Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 10:59

 

ALI

 

(Sources : livre de Farida Hachtroudi sur le douzième imam, éditions Alphée avril 2009, et divers)

 

Lorsque Mahomet arriva à Médine le 30 septembre 622 (de notre calendrier), il devint LE chef (chef militaire, religieux, politique...). A sa mort début juin 632, les musulmans se réunirent pour élire un calife (successeur, appelé imam par les chiites).

Le califat aurait dû revenir à Ali (Ali Ibn Abi Talib) qui était cousin de Mahomet, qui fut en partie élevé par Mahomet de 30 ans son aîné, qui devint le gendre de Mahomet en 622 en épousant Fatima fille de Mahomet, qui fut le premier converti à l'islam lorsque Mahomet commença à prêcher au tout début de l'an 610 et qui fut le meilleur combattant de l'armée musulmane à tel point qu'à la bataille d'Uhud, Mahomet lui fit don de son propre sabre.

Mais Aïcha qui avait épousé Mahomet alors qu'elle avait 7 ans (Mahomet en avait 51), détestait Ali et soutenu par Omar, (autre beau-père de Mahomet), fit élire son père Abu Baker, comme successeur de Mahomet. A la mort d'Abu Baker 2 ans plus tard (donc en 624), Aïcha soutint Omar qui devint le deuxième Calife. Lorsqu'Omar fut assassiné en 644, Aïcha parvint encore à éliminer Ali en faisant élire Othman autre gendre de Mahomet.

Les partisans d'Ali vinrent assiéger Othman dans Médine, prirent la ville en 656, assassinèrent Othman et élirent Ali comme Calife. Aïcha mobilisa une armée mais fut vaincue par Ali en 656, à la bataille dite du chameau parce qu'Aïcha montée sur un chameau encourageait ses troupes. Mais après Aïcha, ce fut Muawiya qui parvint à éliminer Ali et à fonder la dynastie des omeyyades. Ali fut assassiné le 24 janvier 661. Le monde musulman fut alors divisé : d'un côté les chiites partisans d'Ali et de l'autre les sunnites adversaires d'Ali. Les chiites étendirent leur influence sur l'ancien empire perse et les sunnites sur le monde arabe, ce qui explique sans doutes la poursuite d'une division née au départ d'une querelle de personnes.

Pour les sunnites, Ali est le quatrième calife, mais pour les chiites, il est le premier imam, car ils ne reconnaissent pas les 3 précédents qui sont pour eux des usurpateurs. A la mort d'Ali, les chiites élirent Hassan fils aîné d'Ali comme second imam et lorsqu'Hassan fut assassiné en 669, ils élirent Hossein (Hussein en arabe) second fils d'Ali comme troisième imam. Cet Hossein fut vaincu par une armée sunnite à la bataille de Karbala en 680. Tous les soldats chiites survivants dont Hossein furent massacrés. Tous les imams suivants du quatrième au onzième furent assassinés ou empoisonnés.
Le douzième imam disparut dans un puits à Djamkaran (lieu situé à 6 kms de Qom) en 868. Mais, pour les chiites cet imam n'est pas mort et ils attendent son retour pour qu'il se mette à la tête des musulmans. Ils appellent cet imam « l'imam caché » ou le Mahdi. Ils sont d'ailleurs persuadés que le Mahdi apparaît régulièrement à des humains depuis 10 siècles. La première apparition (selon les chiites) ayant eut lieu près du puits le 22 février 984 (toujours de notre calendrier) auprès d'un homme nommé Hassan ibn Mossleh Jamkarani.

