Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 15:33

Sur terre, la civilisation de l’Égypte antique est probablement celle qui a duré le plus longtemps et avec le plus d'unité : unité d'organisation politique, de langue, d'écriture, de croyances, d'architecture...

C'est en Egypte que l'on trouve le plus vieux monument construit en pierres et encore conservé.

Pour situer les choses, rappelons que la pyramide à degrés de Saqqarah (on trouve écrit aussi Sakkarah ou Saqqara) fut construite :

23 siècles avant le Parthénon d'Athènes

25 siècles avant la grande muraille de Chine

29 siècles avant le Colisée de Rome

35 siècles avant de site Maya de Palenque au Mexique

40 siècles avant le temple d'Angkor au Cambodge ou avant la cathédrale de Chartres.

Cette pyramide, haute de 60 mètres, fut édifiée par le célèbre Imhotep (architecte, prêtre, médecin, philosophe...) pour le Pharaon Djéser de la troisième dynastie.

HISTOIRE :

1- ORIGINE :

« l’Égypte est un don du fleuve » écrivit Hérodote (vers-485/vers-425) historien grec, (que Cicéron gratifia du titre de « Père de l'Histoire »), dans « L'Enquête » livre II (en 5). Hérodote avait doublement raison :

*C'est la désertification du Sahara, commencée il y a environ 6.000 ans, qui entraîna une migration de la faune et de la population vers les rives du Nil. Cette concentration de population obligea le groupement humain à s'organiser.

*Par ailleurs la fertilité de la terre apportée par les crues annuelles du Nil permit à la population de pouvoir subsister sans consacrer 100% de son temps à assurer sa survie comme c'était le cas à la même époque dans beaucoup d'autres contrées sur terre. Le temps libre permit d'organiser ce qu'on appellerait aujourd'hui des « activités tertiaires » (cultes etc) ou de réaliser des constructions : il fallait occuper la main- d’œuvre durant les 4 mois que durait la crue annuelle du Nil.

Sur la fertilité du sol voici ce qu'écrivit Hérodote il y a presque 25 siècles :

« Certes ces gens (il s'agit des Égyptiens) sont aujourd'hui, de toute l'espèce humaine, ceux qui se donnent le moins de mal pour obtenir leurs récoltes : ils n'ont pas la peine d'ouvrir des sillons à la charrue et de sarcler, ils ignorent tout des autres travaux que la moisson demande ailleurs. Quand le fleuve est venu de lui-même arroser leurs champs et, sa tâche faite, s'est retiré, chacun ensemence sa terre et y lâche ses porcs : en piétinant, les bêtes enfoncent le grain, et l'homme n'a plus qu'à attendre le temps de la moisson, puis, quand ses porcs ont foulé sur l'aire les épis, à rentrer son blé. »

En outre :

*la vallée du Nil était bordée par un désert tant à l'est qu'à l'ouest ce qui mit l’Égypte relativement à l'abri des invasions durant les premières dynasties.

*la crue du Nil commençait régulièrement chaque année vers le 18 juillet (de notre calendrier). En recouvrant toutes les terres, elle faisait disparaître les limites des propriétés, ce qui impliqua plus qu'ailleurs la nécessité d'une organisation collective.

2-PERIODES , DYNASTIES , CAPITALES ET PRINCIPAUX EVENEMENTS :

*période prédynastique : antérieurement à l'an 3.200 avant notre ère : Il y eut 2 royaumes en Egypte avant l'époque pharaonique proprement dite ; le royaume du nord (capitale Bouto) et celui du sud (capitale This). On ne sait pas grand chose sur cette époque.

