 2 septembre 2011

 

P.S. Sur un sujet similaire voir sur mon blog : « la bière 1837 » http://jean.delisle.over-blog.com/article-la-biere-1837-78454830.html. Entre la répression organisée par les Anglais contre les francophones en Acadie et celle contre les Patriotes au Québec, il y a presque un siècle de distance. mais surtout, entre les 2 événements, il y eut la déclaration d'indépendance des Etats-unis (en 1776). On peut émettre l'hypothèse que cela modifia le comportement des Anglais. En effet, en Acadie ils s'en prirent à toute la population francophone et firent complètement le vide, alors qu'au Québec la répression s'abattit seulement sur les Patriotes. Si cette hypothèse est bonne, il faudrait en conclure qu'indirectement, on doit aux Américains d'avoir encore une province francophone au Canada. 

 

 

carte de l'Acadie en 1754 dressée par Mikmaq

carte de l'Acadie en 1754 dressée par Mikmaq

Repost 0

Présentation

Recherche

Liens