Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 11:37

Plutarque, historien grec (45/120) écrivit une cinquantaine de biographies sur des personnages illustres connus à son époque, la plupart regroupés par deux (un Grec et un Romain, par exemple César et Alexandre) dans des « histoires parallèles ».

Parmi ces 50 personnages illustres, il n'y a que des hommes et pas une femme alors que près de 2.000 ans plus tard un certain nombre de ces hommes illustres sont totalement tombés dans l'oubli tandis que des femmes ignorées de Plutarque comme personnages célèbres, le sont encore aujourd'hui. C'est le cas de Cléopâtre l'Egyptienne et d'Agrippine la Romaine.

Ces deux femmes ne se sont pas connues puisque Agrippine est née alors que Cléopâtre était décédée depuis 45 années, mais elles ont beaucoup de points communs et au minimum : une ambition démesurée, des relations incestueuses avec des membres de leur famille, le pouvoir et une mort tragique.

Cléopâtre :

Il y eut 7 reines d'Egypte prénommées Cléopâtre. Seule la dernière, Cléopâtre VII, est connue du grand public. Fille du pharaon Ptolémée XII et d'une concubine, elle naquit en octobre -69. Elle mourut le 12 août -30 et avec elle disparut la dynastie des « Lagides » et se termina l'histoire de l'Egypte antique indépendante.

Alexandre le Grand avait fait la conquête de l'Egypte en -331. Il s'était fait proclamer pharaon et avait lancé la construction d'Alexandrie avant de poursuivre ses conquêtes. A la mort d'Alexandre le Grand (le 13 juin -323) ses généraux se partagèrent son empire. Ptolémée (fils de Lagos d'où le nom de dynastie lagide) récupéra l'Egypte et devint le premier pharaon de la trente-deuxième (et dernière) dynastie pharaonique.

Ptolémée XII devint pharaon en -80. Il eut 5 enfants d'une ou plusieurs épouses inconnue(s) : Bérénice IV, Cléopâtre VII, Arsinoé IV, Ptolémée XIII et XIV.

En -58, Bérénice parvint à ravir le pouvoir à son père. Mais celui-ci avec l'aide des Romains le récupéra en -55 et fit exécuter Bérénice.

A la mort de Ptolémée XII en mars -51, Cléopâtre fut mariée à son frère qui devint le pharaon Ptolémée XIII avec co-gérance de sa sœur. Mais être frère et sœur et époux en prime n'empêcha pas la lutte pour le pouvoir. Cléopâtre vaincue se réfugia en Syrie en -48. Elle fut remplacée auprès de Ptolémée XIII par Arsinoé que Cléopâtre fera exécuter en -41. Mais, lorsqu'arriva César en -48, à la poursuite de Pompée, exécuté par Ptolémée XIII lors de son arrivée en Egypte le 28 septembre -48, et selon la légende, Cléopâtre roulée dans un tapis se fit livrer à César.

César rétablit le pouvoir de Cléopâtre ce qui entraîna une guerre : César et Cléopâtre contre Ptolémée XIII, Arsinoé et des légions romaines restées fidèles à Pompée malgré la mort de celui-ci (la guerre entre « Césariens » et « Pompéiens » se poursuivit encore 3 années après la mort de Pompée).

Un moment en grand danger, César finit par l'emporter. C'est à cette occasion que fut incendiée une première fois la grande bibliothèque d'Alexandrie. Cette bibliothèque créée en -288 comptait 700.000 manuscrits au temps de César ; 70.000 auraient brûlés lors de cet incendie. C'est en l'an 642 lors de la conquête arabe que Omar second calife après Mahomet fit détruire la grande bibliothèque d'Alexandrie et tout son contenu.

Ptolémée XIII se noya le 15 janvier -47. Son frère devint alors le pharaon Ptolémée XIV et épousa sa sœur Cléopâtre. En Egypte, les mariages « familiaux » n'étaient autorisés que pour les pharaons. Cela ne faisait pas encore parti du programme « mariage pour tous » ! Cela n'empêcha pas Cléopâtre de rejoindre César à Rome et de revenir en Egypte après l'assassinat de César (le 15 mars -44). Elle fit empoisonner son frère-époux Ptolémée XIV et conserva seule le pouvoir.

Elle séduisit Marc-Antoine lorsque celui-ci récupéra l'Egypte. Tombé sous le charme de Cléopâtre, Marc Antoine répudia son épouse Octavia sœur d'Octave (futur Auguste premier empereur).