*période archaïque : de l'an -3200 à l'an -2800, 1ère et seconde dynasties, 12 à 15 pharaons. Un roi du sud a fait la conquête du royaume du nord et tous les historiens font partir l'histoire de l'Egypte pharaonique de cet événement qui unit les 2 royaumes. Ce roi est représenté sur une palette appelée « palette de Narmer ». On le voit sur cette palette tuant un ennemi, on y voit également Hathor la déesse aux cornes de vaches (dans les dernières dynasties, c'est Isis qui est représentée avec des cornes de vaches) et le dieu faucon Horus. Narmer fut appelé Ménès par les Grecs. On le trouve aussi sous l'appellation de « roi scorpion ». Cependant pour quelques auteurs minoritaires, Narmer et Ménès seraient 2 personnages différents. En unissant les 2 royaumes, Narmer fusionna également leurs symboles : la couronne rouge du sud avec la couronne blanche du nord (voir illustration), le cobra du sud avec le vautour du nord etc. Tous les pharaons auront toujours le titre de « seigneur des deux royaumes ».

C'est à cette époque que se perfectionne l'écriture que s'établit le calendrier et se codifie la religion.

*l'ancien empire : de l'an -2800 à l'an -2200, de la troisième à la sixième dynastie, 24 pharaons. C'est l'époque du pharaon Djéser, premier pharaon de la troisième dynastie. Il transféra la capitale de This à Memphis. Guerre contre les Nubiens venus du Soudan sous le pharaon Snefrou (4e dynastie). Il fait 7000 prisonniers et s'empare de beaucoup de bétail. La quatrième dynastie est celle des pharaons très connus par leur pyramide : Chéops, Chéphren et Mykérinos.

C'est durant la VIe dynastie que régna le pharaon Pépi II qui eut le règne le plus long de l'histoire (94 ans). Les pharaons de la cinquième dynastie furent en guerre contre les Libyens. Les pharaons de la sixième dynastie furent en guerre contre les Phéniciens pour le contrôle du Sinaï.

Transfert de la capitale à Héliopolis à la fin de la sixième dynastie.

*la première période intermédiaire : de la VIIe à la Xe dynasties. De -2200 à -2060. Il s'agit d'une période troublée. On doit à Manéthon prêtre égyptien du IIIe siècle avant notre ère de posséder une liste reconstituée de pharaons. Pour la VIIe dynastie, Manéthon parle de 70 pharaons en 70 jours ! Ce qui suppose de violentes luttes pour le pouvoir.

*le moyen empire : XIe et XIIe dynasties. De -2060 à -1785. Capitale d'abord transférée à Thèbes vers-2060 (cette Thèbes était à l'emplacement des actuels Louqsor-Karnak, à ne pas confondre avec la Thèbes grecque) puis à Licht (ou Lisht) vers -1990. Trois pharaons pour la onzième dynastie et 8 pour la douzième. Sous la douzième dynastie, le pharaon Sésostris 1er étendit le domaine égyptien au sud jusqu'à la seconde cataracte, tandis que Sésostris III fit la conquête de la Palestine

*seconde période intermédiaire : de la XIIIe à la XVIIe dynasties. De -1785 à -1580. Capitales : Avaris pour les Hyksos en -1785 (Avaris prit le nom de Tanis sous la XXIe dynastie) puis Thèbes pour les Egyptiens.

C'est sous la XIIIe dynastie vers -1730 qu'eut lieu l'invasion des Hyksos venus de Syrie. Ces Hyksos avaient inventé la roue et fabriqué des chars avant les Egyptiens, ce qui leur permit l'invasion et la victoire sur les armées égyptiennes. Les Egyptiens chassés du delta du Nil remontèrent la vallée du Nil. Il fallut deux siècles aux Egyptiens avant qu'ils ne soient vainqueurs des Hyksos et les chassent du delta sous le pharaon Amosis. C'est pour cet Amosis que fut construite la dernière pyramide d'Egypte.

*le nouvel empire : de la XVIIIe à la XXe dynasties. De -1580 à -1085. 32 pharaons. Capitales : Thèbes puis Akhet-Aton (Amarna) de -1392 à -1354 puis à nouveau Thèbes.

