Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 10:41

I- liste des souverains de Savoie

19 comtes de Savoie:

*Humbert 1er: dit Humbert aux Blanches Mains, né en Maurienne vers 980. Il est considéré par tous comme le fondateur de la dynastie "Savoie". Son ascendance est discutée. Certains historiens la font descendre de Bérold de Saxe neveu d'Otton empereur germanique. Cela expliquerait la présence de l'aigle dans les plus anciens blasons de la Maison de Savoie. En 1660, Samuel Guichenon dans son "histoire généalogique de la royale Maison de Savoie" écrit à propos d'un enfant naturel du comte de Savoie Thomas 1er : "Bérold de Savoie ainsi nommé en mémoire du prince Bérold ou Berthod souche de cette royale famille". Certains auteurs pensent que cet Humbert serait un frère d'Hermengarde épouse de Rodolphe III dernier roi de Bourgogne.

Ses premiers domaines en Savoie proviennent de l’héritage de l’archevêque de Vienne (Burchard). Lequel archevêque avait lui-même bénéficié en 1023, d'une donation faite par Rodolphe III. En 1016, à Strasbourg, Rodolphe III roi de Bourgogne avait désigné l'empereur du Saint Empire romain germanique comme son héritier. A la mort de Rodolphe le 6 septembre 1032, il y eut conflit entre Conrad II le Salique empereur germanique et un neveu de Rodolphe III : Eudes qui revendiquait l'héritage. Humbert de Maurienne soutint l'Empereur et en remerciement reçut le titre de comte et divers territoires dont le Chablais (en 1034)

Humbert fut marié vers 1015 à Ancilie (ou Ansilia), fille du comte de Valais (?). Décédé en 1048. Il fut inhumé en la cathédrale Saint Jean Baptiste de Saint Jean de Maurienne.  Ses cendres furent retrouvées en 1771. En 1826 un mausolée à Humbert aux Blanches Mains fut élevé sous le péristyle de la cathédrale Saint Jean Baptiste de St Jean de Maurienne. Sous le même péristyle, contre la façade de la cathédrale, un bas-relief fabriqué à Turin en marbre de Carrare et parvenu à Saint Jean en 1771,  représente Conrad le Salique donnant son titre de Comte à Humbert aux Blanches Mains. Celui-ci  possédait un château-fort en Maurienne au dessus d'Aiguebelle (Château de Charbonnière qui fut le siège d'un atelier monétaire où fut frappé le "denier d'Aiguebelle" première monnaie de la Maison de Savoie. Ce château fut détruit par les Espagnols en 1743). Ce lieu fut la première résidence de la Maison de Savoie, avant le Bourget du Lac (au château-prieuré du Bourget), puis ensuite Chambéry, Turin, Florence, Rome. A Saint Jean de Maurienne, une ruelle proche de la cathédrale est nommée : rue Humbert aux Blanches Mains. Voir illustrations sur mon blog à l'article "Saint Jean de Maurienne". (N°86)

*Amédée 1er surnommé « La Queue« : fils d'Humbert 1er et d'Ansilia. Né en 1016, comte de Savoie en 1048, décédé en 1051 (fondateur du Prieuré du Bourget du Lac). Marié à Adèle de Bourgogne. Il fut inhumé en la cathédrale de Saint Jean de Maurienne. Il avait épousé Adèle de Bourgogne.

*Othon 1er(ou ODDON, ou ODON): autre fils d'Humbert 1er et d'Ansilia, né en 1023, comte de Savoie en 1051, décédé le 19 mars 1060. Epousa vers 1045 Adélaïde de Suse, ce qui permit à la Maison de Savoie de récupérer une partie de l'actuel Piémont dont Suse, Turin, Pignerol...

*Pierre 1er: fils d'Othon 1er, né en 1048, comte de Savoie en 1060, décédé en 1078. Avait épousé Agnès de Poitiers.

*Amédée II : autre fils d'Othon 1er, né vers 1050, comte de Savoie en 1078, décédé en 1094. Henri IV empereur germanique lui donna Le Bugey. En 1065, il avait épousé Jeanne de Genève fille du comte de Genève

*Humbert II dit Le Renforcé, fils d'Amédée II, né vers 1065, comte de Savoie en 1094, décédé le 19 octobre 1103. Il fut inhumé en la cathédrale de Moutiers. Epousa vers 1090 Gisèle de Bourgogne soeur du pape Calixte II. Selon Samuel Guichenon en 1660, cet Humbert participa à la première croisade en 1096. 

*Amédée III: fils d'Humbert II, né vers 1095, comte de Savoie en 1103, décédé le 30 août 1148 à Chypre (à Nicosie), lors de la seconde croisade. Il fut inhumé au Monastère du Mont Sainte Croix à Nicosie. Selon Samuel Guichenon dans "Histoire généalogique de la royale maison de Savoye" (chez Guilaume Barbier à Lyon en 1660, ou dans la réédition de 1976 aux éditions Horvarth à Roanne), c'est à la suite de cette seconde croisade que la maison de Savoie remplaça dans son blason, l'aigle par la croix blanche qui était le symbole des Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem. Le sceau le plus ancien avec la croix de Savoie est apposé sur une charte de 1143 conservée à l'abbaye de Saint Maurice d'Agaune. A fondé plusieurs abbayes dont celle de Tamié. Avait fait don de la terre d'Hautecombe à l'Eglise.

Fut marié en 1123 avec Mathilde d'Albon dont il eut 10 enfants. Cette Mathilde était la fille de Guigues III d'Albon, et la soeur de Guigues IV, dauphins (en Dauphiné). Cela n'empêcha pas ce Guigues IV d'envahir la Savoie en 1133 et d'être tué au siège de Montmélian par les troupes d'Amédée III son beau-frère.

*Humbert III le Bienheureux : fils d'Amédée III, né le 4 août 1136, comte de Savoie en 1148, décédé le 4 mars 1189, plus ancien membre de la famille de Savoie inhumé à Hautecombe. Un vitrail réalisé en 1924, est consacré à Humbert III, à Chambéry dans la cathédrale Saint François de Sales (première chapelle en entrant à droite); à la base du vitrail sont représentés la tour et l'église d'Hautecombe. Dans le même édifice, dans la chapelle Saint Anthelme, un vitrail représente le Saint annonçant à Humbert III la naissance de son fils Thomas.. Une statue le représente également dans l'église abbatiale d'Hautecombe. Cet Humbert fut béatifié par le pape Grégoire XVI en 1836. Il se maria 4 fois et eut 5 enfants.
En 1153, Humbert fut vainqueur, à Montmélian,  du dauphin Guigues V qui avait envahi la Savoie. Puis il s'allia avec le pape Alexandre III contre l'empereur germanique Frédéric Barberousse. En représailles, les troupes de Barberousse ravagèrent le Piémont, incendiant Suse par exemple en 1174.

*Thomas 1er: fils d'Humbert III et de Béatrice de Macon, né le 27 mai 1178 à Charbonnières (Maurienne), comte de Savoie en 1189. Le 15 mars 1232, le seigneur de Berlion céda le bourg de Chambéry (sauf le château) à Thomas 1er, ce qui permit le transfert de la capitale des comtes de Savoie du Bourget à Chambéry, décédé le 8 mars 1233 à Aoste Italie . Il y est inhumé dans la cathédrale où l'on peut voir encore son monument sépulcral. Marié en 1195 avec Béatrice-Marguerite de Genève, Thomas 1er eut 10 enfants, 2 filles et 8 garçons dont 3 seront comtes de Savoie. Sa fille Béatrice fut mère de 3 reines et d'une impératrice et grand-mère ou arrière-grand-mère d'une dizaine de souverains ou souveraines. Le traité de Burier (sur le lac Léman entre Vevey et Montreux) en 1219, entre l'évêque de Lausanne et Thomas 1er permit à la Maison de Savoie de prendre pied en Suisse dans le pays de Vaud. Il participa avec de nombreux nobles savoyards à la quatrième croisade initiée par le pape Innocent III. Un cénotaphe est consacré à Thomas 1er dans l'église abbatiale d'Hautecombe.

*Amédée IV : fils de Thomas 1er et de Marguerite de Genève, né en 1197 à Montmélian, comte de Savoie en 1233, décédé le 13 juillet 1253. Il épousa en 1222 Anne de Bourgogne puis en 1244 Cécile de Baux. Il eut 6 enfants. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. C'est sous son règne, le 24 novembre 1248, que s'écroula le Mont Granier, ensevelissant 5 paroisses représentant 16 villages ou hameaux. Cette disparition valorisa probablement le site de Chambéry.

*Boniface le Roland : fils d'Amédée IV et de Cécile de Baux, né le 1erdécembre 1244, comte de Savoie en 1253, capturé et tué à Turin lors d’une révolte de Piémontais en juin 1263. Il fut inhumée en la cathédrale Saint Jean Baptiste de Saint Jean de Maurienne

*Pierre II dit Le Petit Charlemagne : fils de Thomas 1er et de Béatrice de Genève, né vers 1203, comte de Savoie en 1263, décédé le 15 mai 1268. Avait épousé Agnès de Faucigny. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. Eut une grande influence sur les événements de son temps, en partie grâce à sa bonne entente avec son neveu par alliance le roi d'Angleterre Henri III. Dès 1263, il organisa une expédition de représailles contre les Turinois pour venger son neveu Boniface. Il agrandit notablement le domaine de la Maison de Savoie, spécialement dans le Chablais, le Valais et le pays de Vaud. En 1253, il avait marié sa fille Béatrix avec le Dauphin Guigues VII. Elle lui avait apporté le Faucigny en dot. Ce fut l'objet ultérieur de plusieurs guerres entre le Dauphiné et la Savoie.

*Philippe 1er: fils de Thomas 1er et de Marguerite de Genève, né en 1207 au château de Charbonnières à Aiguebelle, fut évêque de Valence de 1241 à 1267. Période durant laquelle il permit au pape Innocent IV de tenir un concile à Lyon, ce qui valut en retour à Philippe de devenir archevêque de Lyon de 1245 à 1267. Il se démit de ses fonctions ecclésiastiques le 24 février 1267 et se maria le 11 juillet 1267 avec Alix de Méranie ou Alix de Bourgogne, ce qui lui permit de mettre les pieds en Bourgogne mais ce qui fut sans suite pour la Maison de Savoie. Puis comte de Savoie à la mort de son frère en 1268, décédé le 15 août 1285.  En 1250, Renaud IV seigneur de Bresse étant mort en croisade, Philippe prit la tutelle de ses 2 enfants et c'est lui quui arrangea le mariage de Sybille de Bâgé avec son neveu Amédée, ce qui permit à la Savoie de récupérer la Bresse. Ce Philippe 1er entra en guerre contre le Dauphin Humbert 1er dès 1282. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. 

*Amédée V Le Grand : fils de Béatrix Fieschi et de Thomas II (ce Thomas II, fils de Thomas Ier ne régna pas comme comte de Savoie). né le 5 septembre 1249 au Bourget-du-Lac, comte de Savoie en 1285, décédé en Avignon le 16 octobre 1323. Amédée V se maria le 5 juillet 1272 avec Sibylle de Bâgé qui lui apporta La Bresse en dot. Il en eut 8 enfants, dont 2 (Edouard et Aymon) furent comtes de Savoie. Après le décès de Sibylle le 25 mai 1294 (elle est inhumée à Hautecombe), il se remaria avec Marie de Brabant dont il eut 4 enfants. Amédée V poursuivit la guerre contre le Dauphin Humbert 1er. Guerre qui se termina (provisoirement) par le traité de Saint Jean de Moirans en 1293. Voici ce qu'écrit Dom Romain Clair dans son histoire d'Hautecombe : "Amédée mérita le surnom de foudre de guerre en soutenant trente-deux sièges et prenant part à vingt-deux batailles rangées. Le bas-relief  (à l'église abbatiale d'Hautecombe) le représente à Annemasse, près du château de Monthoux, victorieux du comte de Genève qu'il obligea à signer la paix sur un tambour."