Puis ce fut la guerre entre Octave et Marc Antoine allié à Cléopâtre. Vaincu à la bataille navale d'Actium (au sud de l'île de Corfou) le 2 septembre -31, Marc Antoine se suicida le 1er août -30. Cléopâtre le suivit dans le suicide le 12 août -30.

Avec César, Cléopâtre eut en -47, un fils nommé Césarion par les Romains mais qui prit le titre de Ptolémée XV en Egypte. Octave le fit assassiner en -30. Avec Marc-Antoine elle eut 3 enfants.

Agrippine : Agrippine dite « Agrippine la Jeune » naquit le 6 novembre de l'an 15. Elle est la fille de Germanicus (frère de l'empereur Claude. Ce Germanicus mourut en 19 probablement empoisonné sur ordre de Tibère) et d'Agrippine l'Aînée elle-même fille d'Agrippa et petite fille par sa mère de l'empereur Auguste et nièce par alliance de l'empereur Tibère. Agrippine la Jeune est également la sœur de l'empereur Caligula, la mère de l'empereur Néron de par son premier mariage avec Domitius. Enfin en secondes noces (Domitius décéda en janvier 40), elle épousa son oncle l'empereur Claude. Cette Agrippine fut donc au centre des « Julio-Claudiens » (voir fiches N°33/34http://jean.delisle.over-blog.com/article-julio-claudiens-texte-67117733.html). En premières noces, en l'an 28, Agrippine la Jeune avait été mariée avec Domitius petit-fils de Marc Antoine et d'Octavie et par elle arrière arrière petit fils de Julie sœur de César. Avec Domitius, Agrippine eut un fils : Néron né le 15 décembre 37.

Selon Suétone (Vies des douze Césars, livre IV en XXIV) Agrippine eut des relations incestueuses avec son frère Caligula.

Agrippine l'aînée avait eu 8 enfants avec Germanicus dont 2 décédés en mortalité infantile. Les 6 restants étaient 3 filles et 3 garçons. Agrippine l'aînée et 2 de ses fils moururent au moment des persécutions de Tibère.

Après le meurtre de Messaline en 48 (voir la fiche N° 103 Messaline et Théodora), l'empereur Claude épousa sa nièce Agrippine la jeune en janvier 49. Il fit voter une loi spéciale par le Sénat enfin de pouvoir épouser sa nièce.

Dans la place, Agrippine fit épouser Octavie (fille de Claude et de Messaline) à Néron. Puis Néron se chargea de la mort de Britannicus (fils de Claude et de Messaline et par conséquent frère d'Octavie) tandis qu'Agrippine faisait empoisonner Claude son oncle-époux (le 13 octobre 54). Néron fut proclamé empereur. Mère et fils eurent alors le pouvoir, Agrippine était parvenue à ses fins.

Mais Néron supportant mal la tutelle de sa mère, celle-ci n'hésita pas pour conserver son influence et son pouvoir à avoir des relations incestueuses avec son fils. C'est ce qu'affirment Tacite (Annales livre XIV en II) et Suétone (Vies des douze César livre VI en XXVIII). Mais pour Agrippine après son frère et son oncle....

Cela n'empêcha pas finalement Néron de faire poignarder sa mère en mars 59.

Il y eut donc beaucoup de points communs dans les destinées de Cléopâtre et d'Agrippine.

A plusieurs siècles de distance, mais toujours à Rome, à côté des Julio-Claudiens, les Borgia furent des amateurs !

J.D. 6 juillet 2013

buste de Cléopâtre au British Museum à Londres

buste de Cléopâtre au British Museum à Londres

Repost 0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 18:53

Dans l'Histoire, peu de personnages ont fait autant rêver et autant écrire qu'Alexandre le Grand. La naissance de peu de personnages ont aussi fait l'objet d'autant de légendes, de signes, de présages...

1 - Petit rappel :

Alexandre naquit le 21 juillet de l'an 356 avant notre ère à Pella qui était alors la capitale du royaume de Macédoine. Ce royaume était situé dans la partie nord-est de l'actuelle Grèce et ne doit pas être confondu avec l'actuelle République de Macédoine proclamée le 8 septembre 1991 et qui est une partie de l'ex Yougoslavie.