-C'est sous la XVIIIe dynastie que l'Egypte antique eut ses plus grandes dimensions et sa plus grande puissance, grâce aux conquêtes de Thoutmosis 1er puis de Thoutmosis III (fiche N°108 http://jean.delisle.over-blog.com/hatchepsout-et-thoutmôsis-iii-n-108). Le domaine de l'Egypte alla de la quatrième cataracte au sud jusqu'à l'Euphrate à l'est. Cette dynastie est aussi celle de la pharaonne Hatchepsout (voir la fiche N°108), d'Aménophis IV (Akhénaton, le pharaon monothéiste) et de son épouse Néfertiti (voir la fiche N°69 http://jean.delisle.over-blog.com/article-nefertiti-109428642.html), de Toutankhaton qui fut récupéré par les prêtres de Thèbes et changea son nom en Toutankhamon.

-La XIXe dynastie fut celle de Séthi Ier, de Ramsès Ier et de Ramsès II, le plus connu (voir la fiche N°80 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-batailles-de-qadesh-112379953.html). Après s'être combattus, Egyptiens et Hittites s'allièrent pour faire face à la montée en puissance de l'empire Assyrien.

-La XXe dynastie est celle de Ramsès III qui extermina les « peuples de la mer ». Ceux-ci avaient d'abord ravagé le royaume des Hittites puis la Phénicie avant d'arriver en Egypte.

La fin de la vingtième dynastie vit de nombreuses invasions (Libyens, Nubiens...).

*la basse époque : de la XXIe à la XXXe dynasties. De l'an -1085 jusqu'à la conquête de l'Egypte par Alexandre le Grand (en décembre -332).

La capitale de l'Egypte avait été transférée à Tanis en -1070 sous la XXIe dynastie, puis à Saïs en -730 sous la XXIVe dynastie, était revenue à Thèbes en -715 (XXVe dynastie) puis revint à Tanis en -689 (XXVIe dynastie). Sous la XXIIe dynastie, en -925, les Egyptiens avaient profité de la division d'Israël après la mort de Salomon pour reprendre la Palestine (le nom de « Palestine » qui veut dire en termes d'étymologie « terre des Philistins » n'apparaît qu'au second siècle de notre ère sous l'empereur Hadrien), il s'agissait donc à l'époque de la Judée.

Sous la XXVe dynastie, l'Egypte est envahie et occupée par les Assyriens de -672 à -665 La ville de Thèbes fut mise à sac par les Assyriens (Assharddon en -672 et Assourbanipal en -665). Tous les trésors accumulés à Thèbes furent emmenés par les Assyriens à Ninive.

Sous la XXVIe dynastie, le pharaon Nekao II reprit la Palestine et un territoire jusqu'à l'Euphrate. Ce fut l'une des dernières gloires de l'Egypte pharaonique. Mais en -605, Nekao II fut vaincu par Nabuchodonosor roi de Babylone à Karkemish (sur l'Euphrate à la limite entre Syrie et Turquie). Ce Nekao II lança la construction d'un canal pour relier le Nil à la mer Rouge. Ce fut lui également qui décida d'une expédition maritime qui fit le tour de l'Afrique.

Ensuite, la période est celle d'un lent déclin avec l'occupation par les Perses à partir de -525 qui ravagèrent aussi Thèbes (Cambyse en -525). Alexandre le Grand libéra l'Egypte de l'occupation perse pour la remplacer par l'occupation grecque jusqu'à l'arrivée des Romains.

La période grecque ou dynastie des Lagides : Alexandre le Grand fut vainqueur des Perses une première fois à la bataille du Granique (dans l'actuelle Turquie) en mai -334, puis une seconde fois à la bataille d'Issos (en Turquie) le 1er novembre -333. Il s'empara ensuite de la Phénicie en -333/-332 (prise de Gaza fin -332) et entra en Egypte. Il se fit couronner pharaon à Memphis dans le temple de Ptah en -331 et lança la construction de la ville d'Alexandrie avant de reprendre ses conquêtes (voir fiche N°105 http://jean.delisle.over-blog.com/alexandre-le-grand-n-105). Cette ville fut la dernière capitale de l'Egypte pharaonique

Après la mort d'Alexandre le Grand à Babylone le 13 juin -323, ses généraux se partagèrent son empire. L'Egypte revint à Ptolémée fils de Lagos (d'où le nom de dynastie « Lagide »). Quinze « Ptolémée » régnèrent sur l'Egypte ainsi que 2 reines : Bérénice (Bérénice IV reine de -58 à -55) et la célèbre Cléopâtre (la septième du nom) qui clôtura la dynastie des Lagides et l'histoire de l'Egypte pharaonique.