Le 6 février 1295, il acheta le château de Chambéry qui devint la résidence des comtes de Savoie après d'importants travaux. Pour l'essentiel, les bâtiments du château actuel datent du XIVe et XVe siècles, sous réserves de restaurations dûes à des incendies. En 1315, la flotte d'Amédée V délivra Rhodes assiégée par les Ottomans. C'est à la suite de cette expédition que F.E.R.T. (Fortitudo ejus Rhodum tenuit : son courage a sauvé Rhodes) est devenu la devise de la Maison de Savoie. Henri VII empereur germanique avait fait don à Amédée V de la seigneurie d'Asti et d'Ivrée en Italie et en 1306, il avait fait l'acquisition du château d'Yvoire.

*Edouard 1erle Libéral : fils d'Amédée V, né en 1284, comte de Savoie en 1323, décédé le 4 novembre 1329. Se maria le 18 octobre 1307 avec Blanche de Bourgogne fille du duc de Bourgogne. Il fut vaincu le 7 août 1325 à la bataille de Varey (près de Pont d'Ain) par le Dauphin Guigues VIII. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe.

*Aymon le Pacifique : autre fils d'Amédée V et de Sibylle de Bâgé, né en 1291, comte de Savoie en 1329, décédé le 22 juin 1343. Epousa le 1er mai 1330 Yolande de Montferrat (petite-fille de l'empereur byzantin Andronic II Paléologue). Cette Yolande décéda le 23 décembre 1342 en accouchant d'une fille (son cinquième enfant qui ne survécut pas à sa mère). Aymon lui fit faire un somptueux tombeau dans l'église abbatiale d'Hautecombe où il la rejoignit l'année suivante.  En 1332 il réprima une révolte des habitants de Moutiers. En 1333 la guerre reprit contre le Dauphiné. Le Dauphin Guigues VIII fut tué le 23 juillet 1333 au siège du château de La Perrière (à Saint Julien de Ratz en Isère, ce château appartenait alors à la Maison de Savoie). A la suite, Aymon fit un traité de paix en 1334 avec  Humbert II successeur de Guigues VIII.

Aymon institua une Cour permanente de Justice à Chambéry.

*Amédée VI dit le Comte Verd (avec un “d” selon l'orthographe en usage au temps du Comte, d'où sont restés : verdure, verdâtre, reverdir, verdoyant...) : fils d'Aymon le Pacifique, né le 4 janvier 1334 à Chambéry, comte de Savoie en 1343, décédé de la peste le 1ermars 1383 à Capoue (Italie du sud). Son corps ramené en Savoie fut inhumé à Hautecombe le 9 mai 1383. Aujourd'hui dans l'église abbatiale d'Hautecombe, il ne reste plus qu'un cénotaphe dédié au comte Verd, il est situé juste à gauche en entrant dans la chapelle, mais peu remarqué parce que situé juste derrière la statue représentant la reine Marie-Christine. En avril 1354, Amédée VI a vaincu le Dauphin Charles (fils de Jean Le Bon roi de France) et les dauphinois aux Abrets (Isère). La guerre de “Cent ans” avait commencé entre la France et l'Angleterre en 1337. Jean le Bon et son fils préférèrent négocier avec les Savoyards par le traité de Paris du 5 janvier 1355. La Savoie s'alliait à la France contre l'Angleterre, recevait le Faucigny, le Beaufortain et diverses baronnies. La frontière entre le Dauphiné et la Savoie était fixée par ce traité au Rhône et au Guiers. Suite à ce traité, Amédée VI épousait en 1355 Bonne de Bourbon, cousine de Jean Le Bon et nièce de Philippe VI qui fut roi de France de 1328 à 1350. Cette Bonne de Bourbon fut à l'origine de la construction du château de Ripaille.

En 1366, cet Amédée avait porté secours à son cousin, l'empereur byzantin Jean V Paléologue qui avait été attaqué par les Turcs et les Bulgares et qui était retenu prisonnier en Bulgarie. La victoire d'Amédée VI sur les Turcs à Gallipoli avait assuré provisoirement la survie de l'empire byzantin. Après avoir vaincu les Turcs, le comte Verd envahit la Bulgarie, s'empara de plusieurs villes et assiégea Varna, qui à l'époque était la principale ville de Bulgarie. Le roi de Bulgarie accepta en octobre 1366 de libérer Jean V Paléologue qui put reprendre son trône à Constantinople. A Turin, piazza Palazzo di Città (place de la Mairie), pour commémorer cette expédition, une sculpture représente le comte Verd terrassant 2 Turcs. Cette sculpture commandée par le roi de Sardaigne Charles-Albert fut inaugurée le 7 mai 1853 sous le règne de Victor-Emmanuel II.

C'est à l'occasion d'un tournoi à Chambéry en 1348 qu'Amédée VI reçut son surnom de Verd. Voici ce qu'écrit à ce sujet Samuel Guichenon en 1660 : "Le Comte qui parut le premier iour de la jouste aux armes verdes, son cheval capparassonné de Verd, & la livrée de ses gens verde, y acquit le surnom de Verd".

Il y a à Chambéry une "avenue du Comte Vert", à Nice, une rue du Comte Vert, à Turin une "via Conte Verde" et à Rivoli une "Casa del Conte Verde". C'est sous le règne d'Amédée VI qu'a été créée à Chambéry la chambre des comptes en 1351

Amedee-VI.jpg

*Amédée VII dit le Comte Rouge : fils d'Amédée VI, né le 24 février 1360, comte de Savoie en 1383, décédé le 1er novembre 1391 d'une chute de cheval mais sans que les historiens sachent si cette chute fut la cause de la mort où si elle servit de couverture à un assassinat.. En 1382, il participa à la guerre de Cent Ans aux côtés de la France. C'est à la demande de Charles VI roi de France qu'il fut surnommé comte Rouge. C'est sous son règne, en 1388, que la Maison de Savoie annexa Nice et son arrière-pays. Il avait épousé en 1377 Bonne de Berry nièce de Philippe VI roi de France. Il fut inhumé en grande pompe le 2 avril 1392 à Hautecombe. Aujourd'hui, un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. D'une maîtresse de Bourg-en-Bresse nommée Françoise Arnaud, Amédée VII eut également 2 enfants

*Amédée VIII Le Pacifique : fils d'Amédée VII, né le 4 septembre 1383 à Ripaille, comte de Savoie de 1391 à 1416. En 1401 il avait acquis le comté de Genève qui fut démembré en 2 dont un comté de "Genevois" avec Annecy pour capitale. Depuis Thomas 1er, les souverains de Savoie voulaient annexer Genève. Amédée VIII pensa y être parvenu mais une coalition des bourgeois de Genève de l'évêque de la ville et de l'empereur germanique fit échouer le projet. A l'époque, la Maison de Savoie avait annexé presque toute l'actuelle Suisse francophone mais sauf Genève. Par contre Amédée VIII fit l'acquisition de Rumilly et de La Roche-sur-Foron.  A la suite d'un incendie qui détruisit la ville d'Annecy le 3 février 1412,  Amédée VIII aida à la reconstruction de cette ville. Amédée VIII se maria le 27 octobre 1401 avec Marie de Bourgogne fille de Philippe II le Hardi et par conséquent petite-fille de Jean-le-Bon roi de France. Marie de Bourgogne décéda le 8 octobre 1422 au château de Thonon-les-Bains. Elle fut inhumée à Hautecombe.

15 ducs de Savoie:

*Amédée VIII Le Pacifique : reçoit, à Chambéry,  le 19 février 1416 le titre de duc de Sigismond Empereur du Saint Empire Romain Germanique. A l'occasion d'un repas donné en l'honneur de l'empereur, Amédée VIII avait fait confectionner un gâteau ayant la forme de ses états. De là serait né le gâteau de Savoie. En 1419, il annexe la “principauté du Piémont” dans laquelle la maison de Savoie possédait différents territoires. Reste duc jusqu’en 1440. Devient le Pape Félix V de 1439 à 1449 puis Cardinal-Légat en 1449. Décédé le 7 janvier 1451. Il fut un grand bâtisseur (construction de la cathédrale de Chambéry et de la chapelle du château, et reconstruction des châteaux de Ripaille -où il se retira- et d'Annecy). Le 17 juin 1430, à Chambéry, Amédée VIII avait promulgué les “Statuts de Savoie” (Statutia de Sabaudiae) code de législation savoyarde.

Il fut inhumé à Ripaille mais sa tombe fut saccagée lors d'une invasion de Vaudois. Ses ossements conservés à Evian furent transférés à Turin le 7 décembre 1576. En 1842, le roi Charles-Albert lui fit ériger un somptueux tombeau en marbre à l'intérieur de la cathédrale (il duomo) Saint Jean Baptiste de Turin. Mais dans cette cathédrale, les visiteurs sont surtout préoccupés par le Saint Suaire. 

En 1430, la noblesse savoyarde fut vaincue par les Dauphinois à la bataille d'Anthon-sur-Rhône mais Amédée VIII ne participa pas personnellement à cette bataille.

Amédée VIII mena toute sa vie une action diplomatique importante : en France pour tenter de réconcilier le roi de France avec les Bourguignons qui s'étaient alliés à l'Angleterre et en Italie dans les conflits sans fin qui opposaient Vénitiens, Lombards, Florentins, Gênois et pas mal d'autres sans oublier les interventions du Pape et de l'Empereur germanique.

Amédée VIII est représenté au sommet du maître-autel de l'église Saint Laurent à La Côte d'Aime en Tarentaise, église construite entre 1702 et 1714 et qui avait d'abord pris le nom de “Saint Amédée de la Côte”.

*Louis 1er : fils de Marie de Bourgogne et d'Amédée VIII, né en 1413, duc de Savoie en 1440, décédé le 29 janvier 1465. Il épousa en 1433 Anne de Chypre. Elle eut 19 enfants dont 5 morts en bas-âge. C'est sous son règne que le “Saint Suaire” arriva à Chambéry (en 1453). Il partira à Turin pour n'en pas revenir en 1579. Anne de Chypre était la fille et l'héritière du roi de Chypre. A la suite, les souverains de Savoie revendiquèrent le titre de Roi de Chypre, mais ce titre leur fut contesté par les autres souverains d'Europe.

*Amédée IX le Bienheureux : fils d'Anne de Chypre et de Louis 1er, né le 1erfévrier 1435 à Thonon, duc de Savoie en 1465, décédé le 30 mars 1472. Il fut marié en 1452 avec Yolande de France fille de Marie d'Anjou et  de Charles VII roi de France et soeur de Louis XI roi de France (tandis que Louis XI se maria en 1451 avec Charlotte soeur d'Amédée IX). Cette Yolande assura la régence durant les 3 dernières années du règne d'Amédée IX. Le 27 juin 1476, elle fut enlevée par les soldats du duc de Bourgogne Charles-le-Téméraire et enfermée au château de Rouvre (dans l'actuelle département de la Côte-d'Or). Elle fut libérée fin septembre 1476 par une armée envoyée par Louis XI.