Alexandre était le fils de Philippe II roi de Macédoine et d'Olympias. Mais selon la légende, Olympias aurait été fécondée par Zeus déguisé en serpent. Philippe prétendait lui-même descendre d'Héraclès fils de Zeus et d'Alcmène que Zeus avait séduite en prenant l'apparence de son mari. Sacré Zeus, les humains lui ont vraiment attribué tous les vices des hommes !

Alexandre pour sa part revendiqua, sans complexe, parmi ses ancêtres aussi bien Zeus qu'Hermès. Ainsi Plutarque écrit (Vie d'Alexandre en 28) : »Alexandre était très fier avec les barbares et affectait devant eux d'être persuadé de son origine et de sa filiation divine ». Il pensait aussi avoir Achille (principal héros grec de la guerre de Troie) parmi ses ancêtres du côté de sa mère.

Philippe fut polygame et eut 7 épouses. Olympias la quatrième épousée eut 2 enfants avec Philippe : Alexandre et Cléopâtre née en -355. Olympias supportait mal la polygamie de son mari, à tel point que certains auteurs lui ont attribué l'organisation de l'assassinat de Philippe en -336.

Le père de Philippe avait lui-même été assassiné en -370. C'est d'abord l'un de ses fils qui lui succéda sous le nom d'Alexandre II, pendant que Philippe était livré comme otage à Thèbes (en -368). Il s'agit de la Thèbes grecque située en Béotie, à ne pas confondre avec l'antique Thèbes égyptienne (à l'emplacement de l'actuelle Louxor).

Philippe fut libéré de Thèbes en -365 et devint roi de Macédoine en -359. Il réorganisa complètement l'armée et fut le créateur de la « phalange macédonienne » héritière de la phalange grecque dite « hoplitique » qui avait elle-même copié l'antique phalange sumérienne.

A la tête d'une armée rénovée et efficace, Philippe II de Macédoine soumit toutes les cités grecques à son autorité notamment après sa victoire sur une coalition de villes grecques menée par Athènes, à Chéronée (en Béotie) en août -338.

Les relations entre Philippe II et son fils Alexandre furent complexes, c'est à tout le moins ce que l'on peut penser. Ci après quelques extraits de Plutarque dans « Vie d'Alexandre » : « Toutes les fois qu'on annonçait que Philippe avait pris quelque ville, Alexandre, loin de rayonner en entendant la nouvelle, disait aux enfants de son âge : mes amis, mon père prendra tout avant moi et il ne me laissera rien de grand ni de glorieux à faire un jour avec vous... »

« Mais les troubles domestiques, qui virent le royaume comme contaminé par les désordres que provoquèrent dans le gynécée les mariages et les amours de Philippe, soulevèrent entre lui et son fils maints griefs et de graves différents, que le mauvais caractère d'Olympias, femme jalouse et vindicative, aggravait en aigrissant Alexandre. Attale fit éclater l'orage aux noces de Cléopâtre, une toute jeune fille dont Philippe s'était épris malgré la différence d'âge. Attale donc, qui était l'oncle de Cléopâtre, pris de vin, se mit au banquet à inviter les Macédoniens à demander aux dieux de faire naître de Philippe et de Cléopâtre un héritier légitime du royaume. Piqué au vif, Alexandre s'écria : Et moi, scélérat, me prends-tu donc pour un bâtard ? Et il lui jeta sa coupe à la tête. Philippe alors se dressa et dégaina l'épée contre son fils ; mais par bonheur pour l'un et pour l'autre, la colère et l'ivresse le firent chanceler et s'affaler. Alors Alexandre l'injure aux lèvres : Voilà mes amis, dit-il, l'homme qui se préparait à passer d'Europe en Asie et qui, en passant d'un lit à l'autre, se retrouve les quatre fers en l'air »...

Philippe II au moment de cet épisode préparait une expédition contre les Perses. Son assassinat l'empêcha d'accomplir ce projet. Alexandre âgé de 20 ans succéda à son père comme roi de Macédoine sous le nom d'Alexandre III. Après ses conquêtes, il devint Alexandre le Grand. Philippe avait d'autres enfants qui pouvaient prétendre à la succession. Olympias se chargea de les éliminer. Dans le genre « histoires parallèles » on pourrait, je crois, comparer Olympias mère d'Alexandre avec Agrippine mère de Néron. Olympias sera exécutée en -310 sur ordre de Cassandre qui était devenu roi de Macédoine et Agrippine sur ordre de son fils Néron en mars 59.