Pendant le même temps l'Asie avait été attribuée à Séleucos autre officier d'Alexandre (d'où la dynastie des « Séleucides »). Lagides et Séleucides se firent la guerre pour la possession des zones tampons entre Egypte et Asie. Il y eut ainsi 6 guerres appelées « guerres de Syrie », sans parler d'un troisième larron : Antigone le borgne qui revendiquait aussi l'Asie.

Les pharaons « lagides » conservèrent toutes les traditions égyptiennes. C'est par exemple sous cette dynastie que furent construits les temples de Dendera, Edfou, Esna, Kom Ombo, Philae....

Séleucos, en -321 avait organisé le transfert des cendres d'Alexandre le Grand de Babylone vers la Macédoine. Le cortège fut intercepté par Ptolémée 1er qui fit inhumé Alexandre en Egypte. Plusieurs empereurs romains (Auguste, Caligula, Caracalla) viendront à Alexandrie rendre hommage à Alexandre.

Ptolémée II (-285/-246) fit construire le phare d'Alexandrie ainsi que la Grande Bibliothèque. Cette bibliothèque avait pour ambition de rassembler l'ensemble des savoirs humains. Elle aurait comporté jusqu'à 700.000 volumes . Tout a été détruit mais les auteurs ne sont pas d'accord sur les causes. Pour les uns la bibliothèque fut détruite au moment des combats entre César et les Egyptiens, pour d'autres par les Chrétiens et enfin pour la troisième version en l'an 642 de notre ère lors de l'invasion musulmane de l'Egypte, au temps du calife Omar.
Ptolémée III (-246/-221) s'empara d'une partie de l'Asie occidentale (qui passa une fois de plus sous le contrôle de l
'Egypte)

A la mort de Cléopâtre VII le 12 août -30, l'Egypte fut annexée par Rome (voir la fiche N°121 http://jean.delisle.over-blog.com/cléopâtre-et-agrippine-n-121). Ce fut la fin de l'Egypte pharaonique.

Récapitulation des capitales :

*Bouto royaume du Nord et This royaume du sud

*-2800 : Memphis

*-2220 : Héliopolis

*-2060 : Thèbes

*-1990 : Licht

*-1785 : Avaris (Tanis)

*-1580 : Thèbes

*-1392 : Ahket-Aton (Amarna)

*-1354 : Thèbes

*-1070 : Tanis

*-730 : Saïs

*-715 : Thèbes

*-689 : Tanis

*-331 : Alexandrie

Nota : les dates sont reconstituées et peuvent varier de quelques années d'un auteur à l'autre. Malgré un peu d'imprécision elles permettent de situer les événements dans le temps.

3-JUGEMENT : Pour beaucoup d'auteurs, l'histoire de l'Occident commence en Grèce avec les guerres médiques.

Il me semble plutôt que l'Occident commence en Egypte et se poursuit à travers le monde grec, puis le romain, le byzantin et le judéo-chrétien.

Non seulement parce qu'il y a beaucoup de similitudes entre religions chrétiennes et religion pharaonique mais parce que les Egyptiens de l'antiquité ont été en relation avec presque tous les peuples antiques : Hyksos, Hittites, Assyriens, Babyloniens, Hébreux, Perses, Romains, Grecs.... avec des périodes d'occupation de l'Egypte par différents de ces peuples mais aussi occupation du Proche-Orient par les Egyptiens à de nombreuses reprises.