Elle eut le projet en 1470, d'ouvrir un canal navigable entre Chambéry et le lac. (projet sans suites). De même, après l'invasion de la Savoie en septembre 1792 par les troupes révolutionnaires, il y eut un projet pour relier l'Isère et le Rhône au moyen d'un canal partant de Montmélian et joignant le Rhône via le lac du Bourget et le canal de Savières (voir "L'endiguement de l'Isère et de l'Arc" de Maurice Clément, page 51, édité par la Sté des Amis de Montmélian en octobre 2011)

Un vitrail est consacré à Amédée IX, à Chambéry dans la cathédrale Saint François de Sales (première chapelle en entrant à droite); à la base du vitrail est représenté le château des Ducs. Une fresque sur la paroi latérale droite le représente également. Amédée IX fut béatifié par le pape Paul V en 1677 suite à une supplique de François de Sales (futur saint). Une paroisse du diocèse de Nice (à La Trinité) porte le nom de "Bienheureux Amédée IX". A la Sainte Chapelle du Château des Ducs à Chambéry, le carillon est installé dans la "Tour Yolande de France", nom donné en l'honneur de cette Yolande qui avait fait construire cette tour-clocher en 1466.

Amédée IX ainsi que plus tard Yolande de Franec furent inhumés en l'église Saint Eusèbe de Verceil (Vercelli).

*Philibert 1erLe Chasseur : fils d'Amédée IX, né le 7 août 1465, duc de Savoie en 1472, décédé le 22 avril 1482 à Lyon, peut-être empoisonné. C'est sa mère Yolande de France qui assura la régence. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. 

*Charles 1erLe Guerrier : autre fils d'Amédée IX, né le 29 mars 1468, duc de Savoie en 1482, décédé le 13 mars 1490, peut-être empoisonné comme son frère. Il fut inhumé à Pignerol.  Epousa le 1er avril 1485 Blanche de Montferrat. En 1487, il fit une guerre victorieuse contre le marquis de Saluces

*Charles II : fils de Charles 1er, né le 23 juin 1488, duc de Savoie en 1490, décédé le 16 avril 1496. C'est sa mère qui assura la régence.

*Philippe II Sans Terre : fils de Louis 1er et d'Anne de Chypre, frère d'Amédée IX et de Charlotte épouse de Louis XI roi de France. Né à Chambéry le 5 février 1438, duc de Savoie en 1496, décédé le 7 novembre 1497. Epousa à Moulins le 6 avril 1472 Marguerite de Bourbon fille de Charles 1er duc de Bourgogne avec qui il eut 2 enfants dont une fille Louise qui deviendra la mère de François 1er roi de France. Veuf en 1483, il se remaria le 11 novembre 1485 avec Claudine de Brosse (née en Bretagne en 1450) dont il eut 6 enfants dont 2 décédés en mortalité enfantine. Il eut également 7 enfants de deux maîtresses. Un cénotaphe lui est consacré dans l'église abbatiale d'Hautecombe. Marguerite de Bourbon est inhumée dans l'église de Brou à Bourg-en-Bresse.

A la mort de Philippe II, c'est son fils issu du premier mariage qui devint duc. Claudine de Brosse se retira au château de Billiat dans l'Ain, emmenant le Saint Suaire. Après son décès le 13 octobre 1513, elle fut inhumée dans la Sainte Chapelle du château des ducs à Chambéry. Sa fille Philiberte née en 1498, mariée à Julien de Médicis et décédée le 4 octobre 1524 fut également inhumée dans la Sainte Chapelle du château de Chambéry. 

*Philibert II Le Beau : fils de Philippe II sans Terre et de Marguerite de Bourbon, frère de Louise de Savoie mère de Françrois 1er et neveu de Charlotte épouse de Louis XI roi de France. Né le 10 avril 1480, duc de Savoie en 1497, décédé le 10 septembre 1504. épousa en premières noces en 1496 Violente Louise fille de Charles 1er le Guerrier et en secondes noces le 28 novembre 1501 Marguerite d'Autriche fille de Maximilien 1er empereur du Saint Empire Romain Germanique (également petite-fille de Charles-le-Téméraire et tante de Charles Quint). Cette Marguerite d'Autriche fit construire l'église de Brou (Bourg-en-Bresse) de 1513 à 1532 pour y mettre la sépulture de son mari où elle le rejoindra après son décès le 1er décembre 1530. Outre son tombeau, deux vitraux la représentent  dans cette église de Brou accompagnée de Sainte Marguerite; 2 vitraux représentent  également Philibert le Beau accompagné de Saint Philibert. Cette Marguerite fut nommée Régente des Pays-Bas en 1506. En 1529, elle négocia avec sa belle-soeur (Louise de Savoie) le traité de Cambrai qui fut signé le 3 août 1529 et qui mit fin (provisoirement) à la guerre entre Charles Quint et François 1er. Ce traité fur surnommé "la paix des dames";

*Charles III Le Bon : (appelé Charles II par certains auteurs)  fils de Philippe II Sans Terre et de Claudine de Brosse, né le 10 octobre 1486, duc de Savoie en 1504, décédé le 17 août 1553. Epousa en 1521 Béatrix de Portugal fille de Manuel 1er roi du Portugal. Charles III fit l'acquisition du château de Miolans après l'extinction de la famille de Miolans en 1523. Charles III Le Bon ne parvint pas à faire un choix entre son neveu (François 1er) et son beau-frère (Charles Quint époux d'Isabelle de Portugal soeur de Béatrix). Il subit une suite de défaites de 1530 à 1536 aux termes desquelles il ne lui restait plus que la vallée d'Aoste et le Comté de Nice. Nice fut assiégé en 1543  par terre et par mer par des troupes franco-ottomanes. Ces troupes prirent la ville mais pas le château et la ville fut délivrée en septembre par les troupes impériales (de Charles Quint) commandées par Charles III et le marquis Del Vasto gouverneur de Milan.

*Emmanuel-Philibert dit Tête de Fer : fils de Charles III le Bon également cousin de François 1er et neveu de Charles Quint), né le 8 juillet 1528 à Chambéry, duc de Savoie en 1553, a transféré la capitale des ducs de Savoie de Chambéry à Turin en 1562 (une cérémonie officielle d'entrée dans la ville de Turin eut lieu le 7 février 1563), décédé le 30 août 1580. Epousa le 9 juillet 1559 (la veille du décès d'Henri II) Marguerite de Berry fille de François 1er roi de France et soeur d'Henri II. Avant ce mariage, Emmamuel-Philibert avait pris parti pour l'Espagne dans le conflit franco-espagnol. Le 10 août 1557, à la tête des armées espagnoles, allemandes et anglaises (Charles Quint, son oncle, l'avait nommé général en chef de la coalition), il fut vainqueur du connétable de Montmorency à Saint Quentin (en Picardie). Le 10 août étant le jour de la Saint Laurent, il fit édifier à Turin une église dédiée à Saint Laurent. Par le traité de Cateau-Cambresis des 2 et 3 avril 1559, Emmanuel-Philibert récupéra tous les territoires perdus sous Charles III, sauf la partie suisse qui avait été annexée par les Bernois et les Fribourgeois. En 1571, 3 galères de la flotte d'Emmanuel-Philibert, parties de Nice et commandées par l'amiral André Provana de Leyni, participèrent le 7 octobre à la bataille navale de Lépante, bataille au cours de laquelle, les Ottomans perdirent 240 navires et 30.000 hommes.

Une statue équestre d'Emmanuel-Philibert trône au centre de la piazza San Carlo à Turin. Sur l'inscription qui se trouve sous la statue, Emmanuel-Philibert a le titre “d'Allobrögum Duci” c'est-à-dire de Duc des Allobroges. En 1559 Emmanuel-Philibert avait créé le "Sénat de Savoie" en remplacement du parlement institué par François 1er en 1536

*Charles-Emmanuel 1erLe Grand: fils d'Emmanuel-Philibert, né le 12 janvier 1562, duc de Savoie en 1580, décédé le 26 juillet 1630. Ce Charles-Emmanuel disait: “L'Italie est un artichaut que la Maison de Savoie doit manger feuille à feuille”. Trois siècles plus tard, l'Histoire lui donnera raison. Epousa le 11 mars 1585 Catherine d'Autriche fille de Philippe II roi d'Espagne.

Le 24 décembre 1590, le protestant François de Bonne de Lesdiguières (qui ne deviendra duc qu'en 1611) s'empara de la ville de Grenoble et fit la guerre à Charles-Emmanuel. Une guerre qui dura 9 ans avec une bataille particulièrement meurtrière à Pontcharra le 17 septembre 1591. Charles-Emmanuel lança la construction de Fort Barraux dans l'Isère (à l'époque dans le territoire de la Maison de Savoie) en 1597. Lesdiguières s'en empara par une nuit sans lune le 15 mars 1598, avant que le fort ne fut armé et occupé. Puis Henri IV vint renforcer Lesdiguières. Henri IV entra dans Chambéry le 21 août 1600. Charles-Emmanuel  fut vaincu. Henri IV imposa le traité de Lyon (17 janvier 1601) qui fit perdre à la Maison de Savoie, la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex. A la suite, la Maison de Savoie ne possédait plus de ce côté-ci des Alpes que le duché de Savoie et le comté de Nice. La partie italienne du duché devint dès lors plus importante que la partie  du côté France. C'est également sous son règne qu'eut lieu la célèbre “nuit de l'escalade” : du 11 au 12 décembre 1602, où les Savoyards essayant de prendre Genève furent repoussés. A l'occasion de la guerre "de succession de Mantoue", la Savoie fut à nouveau envahie et occupée en mai 1630 par les troupes de Louis XIII et Richelieu. Louis XIII entra dans Chambéry le 17 mai 1630.

Décédé 2 mois plus tard, Charles-Emmanuel ne connut pas la suite des événements. Il fut inhumé dans la chapelle Saint Bernard (San bernardo) du sanctuaire de Vicoforte au sud du Piémont)

A son actif, le percement du tunnel du col de Tende pour améliorer la liaison entre Nice et Turin. Le 25 novembre 1599, Charles-Emmanuel avait posé la première pierre de l'église Notre-Dame de Chambéry. Son blason ducal figure au-dessus du portail d'entrée rue Saint Antoine. Dans son volumineux travail sur "La Royale Maison de Savoie", Alexandre Dumas conteste à Charles-Emmanuel d'avoir mérité le nom de Grand (tome 2, chapitre XXII).

*Victor-Amédée 1er: fils de Charles-Emmanuel 1er, né le 8 mai 1587, duc de Savoie en 1630, décédé le 7 octobre 1637. Le 10 février 1619, en la chapelle du Louvre à Paris, il avait épousé Christine de France fille d'Henri IV et de Marie de Medicis (et par conséquent soeur de Louis XIII). Suite au  traité de Cherasco le 6 avril 1631, Victor-Amédée récupéra la Savoie mais s'allia avec la France d'abord contre l'Autriche puis contre l'Espagne. Cet Amédée fut non seulement le beau-frère de Louis XIII, mais aussi celui de Philippe IV d'Espagne et celui de Charles 1er d'Angleterre.