Alexandre devenant roi avait déjà l'expérience des combats. Voici en effet ce qu'écrit Plutarque : « Pendant que Philippe faisait la guerre aux Byzantins, Alexandre âgé de seize ans (c'était donc en -340), était resté en Macédoine comme dépositaire du pouvoir et du sceau royal : il soumit alors les Médares qui s'étaient révoltés et prit leur ville ; à la place des barbares qu'il en chassa, il installa des habitants de diverses origines et donna à la ville le nom d'Alexandropolis. Il participa en personne à la bataille que Philippe livra contre les Grecs à Chéronée (en -338, Alexandre avait 18 ans) et fut, dit-on, le premier à charger le bataillon sacré des Thébains. ».

Plusieurs villes grecques dont Thèbes et Athènes profitèrent de la mort de Philippe pour se soulever contre la Macédoine. Alexandre fut vainqueur et fit complètement raser la ville de Thèbes pour servir d'exemple (la ville sera reconstruite après la mort d'Alexandre). Puis rassemblant les Grecs il se lança en -334, dans sa célèbre expédition contre les Perses.

Alexandre fut vainqueur de Darius III, roi des Perses et de son armée, au terme de plusieurs batailles dont les principales sont :

*bataille du Granique (sur les rives du fleuve Granique dans l'actuelle Turquie) en mai -334

*bataille d'Isos ( en Anatolie dans l'actuelle Turquie) le 1er novembre -333

*bataille de Gaugamèles (au nord de l'actuel Iraq) le 1er octobre -331 à la suite de quoi Alexandre se proclama roi des Perses. Darius III, en fuite, fut assassiné par des Perses en -330.

Alexandre épousa Stateira fille de Darius à Suse en -324 après avoir poursuivi son expédition jusqu'à la vallée de l'Indus. Alexandre annexa tout l'ancien empire perse y compris l'Egypte qui était occupée par les Perses lorsque Alexandre commença son expédition. Tout au long de son parcours, il lança la construction d'une cinquantaine de villes qui toutes s'appelèrent « Alexandrie » ; la plus célèbre étant l'Alexandrie d'Egypte.

Selon Plutarque (Vie d'Alexandre en 66) : « il ne ramena pas de l'Inde le quart de ses forces armées, lesquelles, à son départ, étaient de cent vint mille fantassins et environ quinze mille cavaliers ». Il mourut d'une « fièvre » le 13 juin -323 à Babylone sur la route du retour vers la Grèce. Alexandre avait épousé Roxane, une persane, en -327. Après la mort d'Alexandre, Roxane fit étrangler Stateira alors enceinte. Roxane sera elle-même exécutée en -310.

Après la mort d'Alexandre, ses généraux se partagèrent son empire et...se firent la guerre ...jusqu'à ce que les Romains les mettent tous d'accords en s'emparant de la Grèce, de l'Egypte et de toute la partie de l'ancien empire perse située à l'ouest de l'Euphrate.

Sur les raisons de l'expédition d'Alexandre et sur sa place dans le vaste conflit Orient/Occident, voir sur mon blog, la fiche N° 3 http://jean.delisle.over-blog.com/article-la-guerre-de-troie-partie-1-55734368.html consacrée à la guerre de Troie et spécialement la partie trois intitulée : « essais de synthèse ».

2 - Le modèle :

Depuis plus de vingt-trois siècles, Alexandre fait rêver tous les apprentis conquérants. En voici quelques exemples :

*César en Espagne (avant la guerre des Gaules) se lamente devant une statue d'Alexandre « qu'il n'avait encore rien fait de mémorable à l'âge ou Alexandre avait soumis toute la terre ».

*Auguste « s'étant fait montrer le sarcophage et le corps d'Alexandre le Grand, que l'on retira de son tombeau, il lui rendit hommage en plaçant sur sa tête une couronne d'or et en le jonchant de fleurs, mais comme on lui demandait s'il désirait visiter également les tombes des Ptolémées, il dit qu'il avait voulut voir un roi et non des morts ». Cela se passe à Alexandrie. Après la mort d'Alexandre, le gouvernement de l'Egypte était revenu à Ptolémée, un des généraux d'Alexandre. En -321, le catafalque contenant les restes embaumés d'Alexandre fut acheminé de Babylone en Macédoine. Mais Ptolémée qui régnait sur l'Egypte détourna le convoi et fit inhumer Alexandre à Alexandrie.