La Bible nous apprend (Exode IX-12) que les Hébreux restèrent 430 ans en Egypte. Quand on ajoute les 3 siècles de dynastie grecque en Egypte, les presque 7 siècles d'occupation romaine puis byzantine, on a forcément de nombreuses convergences et influences.

Au temps de l'Egypte pharaonique et même sous l'occupation romaine, l'Egypte conserva ses croyances, son écriture (le dernier texte hiéroglyphique gravé et retrouvé date de l'an 394 de notre ère soit 4 siècles après le début de l'annexion romaine), son architecture … et même influença souvent ses occupants. On trouve, par exemple, des cultes à Isis un peu partout dans le monde romain.

Cléopâtre est un beau symbole d'une certaine continuité du monde antique : dernière pharaonne d'Egypte, descendante de Grecs, compagne de Romains (César puis Antoine).

On doit à l'Egypte antique des monuments colossaux, le premier calendrier, le zodiac, les premières notions de calcul, de géométrie, d'astrologie, de médecine, les notions d'éternité, de bien et de mal...

L'examen des momies permet également de juger l'évolution de l'espèce humaine. C'est ainsi que dans un livre consacré aux momies édité en mars 1976, l'auteur (Leca) écrit : « Les recherches du département de chimie de l'Université du Michigan (Etats-unis) montrèrent que l'os d'un homme de notre époque contient trente fois plus de plomb que celui d'un ancien Egyptien »

Si cela n'amène pas à conclure que notre civilisation à du plomb dans l'aile, on peut dire qu'au minimum elle a du plomb dans l'os.

Si malgré tous les envahisseurs, l'Egypte avait maintenu ses traditions durant 4 millénaires environ, tout disparut (croyances, écriture, architecture etc) avec l'invasion musulmane autour des années 640 de notre ère. Tout un symbole, à méditer !

J.D. 22 juillet 2014

La récapitulation thématique des notes de ce blog ainsi que la récapitulation des illustrations se trouvent sur la fiche N°76http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html

carte Egypte antique

carte Egypte antique

couronne des pharaons

couronne des pharaons

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 11:18

Sur ce blog, il y a des notes sur Napoléon Bonaparte (fiches N° 22, 85, 90 et 104), sur Jules César (N°50), sur Hannibal (N°16 à 18), sur Alexandre le Grand (N°105), sur Pyrrhus (N°42), sur Ramsès II (N°80), à la panoplie des grands conquérants, il manquait Thoutmôsis III (pharaon de la XVIIIe dynastie).

Celui-ci porta la domination de l'Egypte jusqu'à l'Euphrate d'un côté et jusqu'à la quatrième cataracte du Nil (dans l'actuel Soudan) de l'autre côté, au terme de 17 campagnes militaires. Son histoire est associée à celle de la reine Hatchepsout qui fut la tante et la belle-mère de Thoutmôsis III.

Hatchepsout :

(certains auteurs écrivent Hatsepsout, d'autres : Hatschepsout. J'ai repris l'orthographe donnée par Christiane Desroches Noblecourt qui me paraît une des meilleures parmi les égyptologues)

La date de sa naissance ainsi que la date de son règne ne sont pas connues avec précision. Ces dates varient de quelques années et même de quelques dizaines d'années selon les auteurs. Les dates que nous allons donner ne sont donc qu'approximatives.

Hatchepsout est la fille du pharaon Thoutmôsis 1er et de sa femme Ahmosis . Elle naquit vers l'an -1525. Avec une autre épouse, Thoutmôsis 1er eut un fils qui régna sous le nom de Thoutmôsis II et épousa Hatchepsout sa demi-sœur à la mort de Thoutmôsis 1er. Thoutmôsis II eut un règne très court et mourut vers l'an -1505. Il eut quand même le temps d'avoir deux filles avec Hatchepsout et un fils avec une autre épouse nommée Aset ou Iset. A la mort de Thoutmôsis II, son fils fut proclamé pharaon, sous le nom de Thoutmôsis III, mais il était très jeune, peut-être 2 ou 3 ans (?), alors Hatchepsout sa tante en même temps que sa belle-mère (sa tante parce qu'elle avait épousé son demi-frère qui fut le père de Thoutmôsis III et sa belle mère pour les mêmes raisons), assura la régence, seulement elle ne voulut pas rendre le pouvoir et se fit proclamer pharaon. Pour parvenir à ses fins, elle parvint à faire croire que sa mère avait été fécondée par le dieu Amon. Une gravure sur son temple funéraire à Der-el-Bahari montre sa mère les jambes croisées.