*François-Hyacinthe : fils de Victor Amédée 1er, né le 14 septembre 1632, duc de Savoie en 1637, décédé le 4 octobre 1638. Ce fut sa mère Christine de France qui assura la régence. En souvenir de son fils mort à l'âge de 6 ans, elle fit édifier à Turin la chapelle Santa Cristina piazza San Carlo

*Charles-Emmanuel II : fils de Victor Amédée 1er, né le 10 juin 1634, duc de Savoie en 1638, décédé le 12 juin 1675. Sa mère (Christine de France) assura la régence jusqu'à son décès le 27 décembre 1663. Durant sa régence, Christine de France dut faire face à une rebellion de certains membres de la famille de Savoie qui voulaient lui prendre le pouvoir. ils s'allièrent avec les Milanais et s'emparèrent de Turin le 27 janvier 1639. Christine de France s'était réfugiée avec ses enfants en Savoie. Elle put rentrer à Turin en novembre 1640 après la reconquête de la ville par les troupes françaises. Ce Charles-Emmanuel fut un bâtisseur, qui fit entre autres niveler l'ancienne voie des Echelles où existe un monument à Charles-Emmanuel II. Il se maria à la Sainte Chapelle de Chambéry, le 4 mars 1663 avec Françoise-Madeleine fille de Gaston d'Orléans (frère de Louis XIII roi de France). Devenu veuf, Charles-Emmanuel II se remaria le 10 mai 1665 avec Marie Jeanne de Savoie-Nemours arrière petite fille d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées. (Henri IV eut six enfants de son épouse : Marie de Médicis et 12 de 7 maitresses différentes dont 3 enfants légitimés de Gabrielle d'Estrées)

*Victor-Amédée II : fils de Charles-Emmanuel II, né le 14 mai 1666, duc de Savoie avec régence de sa mère (Marie-Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours) de 1675 à 1685, puis duc seul de 1685 à 1713. Epousa à la Sainte chapelle de Chambéry, en 1684 Anne-Marie d'Orléans, fille de Philippe d'Orléans (frère de Louis XIV) et d'Henriette d'Angleterre. Sous la pression de Louis XIV, il combattit les Vaudois du Piémont, 2.000 d'entre-eux furent massacrés en 1686. Malgré son alliance par mariage, il fit la guerre à la France en 1690 et fut vaincu le 18 août 1690 à la bataille de Staffarde (dans le Piémont). En 1692, il envahit le Dauphiné mais fut une nouvelle fois vaincu par l'armée française de Catinat à la bataille de La Marsaille (près de Turin) le 4 octobre 1693. La citadelle de Montmélian dut capituler le 21 décembre 1691. A l'occasion de cette guerre, la Savoie fut à nouveau occupée par la France durant 6 années. Après le traité de Turin du 29 août 1696, la France évacua les territoires occupés et Victor-Amédée s'alliait avec la France contre l'Autriche et l'Espagne. Puis il changea une nouvelle fois d'alliance et la Savoie fut à nouveau envahie par la France en septembre 1703 et occupée durant une dizaine d'années. Il fit élever la basilique de Superga au dessus de Turin suite à un voeu qu'il fit en 1706 lorsqu'il fut assiégé dans Turin par l'armée française. Il fut libéré le 7 septembre 1706 par son cousin le Prince Eugène de Savoie à la tête des armées autrichiennes. C'est durant la même campagne qu'en 1703, la citadelle de Montmélian fut assiégée par les troupes françaises, prise puis détruite. Il est inhumé ainsi qu'Anne-Marie d'Orléans dans cette basilique de Superga. Les traités d'Utrecht (11 avril et 13 juillet 1713) lui donnèrent la Sicile et le titre de roi.

 8 rois de Sardaigne :

*Victor-Amédée II : couronné roi de Sicile à Palerme en décembre 1713, quitte la Sicile en septembre 1714. La Sicile fut prise par l'Espagne. Victor-Amédée II fit appel à l'Autriche qui récupéra la Sicile mais ne la rendit pas à Victor-Amédée. Le  traité de Londres du 8 août 1720 donne la Sardaigne en compensation de la Sicile à Victor-Amédée II. Il est couronné Roi de Sardaigne, mais conserve sa capitale à Turin. Décédé à Rivoli le 30 octobre 1732. En 1723, il avait publié les “royales constitutions” ou “code Victorin” (actualisation des statuts de Savoie de 1430). En 1728, il avait fait commencer l'établissement de la “Mappe sarde” (cadastre). Le 3 décembre 1730, il abdiqua en faveur de son fils, se retira en Savoie, d'abord au château de Chambéry puis à Saint Alban Leysse dans la propriété du marquis Costa du Villard. Il  voulut reprendre le pouvoir en 1731. Son fils le fit enfermer au château de Rivoli.

*Charles-Emmanuel III : fils de Victor-Amédée II, né le 27 avril 1701, roi de Sardaigne en 1730, décédé le 20 février 1773. C'est sous son règne qu'eut lieu l'occupation espagnole de la Savoie (de 1743 à 1749). Dans la guerre de succession d'Autriche, Charles-Emmanuel III avait pris position en faveur de l'Autriche, contre la France et l'Espagne, alors que quelques années plus tôt, il s'était allié à la France lors de la guerre de succession de Pologne (1733/1736). Charles-Emmanuel III épousa successivement Christine-Louise de Bavière en 1722, Polyxène de Hesse en 1724 et Elisabeth-Thérèse de Lorraine en 1737. De ses 3 épouses, il eut 10 enfants dont 4 seulement survécurent. Il est inhumé ainsi que ses 3 épouses à la basilique de Superga. En 1750, il avait ordonné le creusement d'un véritable port en eaux profondes à Nice.

*Victor-Amédée III : fils de Charles-Emmanuel III, né le 26 juin 1726, roi de Sardaigne en 1773, décédé le 16 octobre 1796. Il avait épousé le 31 mai 1750 à Oulx,  Marie-Antoinette fille de Philippe V roi d'Espagne. Ils eurent 10 enfants dont 6 furent rois ou reines. Parmi ceux-ci, deux filles épousèrent 2 frères de Louis XVI qui furent successivement rois de France, tandis qu'un fils épousait une soeur de Louis XVI. La Maison de Savoie fut donc particulièrement proche de la monarchie française au moment de la Révolution.  Victor-Amédée III lança la construction de Carouge en 1774 qu'il érigea en chef-lieu d'une nouvelle province en 1780. Il lança également la construction d'un bâtiment thermal à Aix-les-Bains qui fut inauguré en 1784 et qui constitua la partie la plus ancienne des "Thermes Nationaux". Le 21 avril 1796, l'armée piémontaise de Victor-Amédée III fut vaincue par Bonaparte à Mondovi. A la suite, Victor-Amédée III dut céder la Savoie et Nice à la France (traité de cession du 15 mai 1796), ce qui n'était qu'une régularisation, la France ayant occupé ces territoires en septembre 1792. En 1793, Victor-Amédée III tenta une expédition militaire pour récupérer ses territoires, mais il échoua. Victor-Amédée III et Marie-Antoinette sont inhumés dans la basilique de Superga

*Charles Emmanuel IV: fils de Victor-Amédée III, né en 1751, roi en 1796, décédé le 6 octobre 1819. Avait épousé à la Sainte Chapelle de Chambéry,  le 6 septembre 1775 Marie-Clotilde soeur de Louis XVI roi de France. Suite à l'invasion du Piémont par les troupes françaises, Charles-Emmanuel IV dut signer le 9 décembre 1798, à la demande du Directoire, un acte de renonciation et de cession à la France de ses Etats de terre-ferme. Il s'enfuit de Turin et embarqua à Livourne le 24 février 1799 avec la reine et une faible suite pour arriver à Cagliari le 3 mars 1799 où il régna  sous la protection de la flotte anglaise. Il dénonça son acte de renonciation et de cession à la France au motif qu'il avait été obtenu sous la contrainte. Après le retour des troupes austro-russes en Italie du nord, à partir de juin 1799, Charles-Emmanuel et la Reine rentrèrent en Italie mais durent s'arrêter à Florence, l'Autriche ne souhaitant pas le retour du roi à Turin. Puis, le roi et la reine se réfugièrent à Rome après l'élection d'un nouveau pape (Pie VII) le 14 mars 1800 et enfin se retirèrent à Caserta près de Naples. Charles-Emmanuel abdiqua en faveur de son frère, après le décès de son épouse le 7 mars 1802. Il se fit religieux dans l'ordre des Jésuites à Rome où il fut ordonné le 11 février 1805. Il est inhumé à Rome en l'église Saint André du Quirinal, mais en outre, à la basilique de Superga, un cénotaphe est consacré à Charles-Emmanuel IV

Le 10 avril 1808, Marie-Clotilde fut déclarée "vénérable" par le pape Pie VII. De son arrivée à Turin en 1775, jusqu'à sa mort en 1802, Marie-Clotilde put voir ou apprendre : Le début de la Révolution française (prise de la Bastille le 14 juillet 1789), l'arrestation de son frère Louis XVI et de sa famille à Varennes dans la nuit du 21 au 22 juin 1791, la destitution de Louis XVI le 10 août 1792, la mort de sa cousine le 3 septembre 1792 (la Princesse de Lamballe violée, décapitée, disséquée et même rôtie sur la voie publique à Paris), la mort de Louis XVI (guillotiné le 21 janvier 1793), la mort de sa belle-soeur (Marie-Antoinette guillotinée le 16 octobre 1793), la mort de sa soeur (Elisabeth guillotinée le 10 mai 1794), la mort de son neveu (Louis XVII mort à la prison du Temple le 8 juin 1795, il avait 10 ans), sans oublier l'invasion puis l'annexion de la Savoie et de Nice par l'armée française en septembre 1792, puis l'invasion du Piémont érigé le 10 septembre 1798 en "République piémontaise", l'occupation du Piémont par les troupes austro-russes puis le retour des Français, la fuite en Sardaigne etc.  Cela fit beaucoup pour une seule vie. Elle fut inhumée dans l'église Santa Catarina à Chiaia (quartier de Naples)

*Victor-Emmanuel 1er: autre fils de Victor-Amédée III, né le 24 juillet 1759, roi de 1802 à 1821, décédé le 10 janvier 1824. Epousa le 25 avril 1789 Marie-Thérèse petite fille de l'Impératrice d'Autriche Marie-Thérèse. Il régna en Sardaigne durant l'occupation française et  rentra à Turin, dans les bagages de l'armée autrichienne, le 20 mars 1814. Il récupéra l'ancien duché de Savoie et l'ancien comté de Nice en 2 étapes : au traité de Paris du 30 mai 1814 et au second traité de Paris le 20 novembre 1815. Le premier traité de Paris avait laissé à la France une partie des arrondissements de Chambéry et d'Annecy qui conserva le nom de département du Mont-Blanc. La frontière entre ce département et le royaume de Sardaigne était située à Saint Jeoire-Prieuré. Deux régiments français stationnèrent à Chambéry. Lors du retour de Napoléon de l'île d'Elbe en mars 1815, l'un de ces régiments (le 7e de ligne) commandé par le colonel de La Bédoyère fut envoyé pour barrer la route à Napoléon, mais il se rallia à lui arrivé à Grenoble le 7 mars, comme le fera le maréchal Ney le 18 mars. Sous la seconde restauration, La Bédoyère fut fusillé, comme Ney.

Le Congrès de Vienne attribua au Royaume de Sardaigne le territoire de l'ancienne République de Gênes (Ligurie). Par contre, le royaume de Sardaigne dut céder à la Suisse 24 communes (dont Carouge) représentant une superficie de 350 km2. Depuis, ces anciennes communes savoyardes, font partie du canton de Genève. C'est sous le règne de Victor-Emmanuel 1er que la construction des Forts de l'Esseillon en Maurienne fut commencée (1817/1834).  5 forts furent construits sur les territoires des communes d'Aussois et d'Avrieux pour protéger le Piémont d'une invasion française. Ces forts reçurent le nom des souverains de Savoie de l'époque à savoir : Fort Victor-Emmanuel (en forme d'escalier), Redoute Marie-Thérèse (en forme de fer-à-cheval) , Fort Charles-Félix (en forme d'étoile), Fort Marie-Christine (en forme d'hexagone) et Fort Charles-Albert ((en forme de triangle).

Victor-Emmanuel abdiqua le 13 mars 1821 en faveur de son frère Charles-Félix, suite à une révolte populaire piémontaise qui réclamait une royauté parlementaire. Victor-Emmanuel 1er et Marie-Thérèse sont inhumés à la basilique de Superga.