*Caligula porta la cuirasse d'Alexandre le Grand qu'il avait fait retirer de son tombeau

*Néron avait fait enrôler une nouvelle légion ne comprenant que des recrues de six pieds de haut (1,98 mètre) qu'il appelait la phalange d'Alexandre le Grand et Néron ne fit que 2 voyages hors de l'Italie, celui d'Alexandrie et celui d'Achaie en Grèce

*Bien d'autres empereurs romains (Hadrien, Caracalla etc) firent le voyage d'Alexandrie .
*Bien longtemps après eux, le 22 juin 1798, Bonaparte à bord du vaisseau « l'Orient » rédigeant une proclamation à l'armée écrivait : « la première ville que nous allons rencontrer a été bâtie par Alexandre. Nous trouverons à chaque pas de grands souveni
rs.. ».

3 – pour la petite histoire :

En 1863, à Fécamp (en Seine-Maritime), un négociant en vin nommé Legrand et que ses parents avaient prénommé Alexandre, retrouva la recette de la Bénédictine qui aurait disparue lorsque la fureur révolutionnaire s'en prit aux communautés ecclésiastiques et aux.... Bénédictins.

Cet Alexandre Legrand fit construire à Fécamp un palais-usine pour fabriquer la bénédictine. A l'étage dans une grande salle de réunion, un des côtés de cette salle, vitrée, représente Alexandre Legrand présentant la bénédictine aux muses ( composition probablement inspirée de « Virgile et les muses »). Le même s'est fait représenter en statue. Ses parents ont eu raison de le prénommer Alexandre.

J.D. 21 avril 2013

Nota : la récapitulation des notes de ce blog par thèmes se trouve sur la fiche N°76http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html.

carte des conquêtes d'Alexandre le Grand

carte des conquêtes d'Alexandre le Grand

Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 09:15

 

A Rome, Messaline fut une impératrice qui se prostitua,

A Byzance, Théodora fut une prostituée qui devint impératrice.

Mais ce n'est pas leur seul point commun.

 

Messaline : Arrière petite fille de Marc-Antoine et d'Octavie, cette Octavie étant elle-même demie-sœur d'Auguste et petite fille de Julia sœur de César. Messaline était également la nièce de Domitius père de Néron.

Elle naquit en l'an 25 au premier siècle de notre ère. En 38 ou 39 (à 13 ou 14 ans) elle épousa Claude, né en 10 avant notre ère et qui devint empereur le 24 janvier 41. Avec Claude elle eut une fille nommée Octavie en 39 ou 40 et un fils nommé Britannicus né le 12 février 41. Le nom « Britannicus » est dû aux victoires qui eurent lieu sous le règne de Claude en « Bretagne » (actuelle Grande-Bretagne).

Plusieurs auteurs antiques ont laissé des informations sur Messaline dont principalement Tacite dans les « Annales », Suétone dans « Vies des douze Césars » et Juvénal dans les « Satires ». Sur les deux premiers auteurs voir sur mon blog la fiche N°98 (Néron et Locuste l'empoisonneuse »). Juvénal, lui naquit vers l'an 50 et mourut en 128.

Les textes des 3 auteurs concordent pour montrer Messaline menant une vie de débauchée notoire, multipliant les amants et même se prostituant à Rome dans le bordel de Subure pour trouver des plaisirs nouveaux. Juvénal la nomme d'ailleurs « la putain impériale ». Elle fit exécuter ou exiler (comme Sénèque) ceux qui pouvaient la gêner. En 48, profitant d'une absence de Claude, elle s'organisa un mariage public avec Caius Silius (qui fut sénateur en 47 et consul en 48) dont elle espérait qu'il prendrait le pouvoir à la place de Claude.

Dans l'entourage de Claude, certains craignant de perdre leur influence avec un changement de pouvoir (spécialement un affranchi nommé Narcisse) dénoncèrent Messaline auprès de Claude. Celui-ci rentra à Rome, fit exécuter tous ceux qui avaient participer à cette mascarade de mariage. L'entourage de Claude fit promptement exécuter Messaline de peur qu'elle parvienne à obtenir le pardon de Claude et se venge de ceux qui l'avaient dénoncée. Comme l'écrit Tacite à propos d'Agrippine : (Annales livre XII- LXVII) « Si l'on risque à commencer les plus grands crimes, on gagne à les consommer ».