Les chiites sont divisés en plusieurs branches, la principale étant celle des chiites duodécimains (ceux qui attendent le retour du douzième imam). A l'intérieur même de cette branche il y a des sous-courants dont la secte des Hodjatieh à laquelle appartint Ahmadinejad, qui lors de son premier mandat de président de la république islamique d'Iran dépensa des sommes considérables pour faire de Djamkaran un haut lieu de pélerinage musulman. Il fit même construire une autoroute de Téhéran à Djamkaran pour 2 milliards de dollars alors que le réseau routier de l'Iran est déplorable et que l'Iran est le pays sur terre qui a le plus fort taux d'accidents routiers. Voilà ce que Farida Hachtroudi (iranienne) écrit au sujet des Hodjatieh et d'Ahmadinejad :

« Les copains affairistes du président à la tête du commerce lucratif de Djamkaran sont des bazari ayant appartenu à la secte clandestine des Hodjatieh. Nul n'ignore que le balayeur du peuple, comme s'autodésigne le président Ahmadinejad était un fervent adepte des hodjatieh, avant que la secte ne soit interdite par l'ayatollah Khomeyni, au début de la révolution. La secte Hodjatieh est une tendance ultraconservatrice du chiisme, l'idéologie fanatique du groupe étant fondée sur l'idée fixe du messianisme. Leurs théoriciens comme leurs adeptes, défenseurs invétérés de l'imam caché, prétendent que tout gouvernement, quel qu'il soit, est illégitime jusqu'à celui qu'instaurera l'imam caché, lors de son apparition, cela donc, bien entendu, en temps voulu. Ennemis acharnés du Chah, un mécréant corrompu (pour eux), ils seront encore plus critiques à l'égard de Khomeyni et de son règne de jurisconsulte, déviance impardonnable de l'islam et donc taxée d'hérésie. La mouvance du Hodjatieh est en retour déclarée illégale par Khomeyni, selon qu'elle représente un danger public pour l'islam et pour la sainte République islamique. Avec la tentative d'assassinat terroriste effectuée à l'encontre de Khaméneih, le remplaçant de Khomeyni, de nombreux chefs hodjatieh seront exécutés.
On sait peut-être que le petit Ahmadinejad des années 1960 et 1970, alors étudiant extrêmement pieux et pratiquant, fan inconditionnel des hodjatieh, ne s'occupait jamais de politique, tout en étant un ennemi juré du roi et de la royauté. Avec l'avènement de Khomeyni, qui en impressionne plus d'un, dont le petit Ahmadinejad, celui-ci aurait écouté les conseils d'un grand enturbanné de tendance hodjatieh, le poussant à agir pour la cause de l'intérieur. Pour précipiter l'avènement et la venue du Madhi, mieux vaut être au sein du pouvoir qu'à sa périphérie. Et voilà comment le petit Ahmadinejad devint président balayeur du peuple! Depuis, l'Infiltré des hodjatieh entrés en clandestinité les aide, leur accordant les coudées franches.... »

En juin 2009, sur Arte (dans l'émission C dans l'air, Yves Calvi déclara : « de ce que l'on sait, Ahmadinejad est arrivé en troisième position ») ainsi que sur France Info, on a pu entendre qu'aux élections présidentielles iraniennes, Ahmadinejad n'était arrivé qu'en troisième position, ce qui ne lui permettait même pas de se présenter au second tour. Selon les chiffres qui ont circulé à l'époque, Ahmadinejad n'aurait obtenu que 13,7% des voix et se serait proclamé vainqueur avec 62,63 % (voir par exemple « famille chrétienne » N° 1641 du 27 juin 2009). D'où les manifestations d'Iraniens brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « where is my vote? ». Les religieux semblèrent hésiter, mais lorsque les manifestations évoluèrent en manifestations hostiles au régime, alors ils firent bloc derrière Ahmadinejad.
Mais combien de temps durera cette alliance entre les religieux et Ahmadinejad? Et que penser de l'arme nucléaire entre les mains d'une secte qui attend le retour d'un imam disparu dans un puits il y a plus de mille ans, avec un président qui semble préparer ce retour? D'autant que cet imam reviendra, c'est probable : le jour où un illuminé arrivera à se faire passer pour le Mahdi !

J.D. 30.6.2009

mode musulmane

mode musulmane

Repost 0

Présentation

Recherche

Liens