*Charles-Albert régent : Au moment de l'abdication de Victor-Emmanuel, Charles-Félix se trouvait à Modène. Compte-tenu de la situation insurrectionnelle dans laquelle se trouvait le Piémont, en attendant l'arrivée de Charles-Félix à Turin, Victor-Emmanuel 1er avait nommé un lointain cousin "régent" (Charles-Albert de Savoie Carignan). Celui-ci avait beaucoup de sympathies pour les insurgés qui réclamaient une constitution et notamment pour le comte Santorre de Santa Rosa, un des chefs des insurgés. Dès le 15 mars 1821, Charles-Albert promulgua une constitution. Mais Charles-Félix, partisan absolu d'une Monarchie absolue, annula cette promulgation dès le 3 avril 1821 lors de son arrivée à Turin et puissamment aidé par l'armée autrichienne, il réprima l'armée des opposants. Une commission militaire prononça 73 condamnations à mort parmi les partisans de la monarchie constitutionnelle. Charles-Albert écarté du pouvoir (il n'avait été régent que quelques jours) se réfugia d'abord à Florence puis se mit au service du roi de France Louis XVIII à l'occasion d'une expédition militaire en Espagne pour rendre son trône au roi (Ferdinand VII). Charles-Albert se distingua particulièrement le 31 août 1823 à la bataille de Trocadéro (près de Cadix)

*Charles-Félix : autre fils de Victor-Amédée III, né le 6 avril 1765, roi de Sardaigne de 1821 à son décès le 27 avril 1831. Il investit beaucoup en Savoie ( rachat en 1824 et reconstruction d'Hautecombe, endiguement de l'Arc et de l'Isère dont il posa la première pierre le 17 août 1824, inauguration du théâtre de Chambéry en 1824...). En Haute-Savoie, à Bonneville, un monument a été érigé à la gloire de Charles-Félix de 1824 à 1826 en remerciement de l'endiguement de l'Arve commencé en 1824. Epousa en 1807 Marie-Christine de Bourbon fille de Ferdinand roi de Naples et de Sicile. Il est inhumé ainsi que Marie-Christine à Hautecombe (à gauche en entrant dans l'église par la chapelle de Belley), en outre, à la basilique de Superga, un cénotaphe est consacré à Charles-Félix. A Hautecombe, deux remarquables sculptures en marbre représentent la reine Marie-Christine et Charles-Félix. La tour-phare de l'abbaye d'Hautecombe fut appelée "tour Marie-Christine".

En 1825, Charles-Félix avait envoyé sa flotte détruire la flotte barbaresque à Tripoli car celle-ci faisait des razzias sur les côtes de Sardaigne. A l'occasion de cette expédition, 104 captifs chrétiens furent libérés.

*Charles-Albert roi : fils d'un Charles-Emmanuel (qui ne fut pas roi de Sardaigne, mais qui est un descendant de Charles-Emmanuel 1er, onzième duc de Savoie), né le 2 octobre 1798, marié le 3 septembre 1817 à Florence avec Marie-Thérèse de Toscane. Fut d'abord élevé à Genève puis à Paris où il obtint en 1814 le grade de lieutenant des dragons de Napoléon. Roi de Sardaigne en 1831, décédé le 28 juillet 1849. Après le soulèvement des populations de Venise et Milan contre l'Autriche, il déclara la guerre à l'Autriche le 23 mars 1848. Les troupes piémontaises connurent  d'abord quelques victoires mais restées seules contre l'Empire d'Autriche, elles ne firent pas le poids et après la défaite de Novarre le 23 mars 1849, Charles-Albert abdiqua en faveur de son fils et se retira à Porto au Portugal où il décéda peu après. Ramené en grande pompe en Piémont, il fut inhumé à la basilique de Superga  où Marie-Thérèse de Toscane le rejoignit après son décès le 12 janvier 1855. C'est sous son règne que Charles Albert signa un édit à Turin le 20 juin 1837 permettant la publication d'un code civil applicable aux Etats du royaume de Sardaigne et que fut proclamé le 4 mars 1848 le “Statut Fondamental” entraînant le passage d'une monarchie absolue à une monarchie parlementaire. La même année, le Sénat de Savoie fut transformé en Cour d'Appel. 

C'est en l'honneur de ce roi que les anciennes communes de Conflans et de l'Hôpital qui fusionnèrent à compter du 1er janvier 1836, prirent le nom d'Albertville. A Turin, derrière le Palais Carignan (Carignano) a été érigée une statue équestre de Charles-Albert sur une place qui porte son nom. Signalons également que le Pont-de-la-Caille, en Haute-Savoie, érigé en 1838 fut d'abord appelé pont Charles-Albert. Charles-Albert fit faire une extension au bâtiment thermal construit à Aix-les-Bains sous Victor-Amédée III. Cette extension inaugurée le 10 juin 1834 reçut le nom de "Thermes Albertins".

*Victor-Emmanuel II : fils (officiellement) de Charles-Albert, né (officiellement) le 14 mars 1820, roi de Sardaigne de 1849 à 1861. Avait épousé le 12 avril 1842 Adélaïde archiduchesse d'Autriche. Le 4 novembre 1852, il avait appelé Cavour à la présidence du conseil du royaume de Sardaigne. Le 28 janvier 1855 avait fait alliance avec la France et l'Angleterre pour participer à la guerre de Crimée contre la Russie. L'armée sarde commandée par Alfonso La Marmora eut 2.600 morts mais participa au traité de Paris le 30 mars 1856. Fit alliance avec la France de Napoléon III pour vaincre les Autrichiens en 1859. C'est sous son règne que se fit l'unité italienne mais aussi que la Savoie et Nice furent cédés à la France. C'est également sous son règne que fut lancée, à partir de 1853, la construction du réseau ferré savoyard (d'abord appelé chemin de fer Victor-Emmanuel), ainsi que le pont ferroviaire de Culoz (mis en service le 2 septembre 1858) permettant la liaison avec le réseau ferré français et le tunnel ferroviaire sous le Mont Cenis (commencé en 1857 et inauguré le 2 septembre 1871) assurant la liaison avec l'Italie. Le 27 mai 1850, Victor-Emmanuel II avait posé la première pierre du Palais de Justice de Chambéry

 

4 rois d’Italie :

*Victor-Emmanuel II : roi d’Italie du 17 mars 1861 jusqu’à sa mort le 9 janvier 1878. Il repose au Panthéon à Rome, tandis que son épouse Adélaïde est inhumée à la basilique de Superga. La capitale du nouveau royaume fut transférée de Turin à Florence en 1866 puis à Rome en 1871. Victor-Emmanuel II s'était allié à la Prusse contre l'Autriche en 1866 ce qui lui avait permis de récupérer la Vénétie. Artisan de l'unité italienne et premier roi d'Italie, Victor-Emmanuel II est représenté un peu partout en Italie et spécialement au moyen de statues équestres telles :

- celle de Milan piazza del Duomo inaugurée en 1896 et représentant Victor-Emmanuel II le 24 juin 1859 à la bataille de San Martino

-celle de Venise Riva degli Schiavoni inaugurée le 1er mai 1887 et représentant Victor-Emmanuel II entrant triomphalement à Venise le 7 novembre 1866

-celle de Rome piazza Venezia devant le palais Victor-Emmanuel II et inaugurée en 1911

-celles de Naples, Gênes, Pérouse etc

*Humbert 1er: fils de Victor-Emmanuel II, né le 14 mars 1844, roi d’Italie en 1878, décédé le 29 juillet 1900, assassiné par un anarchiste à Monza. Repose aussi au Panthéon à Rome. Il s'était marié le 21 avril 1868 avec sa cousine Marguerite de Savoie, fille de Ferdinand de Savoie (et par conséquent petite-fille de Charles-Albert et de Marie-Thérèse de Toscane). C'est pour cette reine d'Italie que fut créée en juin1889, à Naples, la célèbre pizza Margherita. C'est également en son honneur qu'une station thermale italienne située dans les Pouilles, sur la côte adriatique, au nord de Barletta a reçu le nom de "Margherita di Savoia". C'est aussi pour elle qu'une pointe des Grandes Jorasses fut dénommée "pointe Marguerite" (4065 mètres). Une des principales artères de Turin s'appelle "Corso Regina Margherita". Elle part de la "tangenziale nord" pour aboutir "piazzale Regina Margherita" qui communique avec le "ponte Regina Margherita" qui enjambe le Pô.  Décédée le 4 janvier 1926, elle est également inhumée au panthéon à Rome. Cet Humbert 1er a été représenté en 1905, en statue équestre, au dessus de la porte d'entrée (côté piazza Castello) du château Sforza à Milan. Le 20 mai 1882 l'Italie avait adhéré à la triple alliance (empire allemand, empire austro-hongrois et Italie)

*Victor-Emmanuel III: fils d'Humbert 1er, né le 11 novembre 1869, roi d’Italie de 1900 à son abdication le 9 mai 1946 (pour collaboration avec Mussolini). Il  avait épousé en 1896 Hélène de Monténégro, décédé le 28 décembre 1947. Les conquêtes coloniales italiennes (commencées en 1885 avec la récupération de l'Erythrée) lui avaient donné le titre d'Empereur d'Ethiopie en 1936 et de roi d'Albanie en 1939. En outre, une guerre déclarée le 29 septembre 1911 par l'Italie et  gagnée contre l'empire ottoman avait permis à l'Italie de récupérer une grande partie de l'actuelle Libye ainsi que le Dodécanèse (ensemble d'îles de la mer Egée) au traité de Lausanne le 18 octobre 1912. Malgré l'adhésion à la triple alliance, après bien des tractations, l'Italie avait déclaré la guerre à l'empire austro-hongrois le 23 mai 1915 et à l'Allemagne le 28 août 1916. Durant la seconde guerre mondiale, l'Italie déclara la guerre à la France et à la Grande-Bretagne le 10 juin 1940.  Au traité de Paris le 10 février 1947, l'Italie céda le Dodécanèse à la Grèce, Zadar et l'Istrie à la Yougoslavie, les communes de Tende et de La Brigue (dans les Alpes Maritimes) à la France, et perdait également la Libye, l'Erythrée et la Somalie. 

En octobre 1903, Victor-Emmanuel III et son épouse étaient venus à Paris en visite officielle où ils avaient été reçus en grande pompe par le Président de la République française (Emile Loubet). Du 25 au 29 mars 1904, c'est Emile Loubet qui rendit une visite officielle à Rome, ce qui entraîna  une crise diplomatique entre la France et le Vatican (Pie X étant pape), alors même que la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat était en discussion en France.

Après le débarquement américain en Italie en septembre 1943, Victor-Emmanuel III avait fait arrêter Mussolini. Voir fiche N°43 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-republiques-italiennes-75683488.html (seconde République italienne)

*Humbert II : fils de Victor-Emmanuel III, né le 15 septembre 1904, roi d’Italie du 9 mai au 13 juin 1946. Il avait épousé le 24 janvier 1930  Marie-Joseph (Marie-José) fille d'Albert 1er roi des Belges et de la reine Elisabeth de Belgique. Décédé à Genève le 18 mars 1983, dernier souverain de la maison de Savoie à être inhumé à Hautecombe. Son épouse Marie-José y fut également inhumée le 2 février 2001. En 1983, il fit don du Saint Suaire de Turin au Vatican et légua les droits de la Maison de Savoie sur Hautecombe aux religieux qui occupaient les lieux, ce qui revient de fait à l'évêque de Chambéry..

En éliminant les doubles comptes (un comte de Savoie devenu duc, un duc de Savoie devenu roi de Sardaigne, un roi de Sardaigne devenu roi d‘Italie), la maison de Savoie compta 43 souverains sur 912 années.