Messaline n'avait que 23 ans au moment de sa mort, malgré son jeune âge, son nom reste synonyme de vices et de débauche. Elle ne vit pas la suite des événements : le mariage d'Agrippine (sœur de Caligula et tante par alliance de Messaline) avec Claude, l'adoption de Néron fils d'Agrippine par Claude, le mariage de ce Néron avec Octavie fille de Messaline (ce qui faisait de Messaline la belle-mère de Néron), l'empoisonnement de Claude par Agrippine, Néron devenant empereur, l'empoisonnement de Britannicus (fils de Messaline) par Néron, l'assassinat d'Agrippine commandé par son fils, puis le suicide d'Octavie sur ordre de Néron enfin le propre suicide de Néron. Quelle belle famille !

 

Théodora : naquit vers l'an 500, fille d'un dresseur d'ours au cirque de Constantinople, originaire de Chypre. Edward Gibbon historien anglais du XVIIIe siècle consacre un assez large développement à Théodora dans « Histoire du déclin et de la chute de l'empire romain » au chapitre XL, à partir des sources antiques dont la principale est « histoire secrète » attribuée à Procope de Césarée, un contemporain de Théodora qui fut secrétaire de Bélissaire (principal général de Justinien) puis préfet de Constantinople. L'ouvrage de Procope est un véritable réquisitoire à charge contre Théodora.

Théodora eut deux sœurs. Elles perdirent leur père encore très jeunes. Pour survivre, Théodora joua d'abord la pantomine au cirque puis dès qu'elle en eut l'âge, elle gagna sa vie en vendant son corps « dans toutes les villes de l'Orient ».

A 23 ans, arrivée à Byzance, elle parvint à séduire Justinien de 17 ans son aînée. Celui-ci fit réformer la loi qui lui interdisait certaines alliances, épousa Théodora en 523, la mit sur le trône lorsqu'il devint empereur en 527 et partagea le pouvoir avec elle. Théodora vécut dans le luxe (après la luxure!). Elle organisa sa propre police et faisait arrêter tous les opposants qui finissaient au cachot après d'atroces tortures. Certains étaient remis en liberté les membres brisés afin que chacun puisse se convaincre de ce qu'il en coûtait de s'opposer à Théodora.

Durant son périple dans « toutes les villes de l'Orient », elle avait eu un fils qu'elle avait abandonné et qui avait été élevé par son père présumé. Devenu grand ce fils apprit qui était sa mère et ce qu'elle était devenue. Il se présenta à Théodora. Peu soucieuse de laisser vivre ce témoin de son passé, elle le fit supprimer.

A l'actif de Théodora signalons cependant qu'elle participa au pouvoir aux côtés de Justinien et fit prendre entre autres des mesures pour aider les prostituées. Elle fit également preuve de courage. En janvier 532, lors d'une insurrection connue sous le nom de « Nika » et née à la suite d'une course de chars, les insurgés mirent durant 5 jours la ville de Constantinople à feu et à sang et désignèrent un nouvel empereur. Justinien prit peur et voulut fuir. Théodora plus courageuse ou ayant plus à craindre parce que plus compromise, se chargea de remettre de l'ordre dans la cité. Elle y fit rentrer des légions aguerries qui vinrent à bout de la révolte après un abominable massacre.

Lorsque la santé de Théodora déclina, les médecins prescrivirent une cure thermale en Grèce. Le cortège qui accompagna Théodora ne comprenait pas moins de 4.000 personnes. Les eaux ne purent rien et Thédora décéda le 11 juin 548. Justinien lui survécut 17 ans (il décéda le 14 novembre 565), la pleura et la fit représenter partout. On peut encore voir aujourd'hui Théodora, par exemple, dans les mosaïques de l'église San Vitale à Ravenne où elle est représentée avec une auréole...ça s'impose !

 

En guise de conclusion : Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. Sous cette forme ou sous une autre cela est bien connu. Combien d'hommes à travers l'histoire ayant disposés de pouvoirs absolus devinrent des tyrans sanguinaires, des spoliateurs des fauteurs de guerres... Beaucoup moins de femmes que d'hommes parvinrent au pouvoir dans l'histoire des sociétés humaines, on peut à partir de là se demander si en cas de pouvoir elles ne sont pas meilleures que les hommes ? Les exemples de Messaline, de Thédora et de quelques autres (Agrippine etc) n'incitent guère à l'optimisme, mais à chacun de se faire une opinion.