Hatchepsout régna jusqu'à vers l'an -1483. Elle fut la première femme pharaon et peut-être même la première femme sur terre a diriger une grande puissance, car au quinzième siècle avant notre ère, l'Egypte figurait parmi les principales puissances sur cette terre. Son règne fut pacifique. Les expéditions qu'elle organisa avaient un but commercial, la principale relatée sur les murs de Der-el-Bahari eut lieu vers le pays du Pount (pays situé entre l'Ethiopie et la Somalie actuelles). Les Egyptiens en ramenèrent de l'encens, des bois précieux, de l'or, de l'ivoire etc. Hatchepsout fut également une bâtisseuse notamment pour son temple funéraire.

Thoutmôsis III :

Il parvint au pouvoir lorsque Hatchepsout le quitta vers -1483 (probablement lors de son décès, mais on ne semble pas avoir de certitude). Il avait épousé sa demi-sœur Néféroure (fille de Thoumôsis II et d'Hatchepsout). Cela fait qu'il était à la fois le beau-fils et le gendre d'Hatchepsout. Frustré d'avoir été privé du pouvoir, il fit martelé partout le nom d'Hatchepsout, ses statues... Hatchepsout avait fait dresser deux obélisques à Karnak. Les obélisques étant sacrés pour les Egyptiens, Thoutmôsis les cacha à la vue des passants par une enveloppe extérieure, ce qui permit une conservation exceptionnelle à ces obélisques.

Si le règne d'Hatchepsout avait été pacifique, les peuples du proche-orient en avaient profité pour s'affranchir de l'autorité égyptienne. Dès qu'il eut le pouvoir, Thoutmôsis III organisa des campagnes militaires . La première fut dirigée contre le maître de Qadesh et une coalition cananéenne. Après un siège de 7 mois, Thoutmôsis s'empara de la forteresse de Mégiddo (à 90 kms au nord de Jérusalem) et poursuivit ses conquêtes jusqu'à l'Euphrate où il fit ériger une borne pour indiquer les limites de son empire. Il fut notamment vainqueur des Mitaniens. Le récit de ses campagnes est gravé sur les murs du temple de Karnak. Le règne de Thoutmôsis III correspond à l'apogée de l'Egypte antique. Thoutmôsis III règna jusqu'à sa mort vers -1450. Par rapport aux récits bibliques, les règnes d'Hatchepsout et de Thoutmôsis III qui s'étendent sur 55 années environ, correspondent à la période où les Hébreux étaient esclaves en Egypte. Mais côté égyptien, il n'y a pas traces des événements de» l'Exode ».

Après Thoutmôsis III, les premiers successeurs dont son fils Amenhotep II maintinrent la puissance égyptienne, mais à partir du mystique Aménophis IV (Akhénaton) la puissance de l'Egypte déclina jusqu'à la XIXe dynastie et le règne des Ramsès qui rétablirent la puissance égyptienne.

J.D. 5 mai 2013

Nota : sur le thème de l'Egypte antique, j'ai eu l'occasion d'organiser une exposition en novembre 1990 à la bibliothèque municipale d'Aix-les-Bains pour le bicentenaire de la naissance de Champollion, et aussi de faire une, conférence le 22 janvier 1999 à Brison-Saint-Innocent (Savoie) à la demande d'une association locale.

Obélisque d'Hatchepsout à Karnak. Photo Michèle Delisle mai 1989

Hatchepsout et Thoutmôsis III (N°108)
Repost 0

Présentation

Recherche

Liens