Ont un tombeau à l’abbaye d’Hautecombe : le comte Humbert III, le comte Aymon le Pacifique et Yolande de Montferrat, le duc Louis, le roi de Sardaigne Charles-Félix et son épouse Marie-Christine,  le roi d’Italie Humbert II et son épouse Marie-José. Ont un cénotaphe à l’abbaye d’ Hautecombe : les comtes Thomas 1er, Amédée IV, Pierre II, Philippe 1er, Amédée V, Edouard 1er, Amédée VI, Amédée VII, ainsi que les ducs Philibert 1eret Philippe II. De nombreux autres membres de la famille de Savoie sont également inhumés ou représentés à Hautecombe. Les premiers membres inhumés le furent dans le cloître ou le cimetière de l'abbaye. C'est Aymon le Pacifique, seizième comte de Savoie, qui fit construire une chapelle en extension de l'église abbatiale (à gauche du choeur) pour y faire transférer le 24 décembre 1342 les corps des membres de la dynastie.

Durant la révolution, à l'abbaye d'Hautecombe, des tombeaux furent ouverts et les ossements jetés dans le lac

 

II-Récapitulation des principaux événements concernant la dynastie des “Savoie”

*6 septembre 1032, mort de Rodolphe III dernier roi du royaume de Bourgogne dont dépendait la Savoie. Conrad II le Salique empereur germanique récupère les anciens territoires du royaume de Bourgogne, par suite d'une donation faite par Rodolphe III.

*vers 1034, Humbert aux Blanches Mains (de Maurienne) reçoit de Conrad II le Salique, empereur du St Empire Romain Germanique, le titre de Comte. Il est ainsi le premier membre de la dynastie.

*vers 1045, Othon 1er, troisième comte de Savoie, épouse Adélaïde de Suse, ce qui permet à la Maison de Savoie de prendre pieds en Piémont

*en 1077, la Savoie récupère Le Bugey donné par Henri IV empereur germanique, il sera enlevé aux Savoyards par Henri IV roi de France en 1601

*en 1232, Thomas 1er, neuvième comte de Savoie, achète le bourg de Chambéry, sauf le château

*en 1272, Sibylle de Bâgé apporte en dot La Bresse à la maison de Savoie à l'occasion de son mariage avec Amédée V

*en 1295, Amédée V le Grand, quatorzième comte de Savoie, achète le château de Chambéry

*en avril 1354, le Comte Verd vainqueur du Dauphin (fils du roi de France Jean le Bon) et des Dauphinois à la bataille des Abrets (Isère). Par le traité de Paris du 5 janvier 1355, la Savoie reçoit le Beaufortain, le Faucigny et diverses baronnies. Ce traité délimite en outre la frontière entre Savoie et Dauphiné au Rhône et au Guiers

*en 1388, Le Comte Rouge annexe Nice et son arrière-pays. Une partie du genevois dont Annecy sont acquis par le Comte Amédée VIII

*en 1401, acquisition d'Annecy et d'un comté du genevois

*21 juillet 1603, par le traité de Saint Julien, la Savoie reconnait l'indépendance de Genève

*en 1416, Amédée VIII, dernier comte de Savoie reçoit le titre de Duc de Sigismond empereur du St Empire Romain Germanique

*en 1419, Amédée VIII annexe la principauté du Piémont dans laquelle la Maison de Savoie possédait déjà différents territoires

*de 1530 à 1536, Charles III Le Bon perd presque tout de ses territoires

*de 1536 à 1559 : occupation de la Savoie par François 1er et son successeur (Henri II). Un édit de François 1er du 6 janvier 1539 imposa l'usage de la langue française en Savoie

*2/3 avril 1559, par le traité de Cateau-Cambrésis, Emmanuel-Philibert récupère presque tous les territoires perdus par son père.

*en 1562, Emmanuel-Philibert dixième duc de Savoie, transfère la capitale de Chambéry à Turin

*17 janvier 1601, le traité de Lyon fait perdre à la Savoie la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex

*en 1602, dans la nuit du 11 au 12 décembre, échec lamentable des Savoyards tentant de s'emparer de Genève

*en décembre 1713, Victor-Amédée II dernier duc de Savoie est couronné roi de Sicile à Palerme.

*en août 1720, Victor-Amédée II change son titre de roi de Sicile en roi de Sardaigne suite à échange de territoire

*de 1743 à 1749 : occupation espagnole de la Savoie

*en septembre 1792 : invasion de la Savoie et de Nice par les troupes révolutionnaires

*en 1796 : les troupes françaises envahissent le Piémont, le roi Charles-Emmanuel IV se retire en Sardaigne

*le 20 mars 1814, le roi Victor-Emmanuel 1er rentre à Turin dans les bagages de l'armée autrichienne

*les traités de Paris du 30 mai 1814 et 20 novembre 1815 permettent à la Maison de Savoie de récupérer le comté de Nice et la Savoie sauf 24 communes de Haute-Savoie qui furent cédées à la Suisse.

*9 juin 1815 : l'acte final du Congrès de Vienne attribue la Ligurie (région autour de Gênes) à la Maison de Savoie

*4 mars 1848, le Roi Charles-Albert publie le “Statut Fondamental” qui transforme la monarchie absolue en monarchie parlementaire

*23 mars 1849, défaite de Novarre. Charles-Albert vaincu par les Autrichiens abdique en faveur de son fils

*4 novembre 1852, Victor-Emmanuel II appelle Cavour à la Présidence du Conseil du royaume de Sardaigne

*28 janvier 1855, traité d'alliance avec la France et l'Angleterre et participation du royaume de Sardaigne à la guerre de Crimée contre la Russie

*30 mars 1856 participation du royaume de Sardaigne au traité de Paris qui mit fin à la guerre de Crimée

*10 novembre 1859, le traité de Zurich permet au royaume de Sardaigne de récupérer la Lombardie, suite aux victoires franco-piémontaises contre l'Autriche

*12 mars 1860, un nouveau traité avec la France permet au royaume de Sardaigne d'annexer les anciens duchés de Toscane, de Modène, de Parme.

*14 juin 1860, l'ancien duché de Savoie et l'arrondissement de Nice sont réunis à la France

*octobre 1860, l'expédition de Garibaldi et de ses “chemises rouges”, permet l'annexion de tout le sud de l'Italie et de la Sicile

*novembre 1860, annexion d'une grande partie des Etats de l'Eglise

*17 mars 1861, Victor-Emmanuel II est proclamé roi d'Italie.

*1866, l'alliance avec la Prusse permet au nouveau royaume d'Italie de récupérer la Vénétie

*octobre 1870, la chute de Napoléon III permet l'annexion du Latium, seul territoire qui restait au Vatican. Napoléon III avait en effet soutenu les dernières possessions territoriales du Vatican en Italie, ce qui avait fait obstacle à l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France contre la Prusse en 1870.

C'est le 20 septembre 1870 que l'armée italienne, après avoir fait une brèche dans la muraille de Rome (porta Pia) s'empara de la ville. C'est en souvenir de cette annexion que beaucoup de villes italiennes ont une rue du XX septembre (via XX settembre). pour justifier l'annexion, le royaume d'Italie organisa une consultation de la population qui, massivement, vota pour le rattachement au royaume d'Italie. Sur la seule ville de Rome, il y eut 40.785 Oui pour 46 Non. Dès le 21 septembre 1870, le pape (Pie IX) se déclarait prisonnier dans Rome. Il fallut attendre les accords de Latran (11 février 1929) pour une reprise des relations diplomatiques entre l'Italie et le Vatican.

*période mussolinienne et seconde guerre mondiale : voir dans la liste des souverains à Victor-Emmanuel III.

*juin 1946 : proclamation de la République italienne, fin de l'histoire de la Maison de Savoie.

III-Quelques membres de la Maison de Savoie qui, sans être souverains de Savoie, furent célèbres par leurs fonctions, leurs actions ou leurs alliances 

Berthe : 1051/1087, fille d'Othon 1er, troisième comte de Savoie, épousa en 1066 Henri qui deviendra Henri IV empereur du Saint Empire Romain Germanique

Adélaïde (ou Alix) 1100/1154, fille d'Humbert II sixième comte de Savoie, épousa en 1115 Louis VI le Gros roi de France. Ils eurent 8 enfants dont le futur Louis VII roi de France

Mathilde: 1125/1158, fille d'Amédée III septième comte de Savoie, épousa en 1146 Alphonse 1er roi du Portugal

Boniface : ?/14 juillet 1270, fils de Thomas 1er neuvième comte de Savoie. Fut évêque de Belley puis archevêque de Canterbury, fut béatifié en 1838. A son tombeau à l'abbaye d'Hautecombe. Il est représenté sur un vitrail de la cathédrale St François de Sales à Chambéry (première chapelle en entrant à droite)

Béatrice de Savoie: 1198/1267, fille de Thomas 1er, née et décédée aux Echelles (Savoie), fut mariée le 5 juin 1220 à Raymond Béranger Comte de Provence, dont elle eut 4 filles (3 furent reines, de France, d'Angleterre et de Sicile et une impératrice du Saint Empire Romain Germanique) Béatrice fut également grand-mère ou arrière-grand-mère d'une dizaine de souverains ou souveraines. Le tombeau de Béatrice dans la chapelle de son château aux Echelles, fut saccagé en 1793. De Béatrice, il ne resta que son crâne qui fut placé plus tard dans le tombeau de Boniface, frère de Béatrice à l'abbaye d'Hautecombe où Béatrice a par ailleurs un cénotaphe. En outre, une statue représente Béatrice sur le tombeau de son mari (Raymond Béranger) dans l'église de St Jean de Malte à Aix-en-Provence.

Thomas II: 1199/1259, comte de Maurienne et de Piémont, fils de Thomas 1er neuvième comte de Savoie. Epousa en premières noces en 1237 Jeanne de Constantinople fille de Beaudoin IX empereur à Constantinople, puis en secondes noces Béatrix Fieschi nièce du pape Innocent IV. Thomas II fit construire à partir de 1248 le château du Bourget du Lac qui porte aujourd'hui son nom. Ce château fut victime du feu au XVe siècle. Thomas II fut inhumé à la cathédrale d'Aoste en Italie. Un cénotaphe lui est consacré en l'église abbatiale d'Hautecombe.

Aimon ou Aymon de Savoie : autre fils du comte Thomas 1er et de Béatrice de Genève. Décédé en 1238. dans un partage du territoire avec ses frères, il reçut le Chablais (plus étendu que le Chablais d'aujourd'hui) et le titre de Seigneur de Chablais. En 1230, il lança la construction du château de Montorge sur une crête rocheuse qui domine la ville de Sion (Valais). il semble que cela corresponde à la limite orientale des possessions de la Maison de Savoie en Suisse. Le château de Montorge fut incendié en 1417. Par le traité de Morge, le 15 juin 1233, avec l'évêque de Sion, la Maison de Savoie récupéra Chillon et la seigneurie de Montorge.

Marguerite de Provence: 1221/1295, fille de Béatrice de Savoie et petite fille de Thomas 1er. Fut mariée le 27 mai 1234 avec Louis IX (Saint Louis) roi de France avec qui elle eut 11 enfants dont l'un sera roi de France (Philippe III le Hardi)

Eléonore: 1223/1291, fille de Béatrice de Savoie mariée le 14 janvier 1236 à Henri III roi d'Angleterre. Eut dans sa descendance :

*Edouardqui fut roi d'Angleterre (Edouard 1er, roi de 1272 à 1307)

*Marguerite1240/1275 et qui fut mariée en 1251 à Alexandre III roi d'Ecosse

Béatrice: 1223/1259, fille d'Amédée IV dixième comte de savoie, épousa en 1247 Manfred roi de Sicile

Sancie (ou Sanchie): 1228/1261, fille de Béatrice de Savoie, fut mariée en 1243 à Richard de Cornouailles empereur du St Empire Romain Germanique

Béatrix: 1231/1267, fille de Béatrice de Savoie, mariée en 1246 à Charles d'Anjou (frère de St Louis) qui fut roi de Sicile. Dans sa descendance :

*Béatrice 1252/1275 qui fut mariée en 1273 à Philippe 1er empereur à Constantinople

*Charles1254/1309 qui devint roi de Naples (Charles II)

Louis 1er de Savoie comte de Vaud : fils de Thomas II et de Béatrice Fieschi, né en 1254, marié successivement avec Adeline de Lorraine, Isabelle d'Aulnay et Jeanne de Montfort. Décédé à Naples en 1302, inhumé à Hautecombe ainsi que Jeanne de Montfort. Accompagna Saint Louis (Louis IX) au siège de Tunis.