J.D. 7 avril 2013

Théodora avec une auréole de Sainte (!) dans les mosaïques du VIe siècle de San Vitale à Ravenne

Théodora avec une auréole de Sainte (!) dans les mosaïques du VIe siècle de San Vitale à Ravenne

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:33

 

 

L'art du poison semble être une spécialité féminine car plusieurs femmes s'illustrèrent dans ce domaine au cours de l'Histoire telle la Voisin à Paris au XVIIe siècle. Mais être empoisonneuse sous le règne de Néron est évidemment l'optimum : plein emploi garanti !

Néron qui régna de 54 à 68 fut le cinquième empereur de la Rome antique. Il vint au pouvoir après Octave (plus connu sous le nom d'Auguste), Tibère, Caligula et Claude. Les deux principales sources d'informations sur Néron sont Suétone (Vies des douze Césars, livre VI) et Tacite (Annales livres XII à XV).

Suétone naquit vers l'an 70 et mourut vers l'an 130. Il fut responsable de la correspondance de l'empereur Hadrien après avoir été responsable des archives et documentation de Rome ainsi que de la bibliothèque.

Tacite naquit vers l'an 58 et mourut vers l'an 120. Gendre de Lucius Agricola (général romain qui s'est surtout illustré par la conquête de la « Bretagne », appelée aujourd'hui « Grande-Bretagne »), il fut successivement prêteur, consul, sénateur puis gouverneur de la province d'Asie sous les règnes des empereurs de Vespasien à Trajan.

Tous deux furent donc particulièrement bien placés pour avoir accès aux sources d'informations officielles. Certains auteurs leur reprochent un certain parti-pris. A la tribune de l'ONU, Khrouchtchev déclara un jour : « personne n'est neutre, sauf Dieu et Dieu n'existe pas ».je lui laisse la responsabilité de son appréciation sur Dieu, par contre il a probablement raison en ce qui concerne la neutralité. Cependant le cas de Néron est tellement caricatural, que même si les auteurs en ont rajouté, ils sont peut-être encore en dessous de la réalité.

Néron naquit le 15 décembre de l'an 37. Il est le fils de Gnaeus Domitius Ahénobarbus (petit-fils de Marc-Antoine) et d'Agrippine, sœur de l'empereur Caligula, arrière petite-fille de l'empereur Auguste et nièce de l'empereur Claude. Voir sur mon blog les fiches 33 et 34 relatives aux Julio-Claudiens.

Selon Suétone, Caligula entretint des relations incestueuses avec toutes ses sœurs dont Agrippine (Vies des douze Césars livre IV, en XXIV).

Claude né à Lyon en 10 avant notre ère, devint empereur après l'assassinat de Caligula le 24 janvier de l'an 41. Il avait eu Plautia pour première épouse, dont il avait eu un enfant mort en bas âge. Remarié avec Paetina en 28, il en avait eu une fille (Antonia), Remarié une nouvelle fois avec Messaline en 38 il en avait eu 2 enfants : Octavie (en 40) et Britannicus né le 12 février 41. Messaline fut exécutée en 48 pour avoir comploté contre Claude. Agrippine se mit alors sur les rangs pour épouser Claude qui était son oncle (le frère de son père).

En premières noces, Agrippine avait été mariée avec Domitius Ahénobarbus dont elle avait eu un fils : Néron. Après la mort de ce premier mari (en janvier 40), elle se remaria avec un très riche romain qui mourut fort opportunément pour laisser sa fortune à Agrippine. Agrippine parvint à évincer les prétendantes et à se marier avec Claude le 1er janvier 49. Il fallut une décision spéciale du Sénat de Rome pour autoriser ce mariage d'un oncle avec sa nièce.

Une fois dans la place, Agrippine fit adopter son fils Néron par Claude (le 25 février 50), puis fit épouser à Néron, Octavie fille de Claude et de Messaline, en 53. Ainsi Néron beau-fils de l'empereur Claude par le mariage de sa mère devint aussi le gendre de l'empereur par son mariage avec Octavie. Cela le mettait sur un pied d'égalité avec Britannicus pour succéder à Claude. Tout cela effectué, Claude devenait inutile aux projets d'Agrippine. La première, elle utilisa les services de Locuste. Voici ce qu'écrit Tacite : « Agrippine, résolue depuis longtemps au crime, pressée de saisir l'occasion et ne manquant pas d'instruments, délibéra sur la nature du poison.... On choisit une femme habile en cet art, nommée Locusta, condamnée depuis peu pour empoisonnement, et qui fut longtemps un instrument de pouvoir. Le poison fut préparé par le talent de cette femme (le 13 octobre 54) et donné par l'eunuque Halotus, dont la fonction était de servir les mets et de les goûter. Tous les détails devinrent si publics que les historiens du temps nous ont appris que le poison fut mis dans un succulent plat de cèpes... Agrippine feignant d'être vaincue par la douleur et de chercher des consolations, serrait Britannicus dans ses bras, l'appelait la vivante image de son père, et, par mille artifices, l'empêchait de sortir de son appartement. Elle retint de même ses sœurs Antonia et Octavie. Des gardes avaient fermé par ses ordres toutes les avenues du palais, et elle publiait à chaque instant que la santé du prince (Claude) était meilleure, afin d'entretenir l'espérance des soldats et d'attendre le moment favorable... ». (Annales livre XII en LXVI et LXVII)