Agnès: 1260/1325, fille de Marguerite de Provence et de St Louis, petite fille de Béatrice de Savoie. Fut mariée à Robert II de Bourgogne roi de Théssalonique avec qui elle eut 10 enfants dont :

*Blanche(1288/1348) mariée en 1307 à Edouard 1er le libéral comte de Savoie,

*Marguerite1290/1325, mariée en 1305 à Louis X le Hutin roi de France et de Navarre

*Jeanne:1293/1348, mariée en 1313 à Philippe de Valois qui devint roi de France (Philippe VI) en 1328

Elisabeth: 1261/1300, fille de Béatrix et petite fille de Béatrice de Savoie, épousa Ladislas IV roi de Hongrie.

Louis II de Savoie baron de Vaud, né en 1269, fils de Louis 1er de Savoie baron de Vaud et d'Isabelle d'Aulnay, décédé à Rome en 1350, il fut inhumé à Hautecombe. Participa à la guerre de Cent ans comme allié de la France. A l'église abbatiale d'Hautecombe, un bas-relief le représente à la bataille de Crécy (26 août 1346) culbutant les troupes du prince de Galles

Jeanne de Savoie: 1306/1360, fille d'Amédée V (quatorzième comte de Savoie), épousa en 1326 Andronic III empereur byzantin.

Blanche de Savoie : 1336/31.12.1387, fille d'Aymon-le-pacifique (seizième comte de Savoie) (et soeur du Comte Verd) épousa le 28 septembre 1350 à Rivoli Galéas II Visconti seigneur de Milan

Humbert le Bâtard : né vers 1375, fils du comte Amédée VII (dit le comte Rouge) et d'une maîtresse de Bourg-en-Bresse nommée Françoise Arnaud. Participe avec 70 chevaliers savoyards à une croisade organisée par Sigismond roi de Hongrie. Ils furent faits prisonniers à Nicopolis (dans l'actuelle Bulgarie) par le sultan Bajazet. Ils ne furent libérés contre rançon qu'en 1402 et parce que Bajazet avait lui-même été vaincu par Tamerlan (venu d'Ouzbékistan et qui avait sa capitale à Samacande). Amédée VIII, son demi-frère, donna le collier de l'Annonciade à Humbert en 1434 et lui décerna le 6 janvier 1440 à Thonon le titre de comte de Romont. En 1432, Humbert le Bâtard avait acquis le château de Chenaux à Estavayer-le-Lac (au bord du lac de Neuchâtel dans le canton de Fribourg). Humbert le Bâtard fut chargé de diverses missions diplomatiques par son demi-frère d'abord comte puis duc de Savoie puis pape. . Il mourut dans son château de Chenau le 13 octobre 1443. On ne sait pas si il fut inhumé à Hautecombe ou à Estavayer

Marie de Savoie  : née à Thonon en janvier 1411, décédée en 1469 et inhumée au couvent des Franciscains de Savigliano près de Turin.  Fille de Marie de Bourgogne et d'Amédée VIII (dernier comte et premier duc de Savoie). Epousa le 29 septembre 1428  Philippe Visconti duc de Milan. C'est pour cette Marie de Savoie que fut réalisé à Milan en 1430 un bréviaire avec enluminures qui comprend 723 feuillets. L'original est conservé à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau à Chambéry. 

Philippe : (1417/3 mars 1444) fils d'Amédée VIII (1er duc de Savoie et frère de Louis second duc de Savoie). Ce Philippe fut comte de Genève. Inhumé à Hautecombe (dans le transept gauche).

Marguerite: 1420/1479, fille d'Amédée VIII (dernier comte et premier duc de Savoie), épouse le 31.8.1432 Louis III empereur de Constantinople.

Louis de Savoie: 1436/1482, fils de Louis second duc de Savoie, marié en 1459 à Charlotte de Lusignan reine de Chypre. Celle-ci fut détrônée en 1460.

Charlotte: (1440/1483) fille de Louis second duc de Savoie. Epousa en mars 1451 à la Sainte Chapelle de Chambéry le futur Louis XI roi de France. Ils eurent 7 enfants dont Jeanne qui fut mariée avec le futur Louis XII roi de France, et Charles qui fut roi de France (Charles VIII)

Anne: 1455/1480, fille de Yolande de France et d'Amédée IX, troisième duc de Savoie, épousa en 1478 Frédéric IV roi de Naples

Louise de Savoie : fille d'Amédée IX et de Yolande de France, née en 1462, fut mariée à Louis de Chalon prince d'Orange le 24 août 1479. Veuve en 1490, elle entra aau couvent de Sainte Claire d'Orbe (canton de Vaud en Suisse). Décédée le 24 juillet 1503. Elle est représentée sur un vitrail (première chapelle à droite en entrant) de la cathédrale Saint François de sales à Chambéry. Le château des Ducs de Savoie est représenté à la base du vitrail. Elle fut béatifiée par le pape Grégoire XVI en 1839.

Louise de Savoie : (11.9.1476/22.9.1531) fille de Marguerite de Bourbon et de Philippe II Sans Terre (septième duc de Savoie), née à Pont d'Ain. Epousa à la Sainte Chapelle de Chambéry, le 16 février 1488 Charles d'Orléans comte d'Angoulème. Ce Charles d'Orléans (1459/1496) était le neveu de Charles d'Orléans (1395/1465) poète, petit-fils de Charles V roi de France et père de Louis XII roi de France.     Louise de Savoie fut la mère de François Ier roi de France après la mort de Louis XII le 1er janvier 1515. Louise de Savoie fut régente de France en 1515/1516 et durant la captivité de François 1er en 1525/ 1526. Louise de Savoie fut également, par François 1er, la grand-mère d'Henri II roi de France (marié à Catherine de Médicis), et l'arrière grand-mère de François II, de Charles IX, d'Henri III; et par sa fille Marguerite l'arrière grand-mère d'Henri IV, et l'aïeule de Louis XIII ... rois de France. Elle mourut de la peste. En 1529, Louise de Savoie avait négocié avec sa belle-soeur (Marguerite d'Autriche) le traité de Cambrai qui fut signé le 3 août 1529 et qui mit fin (provisoirement) à la guerre entre Charles Quint et François 1er. Ce traité avait été surnommé "la paix des dames".

A Chambéry, un collège porte le nom de Louise de Savoie.

Marguerite de Savoie : Fille du duc de Savoie Charles-Emmanuel 1er et de Catherine d'Autriche, elle naquit à Turin le 28 avril 1589. Par sa mère elle est la petite-fille de Philippe II roi d'Espagne et arrière petite fille de Charles Quint et d'Isabelle de Portugal.

Elle se maria à Turin le 19 février 1608 avec François IV duc de Mantoue et de Montferrat. Elle devintt veuve dès le 22 décembre 1612.

En 1635 elle fut nommée vice-reine du Portugal pour le compte de l'Espagne.

Un soulèvement de la population portugaise contre l'Espagne à partir du 1er décembre 1640, entraîna l'indépendance du Portugal (après une guerre qui dura jusqu'en 1668) , l'arrestation de Marguerite puis son expulsion du Portugal.

Elle décéda le 26 juillet 1655 en Espagne et fut inhumée dans la chapelle Saint Benoît (San Benedetto) du sanctuaire de Vicoforte au sud du Piémont

Prince Eugène: Eugène de Savoie-Carignan (1663/1736) fils d'Eugène-Maurice (petit fils de Charles-Emmanuel onzième duc de Savoie) et d'Olympe Mancini nièce du Cardinal Mazarin.

Louis XIV ayant refusé les services du prince Eugène, celui-ci se mit à la disposition de la Maison d'Autriche. Nommé Feld-maréchal en 1687 puis Feld-maréchal général en 1693, il fut principalement chargé, à la tête de l'armée autrichienne, d'arrêter l'invasion musulmane de l'Europe par l'est. Le Prince Eugène infligea de terribles pertes à l'armée Ottomane au terme de victoires à Zenta (en Serbie) le 11 septembre 1697, à Petrovaradin (en Serbie) le 5 août 1716, à Timisoara en Roumanie en août 1716, ou à Belgrade le 22 août 1717. Le Prince Eugène combattit également les armées de Louis XIV mais avec des fortunes diverses. Il fut plusieurs fois allié à Malborough, célèbre général anglais. Signalons néanmoins qu'en septembre 1706, à l'occasion de la guerre de succession d'Espagne, le Prince Eugène libéra Turin assiégé par l'armée française, sauvant ainsi la mise à son cousin le duc de Savoie Victor Amédée II.

A l'époque il fut dit à propos du prince Eugène :

les Français regrettent encore de l'avoir perdu,

les Piémontais de ne pas l'avoir retenu

et les Autrichiens de ne pas l'avoir assez reconnu”

Marie-Adélaïde: 1685/1712, fille de Victor-Amédée II, quinzième duc de Savoie, épousa en 1697 Louis de France, duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, fut la mère de Louis XV roi de France.

Marie-Louise: 1688/1714, fille de Victor-Amédée II quinzième duc de Savoie. Epousa en 1701 Philippe V roi d'Espagne. Ses 2 fils furent successivement rois d'Espagne (Louis 1er et Ferdinand VI)

Victoire de Savoie : (Marie-Anne-France-Victoire) 1690/1766, fille bâtarde de Victor-Amédée II (dernier duc de Savoie et premier roi de la dynastie) et de Jeanne-Baptiste d'Albert de Luynes comtesse de Verrue (surnommée la dame de volupté ou la putain du roi, voir le tome III de la Royale Maison de Savoie d'Alexandre Dumas). Cette Victoire fut légitimée le 14 mai 1701. Elle se maria en 1714 avec un lointain cousin Victor-Amédée de Savoie-Carignan. Elle est la nièce par alliance du prince Eugène de Savoie et la grand-mère de la princesse de Lamballe

Princesse de Lamballe : Marie-Thérèse Louise de Savoie-Carignan, mariée le 17 janvier 1767 avec le Prince de Lamballe (arrière-petit-fils de Louis XIV) : 8 septembre 1749/3 septembre 1792, descendante au cinquième degré de Charles-Emmanuel 1er (onzième duc de Savoie). Nommée en 1775 surintendante de la Maison de la Reine (Marie-Antoinette) et en 1781 “grande maîtresse de toutes les loges écossaises régulières de France” . Le 3 septembre 1792, elle fut violée, traînée, découpée, rôtie... par la populace, et sa tête fut présentée au bout d'une pique à Marie-Antoinette. Au Musée de la Révolution à Vizille un tableau représente sa mort.

Marie-Joséphine: née à Turin le 2 septembre 1753, décédée le 13 novembre 1810, fille de Victor-Amédée III, troisième roi de Sardaigne, épousa à la chapelle royale du château de Versailles le 14 mai  1771, Louis futur Louis XVIII roi de France (et frère de Louis XVI)

Marie-Thérèse: née à Turin le 31 janvier 1756, décédée le 2 juin 1805 à Graz en Autriche où elle est inhumée dans le mausolée impérial, fille de Victor-Amédée III troisième roi de Sardaigne, épousa le 16 novembre 1773 Charles, futur Charles X roi de France (et frère de Louis XVI). Ils eurent 4 eenfants, mais Marie-Thérèse comme Marie-Joséphine était décédée lorsque son mari devint roi.

Caroline: 1764/1782, fille de Victor-Amédée III (troisième roi de Sardaigne). Epousa en 1781 Antoine 1er roi de Saxe.