Agrippine put ainsi faire proclamer son fils Néron empereur par les soldats. En même temps elle pensait assurer son pouvoir. Ce fut le cas au début du règne de Néron mais lorsque celui-ci commença à écarter sa mère pour gouverner seul, elle eut même une relation incestueuse avec Néron pour conserver son pouvoir (Suétone, Vies des douze Césars livre VI en XXVIII). Agrippine qui avait eu des relations avec son frère, qui avait épousé son oncle, puis l'avait empoisonné n'en était plus à cela près ! En Egypte sous la XIXe dynastie, Ramsès II avait bien eu deux de ses filles dans ses grandes épouses royales ! Cela devait faire partie du programme « mariage pour tous » Quand on supprime les limites, où s'arrête-t-on ?

Malgré cet inceste avec sa mère, Néron finit par vouloir la noyer, mais comme le coup échoua car elle savait nager, il envoya des soldats pour la poignarder. Elle présenta son ventre aux soldats en disant « frappez là ». Elle voulait dire « punissez ce ventre pour avoir porter un tel monstre ».

Néron fut responsable de la mort d'une grande quantité de gens. Il en empoisonna avec les préparations de Locuste, ce fut le cas de Britannicus qui mourut d'un poison foudroyant la veille de sa majorité. D'autres furent contraints de se suicider sur ordre ce qui fut le cas entre autres de Pétrone, de Lucain ou de Sénèque qui avait été le précepteur de Néron. D'aucuns furent massacrés, ou livrés aux lions, ce qui fut le cas de chrétiens et même de sénateurs. Octavie fille de Claude et de Messaline et épouse de Néron fut massacrée ainsi que sa sœur Antonia fille de Claude et de Paetina. Néron tua Popée, qu'il avait épousée après Octavie, de coups de pieds dans le ventre alors qu'elle était enceinte.....

Il en fit tellement en matière de crimes et de débauche que les légions se soulevèrent. Julius Vindex, gaulois d'origine qui commandait les légions romaines de la gaule lyonnaise fut le premier à prendre la tête de la révolte, bientôt suivi par Galba et les légions d'Espagne et d'autres. Le Sénat le déclara ennemi public.

Par un curieux paradoxe, Locuste ne put rien pour aider Néron à quitter la vie. Lorsque Néron s'enfuit en juin 68, ses gardes l'avaient déjà abandonné et pillé, emportant notamment le coffret contenant les précieuses préparations de Locuste.
Néron avait choisi de se suicider mais ne parvenait pas à s'y résoudre. Lorsque le pas des chevaux des légionnaires qui venaient l'arrêter se fit entendre, le 9 juin 68, il fallut qu'Epaphrodite (un de ses esclaves affranchis) lui enfonce un poignard dans la gorge pour que Néron, après quatorze de règne, se décide à passer de vie à trépas.

Si Locuste peut être considérée comme la « mère » de toutes les empoisonneuses, Néron, lui, serait plutôt le « saint patron » d'autres cercles, si l'on ose écrire. En effet, si Néron eut des relations avec de nombreuses femmes y compris celles qu'il viola (dont des vestales), il en eut aussi avec des hommes. Il fit même émasculer son esclave Sporus qu'il prétendit transformer en femme, qu'il appelait Sabina et qu'il embrassait en public.

Dans les domaines du vice et de la cruauté, il faut dire que devenant empereur après Tibère, Caligula et Claude, il fallut une imagination particulièrement fertile à Néron pour innover !

J.D. 25 mars 2013

 

 

La récapitulation des notes de ce blog par thèmes se trouve sur la fiche N° 76 http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html

tête de Néron au musée national de Rome

tête de Néron au musée national de Rome

Repost 0

Présentation

Recherche

Liens