Ferdinand de Savoie : second fils de Charles-Albert et de Marie-Thérèse de Toscane (et par conséquent frère de Victor-Emmanuel II). Né à Florence le 15 novembre 1822, mort à Turin le 10 février 1855. Fut le premier à recevoir (en 1831) le titre de duc de Gênes. Epousa à Dresde le 22 avril 1850 Elisabeth de Saxe avec qui il eut 2 enfants :

-Marguerite qui se maria le 21 avril 1868 avec Humbert de Savoie qui devint roi d'Italie en 1878

-Thomas

Ferdinand se distingua à la bataille de Novare les 23 et 24 mars 1849.

Un monument lui est consacré à Turin place Solférino.

Clotilde de Savoie: 1843/1911, fille de Victor-Emmanuel II (dernier roi de Sardaigne et premier roi d'Italie), épousa en 1859 Jérome Bonaparte dit Plon-Plon, fils de Jérome Bonaparte (frère de Napoléon 1er et qui fut roi de Westphalie). Plon-Plon né en 1822, perdit sa mère à l'âge de 13 ans. Il fut alors accueilli par sa tante (Hortense de Beauharnais ex-épouse de Louis Bonaparte) en Suisse, au château d'Arenenberg (sur le lac de Constance). C'est là que Plon-Plon fit la connaissance de son cousin (futur Napoléon III)

Amédée de Savoie: 1845/1890, fils de Victor-Emmanuel II, fut roi d'Espagne de 1870 à 1873

Maria Pia: 1847/1911, fille de Victior-Emmanuel II, mariée en 1861 à Louis 1er roi du Portugal. Elle est inhumée à la basilique de Superga.

La famille de Savoie utilisa à travers les siècles tous les moyens à sa disposition pour accroître ses territoires et son influence : acquisitions, diplomatie, guerres mais aussi alliances par les mariages avec toutes les Cours d'Europe, mais principalement et de très loin avec la Cour de France;

 

IV-Récapitulation des liens entre la Cour de Savoie et la Cour de France:

Adélaïde: fille d'Humbert II sixième comte de Savoie, épouse en 1115 Louis VI le Gros roi de France, ont eu 8 enfants dont Louis futur roi de France (Louis VII)

Marguerite: 1221/1295, fille de Béatrice de Savoie et petite fille de Thomas 1er neuvième comte de Savoie. Epouse en 1234 Louis IX roi de France ont eu 11 enfants dont le futur Philippe III le Hardi roi de France

Marguerite:1290/1315, fille d'Agnès, petite fille de Marguerite et arrière petite fille de Béatrice de Savoie, épousa en 1305 Louis X le Hutin roi de France et de Navarre

Jeanne: 1293/1348, fille d'Agnès, petite fille de Marguerite et arrière petite fille de Béatrice de Savoie, mariée en 1313 à Philippe de Valois roi de France de 1328 à 1350 (Philippe VI)

Amédée VI: dix-septième comte de Savoie, épousa en 1355 Bonne de Bourbon, cousine du roi de France Jean le Bon et nièce de Philippe VI qui fut roi de France de 1328 à 1350. Cette Bonne de Bourbon fut régente de son fils (Amédée VII) en 1383 et de son petit-fils (Amédée VIII) de 1391 à 1393.

Amédée VII : épousa en 1377 Bonne de Berry nièce de Philippe VI roi de France

Amédée VIII : dernier comte et premier duc de Savoie, épouse le 27 octobre 1401 Marie de Bourgogne petite-fille de Jean-le-Bon roi de France

Charlotte : fille de Louis second duc de Savoie, : épouse en 1451 le futur Louis XI roi de France. Mère de Charles VIII roi de France

Amédée IX : troisième duc de Savoie, fut marié en 1452 avec Yolande fille de Charles VII roi de France (et soeur de Louis XI)

Louise de Savoie : fille de Philippe II sans Terre septième duc de Savoie. Mariée en 1488 avec Charles d'Orléans. Fut la mère de François 1er roi de France, par lui, la grand-mère d'Henri II et l'arrière grand-mère de François II, Charles IX, Henri III; et par sa fille Marguerite, elle fut l'arrière grand-mère d'Henri IV et l'aïeule de Louis XIII etc

Emmanuel-Philibert : dixième duc de Savoie : épouse en 1559 Marguerite fille de François 1er roi de France et soeur d'Henri II

Victor-Amédée 1er : douzième duc de Savoie, épouse en 1619, Christine de France fille d'Henri IV et soeur de Louis XIII

Charles-Emmanuel II : treizième duc de Savoie, marié en 1663 avec Françoise-Madeleine nièce de Louis XIII et en 1665, avec Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours arrière petite fille d'henri IV roi de France

Victor-Amédée II : dernier duc de Savoie et premier roi de Sardaigne, épouse en 1684 Anne-Marie d'Orléans nièce de Louis XIV

Marie-Adélaïde : fille de Victor-Amédée II quinzième duc de Savoie et premier roi de Sardaigne, mariée le 7 décembre 1697 avec Louis de France (petit-fils de Louis XIV). Fut la mère de Louis XV roi de France

Joséphine: fille de Victor-Amédée III (troisième roi de Sardaigne) épouse en 1771 le futur Louis XVIII roi de France et frère de Louis XVI

Marie-Thérèse : autre fille de Victor-Amédée III, épouse en 1773 le futur Charles X roi de France et frère de Louis XVI

Charles-Emmanuel IV : quatrième roi de Sardaigne; Epousa en 1775 Marie-Clotilde soeur de Louis XVI, de Louis XVIII et de Charles X

Clotilde : fille de Victor-Emmanuel II (dernier roi de Sardaigne et premier roi d'Italie) épouse en 1859 Jérome Bonaparte, neveu de Napoléon 1er et cousin de Napoléon III.

Récapitulatif des rois de France ayant eu une épouse issue de la Maison de Savoie :

Louis VI le Gros (1081/1137), Louis IX (Saint Louis) 1214/1270, Louis X le Hutin (1289/1316)

, Philippe VI (1293/1350), Louis XI (1423/1483), Louis XII (1462/1515), Louis XVIII (1755/1824)

, Charles X (1757/1836)

Récapitulatif des rois de France dont la mère ou la grand-mère fut savoyarde :

Louis VII (1120/1180), Philippe Auguste (1165/1223), Philippe III le Hardi (1245/1285), Philippe IV le Bel (1268/1314), Charles VIII (1410/1498), François 1er (1494/1547), Henri II (1519/1559), Charles IX (1550/1574), Henri III (1551/1589), Louis XV (1710/1774)

Dans ces énumérations nous n'avons pris en compte que les alliances au premier degré. Mais comme la cour de Savoie eut des alliances par mariages avec de nombreuses cours d'Europe, lorsqu'un roi de France épousait une Espagnole ou une Autrichienne, elle avait forcément des Savoyards dans ses ancêtres. Mais dès le second degré la situation est inextricable sur le plan matrimonial. Elle l'est encore plus sur le plan territorial, ce qui entraîna, en Europe, de nombreux problèmes de successions et de guerres. Ainsi, par exemple, au douzième siècle Richard Coeur de Lion était non seulement roi d'Angleterre mais aussi duc de Normandie, Duc d'Aquitaine, Comte du Maine, et Comte d'Anjou. On peut aussi parler de Charles Quint au seizième siècle qui fut roi d'Espagne et des Amériques, empereur du Saint Empire Romain Germanique (dont la Savoie était vassale), Archiduc d'Autriche, Grand duc de Milan, roi de Léon et de Castille, roi d'Aragon, roi des 2 Siciles, souverain des Pays-Bas, des Flandres et de Bourgogne. La France de François 1er était complètement encerclée. Dans ce qui est aujourd'hui la France, Charles Quint contrôlait toute la partie nord et est depuis Dunkerque jusqu'à Nice. François 1er tenta une alliance avec le roi d'Angleterre (Henri VIII) d'où la rencontre à Calais le 9 juin 1520 (camp du drap d'or). Mais Henri VIII était l'oncle de Charles Quint et soutint son neveu. François 1er s'allia alors avec l'empire Ottoman seul allié restant possible

Cela divisa profondément les Français entre ceux qui soutenaient le Roi allié des musulmans et ceux qui soutenaient Charles Quint souverain chrétien qui combattait les musulmans. Sur cette division de la France à l'époque il y a un excellent texte de Max Gallo dans le tome 1 de « La Croix de l'Occident »

V-Investissements réalisés par le royaume de Sardaigne dans le duché de Savoie entre 1815 et 1860 :

*construction des forts de l'Esseillon en Maurienne de 1817 à 1834

*rachat en 1824 et reconstruction de l'abbaye d'Hautecombe

*inauguration en 1824 du théâtre de Chambéry (aujourd'hui théâtre Charles Dullin), la construction en fut financée par le général de Boigne.

*endiguement de l'Arc et de l'Isère, pose de la première pierre des travaux par le roi Charles-Félix le 17 août 1824

*endiguement de l'Arve commencé en 1824

*extension des thermes d'Aix-les-Bains, inaugurée le 10 juin 1834 et autre extension en cours en 1860

*inauguration le 5 octobre 1839 par le roi Charles-Albert de la liaison fluviale Aix/Lyon par le canal de Savières réaménagé

*Pont de la Caille inauguré le 7 octobre 1839

*inauguration le 10 décembre 1838 de la fontaine des « 4 sans culs » à Chambéry

*en 1848, création à Cluses de l'école royale d'horlogerie

*pose de la première pierre du palais de Justice de Chambéry le 27 mai 1850 par le roi Victor-Emmanuel II et la reine.

*construction à partir de 1853 du réseau ferré savoyard

*construction du pont ferroviaire de Culoz mis en service le 2 septembre 1858

*lancement en 1857 du tunnel ferroviaire du Mont Cenis (inauguré le 2 septembre 1871)

*réaménagement de l'ancienne voie romaine qui franchissait la montagne de l'Epine

 

 J.D. dernière mise à jour 21 janvier 2016

Cette note est complémentaire de la note N° 56 http://jean.delisle.over-blog.com/article-savoie-et-maison-de-savoie-99226231.html

 

 

 

 

L'empereur Conrad remet son titre de comte à Humbert. Cathédrale de St Jean de Maurienne Photo J.D. mai 2013

L'empereur Conrad remet son titre de comte à Humbert. Cathédrale de St Jean de Maurienne Photo J.D. mai 2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BASTARD 01/10/2014 19:09

Bonjour Mr Delisle,
Si dans votre ascendance patronymique, vous avez les châtelains de Scionzier (vers 1600/1700) alors nous sommes cousins.
Je suis arrivé par hasard sur votre blog que je trouve très intéressant.
Je suis à la recherche d'informations sur le, ou les mariages de Thomas 1ier de Savoie. Les historiens ne sont pas tous d'accord. Certains lui en donnent 2 (Béatrice de Geneve et Marguerite de Faucigny qui serait la mère des enfants).
Quelles sont vos sources sur ce sujet?
Très cordialement
Jacky BASTARD
CGS

jean.delisle.over-blog.com 06/11/2014 16:00

selon Samuel Guichenon en 1660, Thomas 1er fut marié en premières noces avec Béatrix de Genève fille de Guillaume comte de Genève décédée sans enfants puis avec Marguerite de Foucigny (aujourd'hui Faucigny) dont il eut une dizaine d'enfants dont 3 furent comtes de Savoie. Guichenon signale également 2 enfants bâtards (Bérold et Benoit) mais sans préciser le nom de la ou des mères. Cordialement

delisle 02/10/2014 01:58

je suis presentement en Caroline du Nord chez ma fille et son mari, mais je pourrais vous repondre au retour. Voici mon afresse : jean.delisle@sfr.fr

Présentation

Recherche

Liens